Home > Musique, Danse > Aynur Doğan : l’état d’être constamment en chemin

Aynur Doğan : l’état d’être constamment en chemin

Très appréciée pour sa voix exceptionnelle, Aynur est devenue très populaire en Europe parmi la communauté kurde et turque. Sa musique est basée sur des chansons folkloriques traditionnelles kurdes, dont beaucoup ont au moins 300 ans. Toutes ses paroles parlent de la vie et de la souffrance du peuple kurde et des femmes kurdes en particulier. Aynur a joué dans des salles de concert et des festivals renommés dans le monde entier. En 2013, elle a donné une interview au journal Al Qantara. Voici la traduction de cet article. 1)https://en.qantara.de/content/interview-with-the-kurdish-singer-aynur-dogan-resisting-the-wind

Photo: Source

Vous venez de la province de Tunceli, au cœur du Kurdistan. Qu’est-ce qui a façonné votre éducation dans la campagne anatolienne ?

Aynur Dogan : Pendant mon enfance, j’ai souvent passé du temps dans les montagnes autour de notre village, qui s’appelait Dogan. Les animaux, le fromage qui a été produit dans mon village, pouvoir jouer à l’air libre – ce sont des souvenirs qui restent. Puis notre famille a déménagé à Istanbul. À l’époque, j’étais sur le point d’obtenir mon diplôme universitaire.

Quel effet cela fait-il d’être tranféré de la campagne à la ville ?

Aynur Dogan : Pour moi, Istanbul me semblait extrêmement grande et animée. Mais cela m’a aussi apporté de nouvelles opportunités. A Istanbul, je pouvais mieux me consacrer à la musique que dans ma maison rurale. J’ai pu faire des rencontres dans le monde de la musique, suivre des cours de musique et apprendre à jouer du baklama, le luth turc. Mais chaque fois que je retourne dans mon village aujourd’hui, je redeviens villageoise. Les villageois ne me traitent pas différemment.

Pourquoi vouliez-vous devenir musicienne ?

Aynur Dogan : Dans mon village Alevi, j’étais entourée de musique. Les Alévis n’ont pas de livre saint fondamental. C’est pourquoi la musique joue un rôle très important dans notre foi et notre tradition. Toutes les informations et les histoires sont transmises par la musique depuis des générations. Pour nous, la musique est un moyen de communication. La musique est présente à la naissance, pendant notre jeunesse et aussi au cimetière. Toute vie est musique. Toutes ces influences de la maison se retrouvent dans mes chansons. Pour moi, ma patrie rayonne de puissance et de douceur.

Votre dernier album et unique de l’année 2010 s’appelle « Rewend » 2)nomade . Dans le vidéoclip de Fatih Akin, vous vous promenez autour de Hasankeyf, le lieu historique du sud-est de l’Anatolie que le gouvernement turc prévoit d’autoriser pour la construction d’un barrage. Vous êtes vous-même nomade?

Aynur Dogan : J’ai beaucoup voyagé à travers le monde ces dernières années, donné de nombreux concerts et rencontré beaucoup de gens. Tout cela se reflète dans « Rewend ». La chanson parle du chemin que vous prenez, de l’état d’être constamment  en chemin, sur la route. C’est comme une rafale de vent qui vous emporte partout et loin de chez vous. Quand les gens oublient la maison, des problèmes comme celui de Hasankeyf surgissent. En chantant « Rewend », j’ai voulu ranimer le pouvoir qui émane de chez soi, de sa propre maison et de sa patrie.. Où que vous soyez dans le monde, vous ne devez jamais oublier vos racines.

Vous vous considérez comme une voix politique ?

Aynur Dogan : D’autres aiment me qualifier de  » chanteuse politique « . Mais je me considère avant tout comme une musicienne. Bien sûr, tout ce que je chante a un message. « Chemin », « guerrier » – ces mots de mes chansons ont une connotation sociale. Les droits de l’homme sont importants pour moi. Je ne suis pas quelqu’un qui veut chanter en silence.

En juillet 2010, l’un de vos concerts à Istanbul a été interrompu par le public. L’incident s’est produit après que les forces du PKK ont commis une attaque contre 14 soldats turcs. Que s’est-il passé à ce concert ?

Aynur Dogan : La Turquie est un pays jeune. Certaines choses dans ce pays ne sont pas sous contrôle – et cela inclut le conflit ethnique avec les Kurdes. Il y a toujours des gens qui voient les chanteurs comme moi comme un danger. Ils ne veulent pas que les Kurdes aient confiance en eux sur le plan culturel. 5 000 personnes ont assisté à ce concert à Istanbul. Quand j’ai chanté ma deuxième chanson, qui était en kurde, presque la moitié du public s’est mis à huer. J’ai dû annuler le concert. Après l’incident, les médias ont rapporté que seules quelques personnes avaient perturbé le spectacle.

Comment avez-vous fait face à cette situation ?

Aynur Dogan : Je me sentais très mal à l’aise. C’était la première fois que quelque chose comme ça me venait à l’esprit. Pendant deux mois, je l’ai repensé dans ma tête. Je me suis retirée et j’ai beaucoup réfléchi à ce qui s’était passé. Mais je me suis rappelée comment fonctionne la politique. Il y a des gens qui créent une telle atmosphère. De nombreux artistes kurdes ont dû émigrer pour cette raison. J’ai pu reprendre des forces lors de ma tournée de concerts en Allemagne.

Comment voyez-vous la situation des musiciens kurdes dans la Turquie contemporaine ?

Aynur Dogan : En 2005, un tribunal de Diyarbakir a décidé d’interdire mon album « Keçe Kurdan », mais le verdict a été retiré. Aujourd’hui encore, les musiciens kurdes en Turquie doivent faire face à des restrictions fondamentales. Les droits d’exécution ne s’appliquent qu’aux musiciens turcs. Les musiciens kurdes n’ont pas de tels droits. Les musiciens kurdes qui veulent produire quelque chose en Turquie doivent se débrouiller seuls. A une exception près : Vous êtes un chanteur kurde qui chante pour l’AKP et qui fait donc campagne pour le gouvernement. Ils sont bien payés.

Et votre musique ?

Aynur Dogan : Ma musique est maintenant diffusée à la radio et à la télévision, mais en tant que Kurde, je suis victime de discrimination. Selon la loi, les clips kurdes doivent être sous-titrés en turc. Ma musique n’est diffusée qu’après que j’aie signé un accord disant que je suis responsable de toutes les conséquences possibles de ma musique, comme les émeutes par exemple.

Pour les Kurdes, il est difficile d’organiser leurs propres concerts. Il n’y a pas de financement de la part du gouvernement. Tous les concerts sont financés par des associations kurdes. Il faut souvent des semaines avant d’obtenir une autorisation officielle pour un concert. Bien que je sois célèbre dans toute la Turquie maintenant, je ne peux donner que quelques concerts dans mon pays. Je joue en Europe plus souvent que dans mon pays.

Video (sous-titrée en anglais) de la présentation de l’album d’Aynur: “Hevra”

References   [ + ]

Vous aimerez aussi
Le cri de l’Archevêque de Damas : « Que les enfants viennent à Moi … »
Le pianiste viennois Paul Badura-Skoda est mort
Aynur Doğan : “Mes émotions parlent kurde”
Un pansement peut en cacher un autre

1 Commentaire