Home > Société > Rose Valland et l’Art de la Résistance

Rose Valland et l’Art de la Résistance

À partir du 5 novembre jusqu’au 27 avril 2020 se tiendra une exposition au Musée Dauphinois à Grenoble, en mémoire de la Conservatrice de Musée et Résistante, Rose Valland, qui permit grâce à son action clandestine à la barbe des occupants, de restituer 60 000 œuvres d’art aux musées et aux différents collectionneurs, une fois la seconde guerre mondiale terminée.

 

Photo : Source

 

La vie de cette femme nous intéresse et nous surprend à la fois. Est-ce à cause de son courage hors du commun ou d’une certaine recherche d’Infini qu’elle force notre admiration ? Ce qui est certain c’est qu’elle ranime l’interrogation que nous portons sur la place de l’Art dans notre vie. Lorsqu’elle perçoit le pillage systématique qu’organisent les Nazis, des toiles de Maîtres et des sculptures dans les musées ou celles des collections privées – en particuliers des Juifs – elle commence à annoter scrupuleusement l’origine et la description de toutes ces œuvres d’art qui passent par la plaque tournante qu’est devenue la Galerie Nationale du Jeu de Paume à Paris où elle travaille.

De paisible organisatrice d’expositions internationales et rédactrice d’articles d’Art, elle devient Résistante. Elle va risquer sa vie chaque jour, durant 4 ans, pour que l’Art ne puisse profiter à la mégalomanie Hitlérienne. Son attitude héroïque nous remet devant une question essentielle : À quoi sert l’Art ? Qui a-t-il de si grand dans l’Art – dans le sens d’une dimension qui nous dépasse – pour qu’il faille le protéger et le servir au prix de sa vie ? Ne peut-on reconnaître que justement, il y a quelque chose qui est plus grand que nous dans l’Art, le signe d’Un Autre, et que pour chaque homme, le Beau est un rappel de la Vérité et du Bien ? Pour les pauvres que nous sommes, c’est essentiel, et c’est aussi pourquoi le contact avec le Beau, avec l’Art est souvent la meilleure évangélisation.

 

Photo : Source

 

« On peut exterminer toute une génération, raser les maisons des gens, ils les rebâtiront, mais si vous détruisez leur mémoire, leur histoire c’est comme s’ils n’avaient jamais existé. C’est cela que veut Hitler et c’est pour cette raison que nous nous battons. » 1)Cette citation tirée du film « Monuments Men », réalisé par Georges Clooney et inspiré du livre de Robert Edsel nous permet de revivre ces moments intenses et tragiques du sauvetage de milliers d’œuvres volées grâce à ce corps spécial d’engagés, les « Monuments Men» regroupant 13 nationalités différentes, de 350 hommes, « inaptes au combat », mais prêts à donner leur vie pour des œuvres d’Art. On y voit le personnage inspiré de la vie de Rose Valland qui permettra par son travail caché de repérer les mines de sel et les châteaux où les nazis entreposaient les tableaux et sculptures. Cette phrase pourrait paraître banale, mais elle fait mention de l’existence, de son sens profond. Elle est en lien avec la source de l’Être, avec le « Je Suis » qui est entré dans l’Histoire des hommes.

L’action de Rose Valland balaye aussi toute attitude idéologique, de celles qui prétendent que l’Art est réservé aux riches, qu’il n’est qu’une fuite du réel émotive ou une esthétique au service du pouvoir, etc. Elle a permis simplement que toutes ces œuvres d’art soient sauvées, restituées, parce qu’elles sont au service d’un vrai peuple, elles appartiennent à tous.

References   [ + ]

1. Cette citation tirée du film « Monuments Men », réalisé par Georges Clooney et inspiré du livre de Robert Edsel nous permet de revivre ces moments intenses et tragiques du sauvetage de milliers d’œuvres volées grâce à ce corps spécial d’engagés, les « Monuments Men» regroupant 13 nationalités différentes, de 350 hommes, « inaptes au combat », mais prêts à donner leur vie pour des œuvres d’Art. On y voit le personnage inspiré de la vie de Rose Valland qui permettra par son travail caché de repérer les mines de sel et les châteaux où les nazis entreposaient les tableaux et sculptures.
Vous aimerez aussi
Vivre avec la démence (II) : des pistes pour retrouver la joie
Tolkien ou le recouvrement du regard – Exposition à la BNF
« L’artiste n’a qu’à en croire ses yeux » Rodin et Giacometti exposés à la Fondation Gianadda
Être en réseau : la façon actuelle de se sentir vivant?