Home > Spiritualité > Accueillir le Roi du ciel et de la terre : « Messie Crucifié »

Accueillir le Roi du ciel et de la terre : « Messie Crucifié »

En cette solennité du Christ-Roi, Terre de Compassion vous propose cet extrait de l’homélie du Pape émérite Benoit XVI. Que cette méditation nous aide à « mettre de côté toute sollicitude temporelle, afin d’accueillir le Roi du Ciel et de la terre », le « Messie Crucifié ».

 

Arcabas : Outrage à Jésus Roi.   Source : Internet

 

(…) Dans le Nouveau Testament, Pierre devient « pierre » de l’Eglise en tant que porteur du Credo: le « nous » de l’Eglise commence par le nom de celui qui a professé en premier la foi dans le Christ, il commence par sa foi; une foi tout d’abord immature, et encore « trop humaine », mais ensuite, après la Pâque, mûre et capable de suivre le Christ jusqu’au don de soi; mûre dans la croyance que Jésus est véritablement le Roi; qu’il l’est précisément parce qu’il est resté sur la Croix, et que de cette façon, il a donné la vie pour les pécheurs.

Dans l’Evangile, nous voyons que tous demandent à Jésus de descendre de la croix. Ils se moquent de lui, mais c’est également une façon de se disculper, comme pour dire : ce n’est pas notre faute si tu es là sur la croix ; c’est uniquement ta faute, car si tu étais véritablement le fils de Dieu, le Roi des Juifs, tu ne serais pas là, mais tu te sauverais en descendant de cet infâme échafaud. Si tu restes là, cela veut donc dire que tu as tort et que nous avons raison. Le drame qui se déroule sous la croix de Jésus est un drame universel ; il concerne tous les hommes face à Dieu qui se révèle pour celui qu’il est, c’est-à-dire Amour. En Jésus crucifié, la divinité est défigurée, dépouillée de toute gloire visible, mais est présente et réelle. Seule la foi sait la reconnaître : la foi de Marie, qui unit dans son cœur également cette ultime pièce de la mosaïque de la vie de son Fils ; Elle ne voit pas encore l’ensemble, mais continue de placer sa confiance en Dieu, en répétant une fois de plus avec le même abandon : « Je suis la servante du Seigneur » 1)Lc 1, 38 . Puis, il y a la foi du bon larron : une foi à peine esquissée, mais suffisante pour lui assurer le salut: « Aujourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis ». Cet « avec moi » est décisif. Oui, c’est cela qui le sauve. Certes, le bon larron est sur la croix comme Jésus, mais surtout, il est sur la croix avec Jésus. Et, à la différence de l’autre malfaiteur, et de tous les autres qui le raillent, il ne demande pas à Jésus de descendre de la croix, ni de le faire descendre. Il dit au contraire : « Souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume ». Il le voit sur la croix, défiguré, méconnaissable, et pourtant, il se confie à Lui comme à un roi, plus encore, comme au Roi. Le bon larron croit à ce qui est écrit sur cette inscription au-dessus de la tête de Jésus : « le roi des juifs »: il y croit, et se confie. C’est pour cela qu’il est déjà, immédiatement, dans l’aujourd’hui de Dieu, au paradis, car le paradis c’est cela : être avec Jésus, être avec Dieu. (…)

Nous apprenons des Evangiles que la croix fut le point critique de la foi de Simon Pierre et des autres Apôtres. Il est clair qu’il ne pouvait pas en être autrement : ils étaient des hommes et ils pensaient « comme des hommes » ; ils ne pouvaient tolérer l’idée d’un Messie crucifié. La « conversion » de Pierre se réalise pleinement lorsqu’il renonce à vouloir « sauver » Jésus et qu’il accepte d’être sauvé par Lui. Il renonce à vouloir sauver Jésus de la croix et accepte d’être sauvé par sa croix. « Mais moi j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas. Toi donc, quand tu seras revenu, affermis tes frères » 2)Lc 22, 32 , dit le Seigneur. (…)

La participation à la seigneurie du Christ ne se vérifie concrètement que dans le partage de son abaissement, de sa Croix. (…) C’est pourquoi, nous vivons dans une action de grâce constante, et même dans les épreuves, ne manquent pas la joie et la paix que le Christ nous a laissées, comme anticipation de son Royaume, qui est déjà parmi nous, que nous attendons avec foi et espérance, et que nous goûtons par avance dans la charité.

 

Le Pape Benoît XVI, Homélie du 21 novembre 2010, solennité du Christ Roi de l’univers, Basilique Saint-Pierre

References   [ + ]

1. Lc 1, 38
2. Lc 22, 32
Vous aimerez aussi
« Marie notre capitaine et notre guide » : L’Uruguay renouvelle sa consécration à la Virgen de los treinta y tres
Vivre avec la démence ( I ) : Les religieuses seraient-elles épargnées par la maladie d’Alzheimer ?
Être en réseau : la façon actuelle de se sentir vivant?
Quand une musulmane témoigne de sa foi en la Vierge Marie