Home > Eglise > Coronavirus. Lettre personnelle de Mgr Camisasca à son diocèse

Coronavirus. Lettre personnelle de Mgr Camisasca à son diocèse

Face à l’actuelle épidémie mondiale de coronavirus, Mgr Camisasca s’est adressé le 24 février dernier à ses fidèles du diocèse de Reggio Emilia – Guastalla, les rappelant à leur vocation de chercheur d’Infini au cœur de chaque situation. Voici la lettre traduite de l’italien.

 

 

Mgr Camisasca. Photo : Source 

 

Chers fidèles de l’Église de Reggio Emilia-Guastalla,

Chers amis,

En ce moment marqué par une certaine confusion inévitable, je souhaite vous transmettre toutes les pensées et les préoccupations de l’évêque qui, comme un père, partage les angoisses de tous ses enfants.

D’où vient le coronavirus ? Du cœur de la Chine, certainement pas du cœur de Dieu, mais il est également vrai que Dieu l’utilise pour nous appeler tous à un regard plus profond sur notre vie. En fait, nous découvrons soudain que nous sommes fragiles: souvent fermés dans les certitudes qui nous viennent des grandes découvertes de la science et de leur application technologique, connectés au monde entier et trompés par l’idée de pouvoir le maîtriser, nous sommes soudain confrontés à un scénario plus réaliste : l’homme est faible, fragile et ne peut trouver sa grandeur et sa force que dans l’amour de sa propre personne, de son destin personnel, temporaire et éternel et dans l’amour des autres et de Dieu.

Par nécessité, nous sommes ainsi conduits à une essentialité de vie qui peut créer des moments bienveillants de silence, de réflexion, de soins. Prions chez nous, pour nous-mêmes, pour les malades du monde, pour les morts, pour leurs proches. Nous prions pour les médecins et les agents de santé, nous prions pour les responsables de la sécurité et les militaires, appelés à un surplus d’efforts. Prions pour nos dirigeants, prenons un temps de lecture, de réflexion, de proximité avec ceux qui en ont besoin. Ce que nous ne savons plus faire, nous sommes maintenant presque obligés de le reprendre.

Le coronavirus ne laissera pas les choses comme avant : serons-nous meilleurs ou pires après son passage ? Cela dépend de nous. Comme les grandes maladies qui ont marqué l’histoire des peuples, elle peut devenir une occasion de repentir et de conversion. L’homme sans Dieu perd complètement la boussole de sa vie. Avec Dieu, il peut la retrouver. Il peut apprendre à se considérer non seulement comme un chercheur de satisfactions bon marché, mais un chercheur de l’infini, un frère et un ami d’autres personnes, un habitant respectueux de cette planète, qui attend d’être complètement transformée avec nous, d’être rachetée de son caractère éphémère 1)cf.Rm 8, 19-22 .

En ces jours, et probablement aussi dans les suivants, il sera difficile, voire impossible, de participer à la liturgie eucharistique. Remplaçons-la par la prière du Saint Rosaire : invoquons Marie pour la protection de notre ville, de notre province, de notre région, de notre pays. Si possible, nous demandons la guérison des cœurs, ainsi que des corps, également par le jeûne, sous les formes que chacun décidera d’entreprendre. Nous renversons le mal des coronavirus en un bien pour nous tous. Je suis proche des malades, de leurs familles, des communautés éprouvées. Je demande surtout la bénédiction du Seigneur.

Aujourd’hui, à 18 heures, je ne pourrai malheureusement pas tenir le moment de prière dans la basilique della Ghiara, que j’avais prévu. Cependant, je prierai le Saint Rosaire en même temps avec mes secrétaires dans ma chapelle privée : je vous demande de vous joindre à ma prière depuis chez vous.

+ Massimo Camisasca

évêque de Reggio Emilia – Guastalla

Évêché de Reggio Emilia, 24 février 2020

References   [ + ]

1. cf.Rm 8, 19-22
Vous aimerez aussi
Le silence apprivoisé
Boris Cyrulnik : «Après le coronavirus, il y aura des changements profonds»
En quarantaine depuis longtemps déjà !
Un applaudissement pour le Père Giuseppe, « mort comme un prêtre »