Home > Eglise > Il y a 40 ans était assassiné Monseñor Oscar Romero

Il y a 40 ans était assassiné Monseñor Oscar Romero

C’est dans la crypte de la cathédrale de San Salvador, là-même où repose notre cher évêque et martyr, que trois prêtres ont célébré le quarantième anniversaire de la mort de Monseñor Romero. Nous avons pu nous unir à cette messe via Facebook – circonstances obligent – et ce recueillement convenait très bien pour commémorer la figure de ce Pasteur si dévoué et discret, humble et pourtant ferme dans la foi, jusqu’au bout.

Nous avons remarqué que depuis les dernières semaines, beaucoup de nos amis ou des prêtres l’invoquaient pour le supplier et demander sa protection. Certainement que depuis le Ciel il saura venir en aide aux plus pauvres, se faire proche et intercéder pour son peuple, son cher peuple pour qui il a voulu librement donner sa vie. 

Point-Cœur Faustino Perez, El Salvador

 

Vidéo en espagnol de Mgr Romero. Ci-dessous la traduction en français

 

Mgr Romero : « Beaucoup me disent que je dois faire attention à moi, ne pas m’exposer. Moi je pense que tant que je me déplace pour l’accomplissement de mon devoir, tant que je vais librement, comme le Pasteur des différentes communautés, Dieu m’accompagne et s’il m’arrive quelque chose et bien je suis prêt à tout.

Mon idéal du sacerdoce a toujours été celui d’être fidèle à ma vocation au service de l’Eglise et du peuple. 
S’il n’y avait pas eu des circonstances aussi violentes, comme celles qui se sont produites lorsque je suis arrivé à l’archevêché ; quand je suis arrivé on expulsait des prêtres et le mois suivant après mon arrivée, le Père Rutilo Grande fut assassiné, lui qui avait participé aux premiers dialogues avec le clergé, je n’aurai pas été aussi encouragé, surtout que lui n’était pas un simple collaborateur, mais un exemple de fidélité jusqu’à la mort. Par son exemple d’une part et par la nécessité de défendre une église si persécutée, jusqu’à l’assassinat de prêtres, et bien cela m’a encouragé à vivre une pastorale avec une plus grande assurance. »
Vous aimerez aussi
Sainte Thècle, première vierge et martyre
Pandémie – la liberté intime n’est jamais perdue.
Jeanne d’Arc, seule, pour tous et contre tous
Plénitude et pauvreté à la fois