Home > Fioretti > Sonka

Sonka, c’est l’histoire d’une petite fille de l’est de l’Ukraine qu’Hanusya Didula a rencontrée l’été dernier lors d’un camp organisé pour les enfants de l’internat. Il y a quelques jours, Hanusya 1)Hanusya Didula est la sœur d’une volontaire Points-Cœur, Marta qui est actuellement en mission au Honduras. Hanusya participe aussi aux visites d’un internat pour enfants à Lviv avec le Point-Cœur. a posté l’histoire de cette amitié sur sa page Facebook, poussée par les nouvelles circonstances dramatiques de la vie de cette petite Sonka, poussée surtout par la nécessité de faire le don de cette amitié à tous, une amitié qui vient d’un grand Amour.

« Cet amour bâtit le Royaume, il est le Royaume à l’avance dans le secret. » 2)Hans Urs von Balthasar

 

Photo : Hanusya avec les enfants de l’internat de Lviv

 

Un appel téléphonique le 20/03/2020 :

– Allo !

– Allo, Sonka, bonjour !

– Bonjour, Hanusya ! (Et en même temps, 10 autres exclamations des enfants de l’internat Perchotravensk : Hanusya Hanusya ! Salut !)

– Comment allez-vous ? Que faites-vous pendant la quarantaine ?

– Eh bien… maintenant nous vivons dans une autre pièce et nous n’avons pas nos affaires ici, donc nous n’avons rien à faire… On s’ennuie.

– Et où sont vos affaires ?

– Dans notre ancienne chambre. Nous n’avons pas eu le temps de les prendre, nous avons juste eu le temps de prendre nos vêtements. On nous a dit de déménager, et nous avons ce que nous avons eu le temps de prendre, car ils ont fermé la pièce et on n’a pas le droit d’y aller.

– Ohh… et maintenant tu es juste dans la pièce avec ce que tu as ?

– Oui, nous nous promenons aussi mais de toute manière, on s’ennuie… (un silence)… Hanusya, tu es là ?

– Oui, oui, je suis là.

– Je veux te dire quelque chose.

– Dis-moi.

– Comment dire… (à côté, j’entends des exclamations : « Oui, oui et dit – papa est un débile ». Valka 6 ans : « Tu es un idiot ! On ne peut pas parler comme cela ! ») … Mon père a tué ma maman, il y a un mois… nous étions à l’enterrement.

– (Je me tais. J’écoute les larmes aux yeux, mais, je continue de dire) : Sonka, c’est affreux… (Sonka m’interrompt).

– Oui ! Papa était ivre. Il est en prison maintenant… Hanusya, l’éducatrice est venue, nous devons dormir… Au revoir.

– (Je pleure) Je t’aime Sonka. Au revoir.

Sonka est une petite fille de dix ans qui vit à l’internat de Perchotravensk (ville minière de la région de Dnipropetrovsk). Sonka a quatre frères et une sœur qui vivent également dans l’internat. Les parents sont alcooliques. Ils vivaient avec leurs six enfants dans une vieille maison abandonnée et ont brûlé leur propre maison dans un état d’ivresse, ce qui les a privés de leur droit parental. Leur père ne leur a jamais rendu visite à l’internat, mais leur mère venait chaque mois leur apporter des bonbons. Ils aimaient tous leur mère mais comprenaient pourquoi ils vivaient dans l’internat.

J’ai vu une fois leur maman venir. Quelqu’un du rez-de-chaussée a crié « Varyuukin ! Ta maman arrive ! ». Et tous les six ont immédiatement couru vers elle. Ensuite, j’ai découvert que la mère leur apportait aussi des cigarettes, ce qui m’a beaucoup surpris. Mais en fait ici à partir de dix ans, les garçons fument, les filles un peu plus tard, regardent des vidéos pornographiques et ont des relations sexuelles. A l’entrée de l’internat, les enfants demandent de l’argent ou des cigarettes. Les gens donnent.

Bref, parlons plutôt de quelque chose de bien !

Sonka !

J’ai rencontré Sonka l’été dernier pendant un camp chrétien OASIS où j’étais animatrice. C’est là que Dieu nous a présentés et nous tient ensemble jusqu’à ce jour. Sonka m’appelle une fois par semaine. Au début, je pensais de façon très rationnelle : j’essayais de lui donner des devoirs pour que nous nous développions ensemble, pour ne pas perdre du temps à des conversations vides…. Je lui ai même donné un livre pour apprendre l’anglais, mais rien de tout cela n’a marché. Cela n’a pas fonctionné parce qu’elle n’avait pas besoin de ma part, de connaissances, de développement : elle avait besoin de mon AMOUR, de ma compassion, de mes conseils, de mon écoute et de ma prière commune.

Une fois, je lui ai donné mon chapelet et lui ai enseigné la prière du Notre Père. Maintenant, lors de nos conversations téléphoniques, nous répétons les prières apprises, ou parfois nous inventons les nôtres.

Je vois comme Dieu l’aime. Et combien elle L’aime.

Sonka, la même enfant que tous les autres de l’internat. Sa vie et son expérience lui ont laissé de nombreuses empreintes, mais lorsqu’elle a rencontré Dieu dans mes yeux pour la première fois et y a sincèrement cru, ses yeux se sont illuminés et le sourire n’a pas quitté son visage.

Je me souviens lorsque nous sommes allées prier ensemble dans la chapelle, lorsque nous écrivions le soir dans notre journal à la lumière des chandelles, écoutant la mer du soir. J’étais alors si heureuse et transportée spirituellement que je ne pensais pas aux 5 heures de sommeil, que je cours toute la journée à organiser des jeux, des fêtes et tout ce qu’ils demandent.

Alors, j’ai fait confiance à Dieu, recevant Sonka et tous ces nombreux enfants incroyables.

Alors, je les ai juste aimés, avec toute la ferveur du vrai amour.

J’ai aimé, connaissant le véritable amour… qui vient de Dieu.

 

Photo : Hanusya avec les enfants de l’internat de Lviv

 

J’ai réalisé ce court métrage à partir de plusieurs vidéos que j’ai réalisées avec mon téléphone l’été 2019 pendant le camp chrétien « OASIS », où j’ai rencontré les enfants de l’internat de Perchotravensk. À travers cette vidéo, je voulais transmettre, peut-être, la chose la plus précieuse que j’ai apprise chez ces enfants. Je voulais transmettre leur simplicité vitale, leur capacité d’apprécier tout et tous, de voir leur bonheur dans les petites choses, et surtout, d’aimer. Leur amour est bien plus fort que ce que nous-même connaissons. J’espère que vous pourrez le ressentir dans cette courte vidéo très précieuse et éloquente pour moi.

 

 

Article traduit de l’ukrainien par Aude Guillet

References   [ + ]

1. Hanusya Didula est la sœur d’une volontaire Points-Cœur, Marta qui est actuellement en mission au Honduras. Hanusya participe aussi aux visites d’un internat pour enfants à Lviv avec le Point-Cœur.
2. Hans Urs von Balthasar
Vous aimerez aussi
La Jeanne de Péguy, histoire d’une vie intérieure
Les vies d’Albert Camus
Coronavirus : la prière du Président du Centre-Afrique
« Dieu regarde la disposition du cœur »