Home > Dossier Antoni Gaudí > Gaudí : « ce n’est pas moi qui construis la Sagrada Familia, c’est elle qui me construit » (I)

Gaudí : « ce n’est pas moi qui construis la Sagrada Familia, c’est elle qui me construit » (I)

Chiara Curti, architecte et professeur à l’Ateneu Sant Paciá (Faculté Antoni Gaudí), présentera sur Terre de Compassion une série d’articles illustrant certains aspects de la personnalité d’Antoni Gaudí et de sa façon de travailler, ce que la construction du temple expiatoire de la Sagrada Familia signifiait pour lui et d’où venait sa créativité. Ce nouveau « dossier Gaudi » sur notre Blog montrera comment Gaudí introduit une âme dans son œuvre en la transformant en art. Son art a pour objet principal un christianisme proposé et perçu comme un mode de vie, la croissance de sa propre personne, celle de ses collaborateurs et de ses travailleurs, puis celle des visiteurs. Un art de vivre capable d’embrasser toutes les dimensions de la réalité dans une perspective chrétienne. L’architecte Antoni Gaudí, a consacré toute sa vie professionnelle à la construction de la Sagrada Familia.

 

Antoni Gaudi – Photo : Wikipedia

 

Le processus de transformation a commencé avec la révolution industrielle. La production et le commerce des textiles, le commerce avec l’Angleterre, l’arrivée d’immigrants attirés par la perspective d’avoir du travail, l’Exposition universelle de 1888, l’expansion urbaine, les premières unions anarchistes, tout cela caractérise la Barcelone de la fin du XIXe siècle. Dans la périphérie de la ville catalane, au milieu des champs qui appartenaient à la ville de Sant Martí de Provençal, mais qui étaient déjà abandonnés en attendant d’être urbanisés par la nouvelle Grande Barcelone, s’élève l’église expiatoire de la Sagrada Familia, à l’initiative d’une Association de laïcs dévots de Saint-Joseph. Antoni Gaudí est un jeune architecte providentiellement choisi pour diriger le chantier, qui, sous sa direction, se transforme. Le projet initial d’une église néo-gothique, selon la mode de l’époque, prend des dimensions et des formes inattendues. À ceux qui cherchaient l’auteur de cette « étrangeté », Gaudí a répondu « ce n’est pas moi qui construis l’église de la Sagrada Familia, mais c’est elle qui me construit », mettant en évidence une relation intime entre son travail professionnel et sa croissance humaine. Il commence à construire une grande façade dédiée à la Nativité de Jésus, peuplée d’animaux, d’images florales et de sculptures.

Notre point de départ évalue comment les contextes sociaux et politiques, bien que très différents, dans lesquels se sont développés la rébellion luthérienne, la révolution russe et l’œuvre de Gaudí, avaient en commun le désir de parvenir à une plus grande liberté. En Russie, cela s’est traduit par une revendication de liberté d’opinion et de plus grande dignité pour les paysans, dans le but de construire un nouvel État fondé sur la justice. Avec Luther, la revendication de s’affranchir du pouvoir temporel de l’Église, se traduit par la recherche du contact avec Dieu, libéré des médiateurs.

Les promoteurs de la Sagrada Familia sont également animés par un désir de libération, non pas selon un manifeste d’intention sur des questions sociales, mais comme une action individuelle 1)Gaudí abordera également comme sien le thème de l’amélioration individuelle par l’art, la culture et la bonne économie, afin d’aborder la question dite sociale : « tout ce qui ne parvient pas à élever les gens individuellement dans tous les aspects est aussi un discours. Je ne crois pas aux masses, ni à l’intervention sur celles-ci en tant que telles, mais plutôt à l’action individuelle qui propose un aspect méthodologique spirituel lié à la position humaine de ceux qui construiront et de ceux qui participeront à cette construction. Cette position de liberté individuelle se manifeste par un total abandon, non pas en fonction des capacités individuelles, mais dans une confiance totale dans la Providence et la grâce divine, capables de mettre en mouvement le cœur des hommes de l’époque au point de les transformer en bâtisseurs d’un temple aux formes nouvelles, totalement inattendu, libres quant à leur expression. Comme Benoît XVI l’a résumé dans l’homélie de la dédicace: « Et il a accompli ce qui est l’une des tâches les plus importantes aujourd’hui : surmonter la division entre la conscience humaine et la conscience chrétienne, entre l’existence dans ce monde temporel et l’ouverture à la vie éternelle, entre la beauté des choses et Dieu en tant que Beauté. Antoni Gaudí n’a pas réalisé tout cela avec des mots, mais avec des pierres, des lignes, des surfaces et des sommets. En réalité, la beauté est le grand besoin de l’homme ; elle est la racine à partir de laquelle se dressent le tronc de notre paix et les fruits de notre espérance. La Beauté est aussi révélatrice de Dieu car, comme lui, la belle œuvre est pure gratuité, invite à la liberté et arrache de l’égoïsme ». 2)Benoit XVI, Homélie de la dédicace de l’église de la Sagrada Familia à Barcelone et consécration de l’autel, le 7 novembre 2010

Déjà en 1875, les dévots de Saint-Joseph publient dans leur magazine 3)Le promoteur de la dévotion à Saint-Joseph, février 1875 la première note qui parle du désir de construire une église. Celle-ci dit : « Quant aux moyens pour mener à bien une entreprise aussi ardue que la construction du Temple, il nous en faudra beaucoup, mais comme nous avons une confiance aveugle dans la protection de saint Joseph, nous n’avons pas peur qu’il puisse toucher le cœur des fidèles afin que chacun puisse y contribuer selon ses possibilités. L’aumône des pauvres et des veuves, ainsi que celle des millions de personnes, sera une expression de l’Évangile ». 4)Ibidem, octubre 1875, 333 La transformation du cœur apparaît encore dans le document de la pose de la première pierre de la Sagrada Familia : « [Puisse cette construction] réveiller de leur tiédeur les cœurs endormis. Exalter la Foi, donner de la chaleur à la Charité. Puisse-t-elle contribuer à la miséricorde du Seigneur sur cette terre ».

Un chantier de construction d’une église expiatoire a été lancé, qui a été radicalement modifié par rapport au projet initial, non pas en fonction de la situation sociopolitique, mais en correspondance avec le but qui l’avait inspiré. Cette inspiration initiale est modifiée jusqu’à celle que nous connaissons aujourd’hui, à partir de l’année 1837. Gaudí a succédé à un premier architecte, Francisco de Paula del Villar, qui avait déjà élaboré un projet. Les modifications substantielles apportées par Gaudí se révèlent dérivées de sa vigueur humaine et spirituelle. Gaudi lui-même, lorsqu’on l’a interrogé en tant qu’auteur du temple, a répété : « Ce n’est pas moi qui construis la Sagrada Familia, c’est la Sagrada Familia qui me construit », soulignant sa soumission à la mission. Dans un crescendo de la foi, Gaudí a fait siennes les vertus chrétiennes et en a fait l’inspiration et le critère pour déterminer les étapes de la construction, en interprétant les circonstances comme des invitations à des changements spirituels personnels, ce qui a aussi directement affecté le travail qu’il faisait.

 

Photo des premières constructions, prise autour de l’année 1884

 

La Réforme et la Révolution, prises ici comme comparaisons, sont parties d’un dessein prédéterminé, qui a été modifié en fonction des âmes et des événements dans une attitude polémique. La construction du Temple expiatoire de la Sagrada Familia, au contraire, a été développée dans la fidélité au but pour lequel elle avait été conçue, en embrassant toujours la réalité qui se manifestait comme un dessein divin 5)« Tout ce que j’ai fait était fonction des circonstances : si elles étaient bonnes je les adoptais, et si elles étaient mauvaises je les affrontais. Elles sont toujours servis, elles sont la manifestation de la Providence« ; PUIG BOADA, Il pensament de Gaudí, 190 . La Sagrada Familia n’a pas été construite au centre de la ville, mais dans ce qui était autrefois le compte tenu de l’extrême périphérie, initialement située dans des champs abandonnés qui sont ensuite devenus le siège des cabanes des travailleurs. Avec la croissance de la ville, la Sagrada Familia est aujourd’hui située au centre géométrique de la ville, dans l’expansion urbaine de Barcelone commencée en 1860 par le plan Cerdá. Un plan d’urbanisme hygiénique qui introduit les églises comme services communs, sans aucune forme de valorisation, et qui aurait prévu un vélodrome pour ce terrain.
L’histoire de cette église expiatoire se présente comme une imitation de l’histoire de Jésus-Christ lui-même, né à Nazareth, un pays « du néant », et qui, avec le temps, se révèle être le centre du monde et de l’histoire.

Sensibilité à l’égard du peuple

Gaudí vit dans une société libérale où la fracture sociale est dramatique et il est surprenant de constater comment les questions liées aux grands changements sociopolitiques, dans lesquels Gaudí est également plongé, semblent être si peu cités dans ses paroles. Encore plus surprenant quand on pense que ses paroles nous sont rapportées à travers les notes prises par ses collègues, souvent à partir de commentaires spontanés. Il semble que Gaudí n’ait pas eu le temps de se préoccuper d’autre chose que de la construction de la Sagrada Familia et des soucis de ses collaborateurs. Le jeune Gaudí avait vécu de près et étudié en profondeur les problèmes des ouvriers et avait vu les conditions de vie lamentables du prolétariat. L’association Internacional Obrera était fortement ancrée en Catalogne. En 1878, Gaudí reçoit parmi ses premières missions le projet et la construction de la Cooperativa Operaia Mataronense, fortement liée à l’utopie socialiste. Ce bâtiment est l’une des premières usines au monde appartenant à ses ouvriers, qui se serreraient les coudes avec le village ouvrier qui par la suite n’a pas été construit, grâce à la fusion du Capital et du Travail en un élément : le Travailleur Coopératif.

L’année suivante, laissant inachevée cette œuvre emblématique qui avait mis Gaudí en contact étroit avec les utopies allant conduire à la Révolution russe, il commença son travail de directeur de la Sagrada Familia : un chantier pratiquement invisible, situé à la périphérie de la ville, dans une zone qui était encore un champ de bataille. Un don important a radicalement changé ce chantier expiatoire qui a commencé à s’envoler en pleine campagne, el pla de Barcelona, entourant la ville qui venait d’être libérée de la muraille. Le temple expiatoire de la Sagrada Familia prendra le surnom de « Cathédrale des pauvres » du fait qu’il est entouré de baraques d’ouvriers : « Au Temple de la Sagrada Familia, les pauvres sont attachés aux murs comme des moules sur des rochers », a fait remarquer le peintre Joaquin Mir à Gaudí. Ce dernier, impressioné par la description graphique, a répondu, rapidement « et où pourraient-ils recevoir une meilleure protection sinon dans l’ombre de cette église, fruit de la charité chrétienne. »

Le quartier des baraques est de plus en plus grand, car un bâtiment de la taille de la Sagrada Familia peut générer des emplois même pour les travailleurs journaliers. L’immigration à Barcelone triple la population, avec l’arrivée de toute l’Espagne de travailleurs à la recherche de fortune, qui viennent dans la ville du fait de son important développement industriel. Le nouveau plan d’urbanisme et l’Exposition universelle de 1888 génèrent à leur tour l’illusion d’un emploi pour tous; ce plan n’est pas toujours comblé, et il provoque beaucoup de chômage, surtout après l’Exposition universelle. Une société de contrastes et de grandes crises économiques que Gaudí expliquait à ses ouvriers, mettant en évidence un plan divin qui se révélait au fil des circonstances. Voici comment il s’adressait à ses disciples : « À la Sagrada Familia, tout est providentiel, même mon entrée en tant qu’architecte, mais surtout l’importante donation que j’ai reçue au début des travaux et qui a permis de donner de l’importance au Temple et de construire la façade que nous sommes en train de terminer. S’il n’y avait pas de fonds, nous l’aurions conçue de manière plus modeste. Mais même la misère actuelle est providentielle. Parce que de cette façon, j’ai pu étudier toutes les parties moi-même, parce que s’il y avait trop d’argent, je passerais la journée à organiser le travail, en revanche, en allant petit à petit, on peut penser à des solutions pour chaque situation, sans tomber dans les répétitions industrielles ». Et il poursuit : « On profite de la lenteur forcée que subissent les œuvres pour qu’elles gardent un rythme de perfection croissante. Même les cas qui auraient pu être répétés, maintenant, avec beaucoup de temps, nous pouvons les étudier à nouveau afin d’améliorer le résultat. Je reconnais également que les choses que je dis s’inscrivent dans une vision optimiste des faits, mais sans optimisme, des travaux importants ne peuvent être réalisés ».

Cette citation reflète bien l’âme qui a caractérisé Gaudí et imprégné son œuvre dans la Sagrada Familia. Un travail qui a besoin d’aumônes pour subvenir à ses besoins. Une fois la journée de travail terminée, s’il n’y avait pas assez d’argent pour payer les travailleurs, Gaudí allait personnellement de maison en maison dans les différents quartiers de la ville, reçu par des citoyens de tous horizons. Josep Maria Boccabella, qui accompagnait Gaudí, a déclaré : « Je ne demande pas pour moi, je demande pour la maison de Dieu, la maison de la Sagrada Familia. »

 

Joaquim Mir, La catedral de los pobres, 1898. Peinture à l’huile (209*250 cm) appartenant à la collection Carmen Thyssen et conservée au Musée national d’art de Catalogne, Barcelone. la peinture représente la construction de la Sagrada Familia avec Gaudi toujours vivant.

 

Gaudí est issu d’une famille d’artisans du cuivre, les Calderai. « Je suis un arrière-petit-neveu, neveu et fils de Calderai » : c’est ainsi qu’il s’est présenté pour expliquer que son origine, liée au travail artisanal, lui avait imprimé la faculté de voir la matière se transformer du bidimensionnel au tridimensionnel. Mais il n’était pas seulement un homme pratique, lié à la fabrication. C’était aussi un homme souffrant, qui a perdu ses quatre frères et sœurs et sa mère dans sa jeunesse, souffrant de fortes fièvres rhumatismales qui l’ont temporairement invalidé dès l’enfance, au point de l’empêcher de fréquenter normalement une école. Un homme au tempérament fort, typique de sa terre, le Baix Camp, où l’on dit en fait « gent del Camp, gent del llamp » (les gens du Camp, les gens de la foudre) en faisant allusion aux brusques changements d’humeur des habitants de cette région. Mais ce qui le caractérise le plus, c’est sa reconnaissance que toute chose est une bonne chose : « Mon enfance a été longue. Avant l’âge de six ans, j’ai commencé à souffrir de crises de rhumatismes articulaires qui sont réapparues plusieurs fois au cours de ma vie, avec des conséquences importantes dans ma formation de garçon […]. En raison de ma faiblesse, j’ai souvent dû m’abstenir de participer aux jeux de mes compagnons, ce qui a favorisé en moi l’esprit d’observation ». Au-delà de la note biographique, ces mots de Gaudi donnent un aperçu de l’esprit avec lequel il a dirigé le chantier, avec une impulsion capable de faire face aux défis de l’environnement socio-historique en se consacrant à son travail concret, qui exigeait chaque jour des réponses, pour susciter chez ses collaborateurs une espérance dans l’engagement.

Voici comment il s’est adressé à ses travailleurs : « Toutes les choses méritent l’attention, elles sont toutes très complexes et, au fond, il y a toujours des raisons mystérieuses pour lesquelles notre limitation se perd. Passer à la légère sur les faits est une animosité (un confort de la bête). Pour pénétrer dans les choses, il faut les poursuivre patiemment ; la patience obtient tout, et la patience est la constance dans la peine inévitable ; il faut faire et refaire parce que la raison est une force interne et il faut l’appliquer en étant à l’intérieur des faits et non de l’extérieur ». La vie d’Antoni Gaudí se déroule dans une complexité d’événements qui voit l’État et l’Église face à une société émergente, qui parle ouvertement de la question religieuse, où l’anticléricalisme se manifeste au fil du temps comme une intolérance de la religiosité. Mais la construction du Temple expiatoire de la Sagrada Familia, promue par l’association laïque des dévots de Saint-Joseph, construite par Gaudí vivant avec ses ouvriers, pourrait être la réponse avec des faits et « dans les faits » aux hommes de l’époque : la bourgeoisie séduite par un protestantisme libéral et la classe ouvrière qui laisse entrevoir la Révolution imminente.

En 1892, le Temple expiatoire de la Sagrada Familia a reçu une donation très importante -577 500 pesetas-, qui l’aurait très probablement rapproché de la finalisation des travaux proposés par le premier architecte et pour la construction desquels Gaudí travaillait. D’autre part, le chantier n’a pas été accéléré jusqu’à son achèvement en peu de temps, comme cela aurait été le cas pour n’importe quel autre ouvrage, mais – espérons-le – Gaudí a présenté aux promoteurs une nouvelle conception, qui a quintuplé les volumes et triplé les hauteurs du projet qu’on lui avait demandé de réaliser et dont il n’était pas l’auteur.

 

La Façade de la naissance de Jésus à la mort de Gaudi, 1926

 

L’espérance invite à se demander : « Et si désormais tous les dons étaient aussi importants ? » Et la certitude de la valeur de l’expiation amène à se demander si, en effet, il n’est pas bon d’entreprendre un travail qui permette à plusieurs générations d’expier leur vie, grâce à la nécessité de nombreuses années, voire de siècles, de dons pour sa construction. Gaudí réussit à convaincre les fidèles de Saint-Joseph d’entreprendre un travail qu’il n’aurait certainement pas terminé et que son époque n’aurait peut-être même pas pu construire, en passant d’une église avec un haut clocher de 80 mètres à une nouvelle avec 18 tours organisées de façon pyramidale, dont la plus haute mesurera 172,5 mètres. De ce nouveau projet, Gaudí laissera une façade construite. « Une œuvre d’art en phase avec l’époque dans laquelle nous vivons ».

La construction commence par la façade dédiée aux mystères de l’enfance de Jésus. Celle-ci apparaît toute décorée avec des images des premiers mètres de construction. Elle s’élève sans bruit, dans la campagne. Il s’agit de la façade de la Nativité, qui ressemble à une crèche monumentale, en référence à la tradition franciscaine particulièrement enracinée en Catalogne. La crèche représente la manifestation populaire qui a souvent réussi à surmonter les périodes de crise de la foi pour être l’héritage des enfants et des gens simples. La crèche incrustée sur la façade de la Sagrada Familia pourrait être considérée comme une crèche vivante, non seulement en raison du réalisme de l’œuvre, mais surtout parce que les personnages qui y sont représentés ne sont pas le fruit de l’imagination d’un artiste, mais le résultat de moulages humains des ouvriers de la Sagrada Familia et des personnes qui peuplaient les cabanes.

 

Photo prise en 1900. Photographie de modèles humains et de leurs sculptures respectives. Les images de la Sagrada Familia ne sont pas le résultat du génie ou de l’idéal d’un artiste, mais reflètent la réalité telle que proposée par le Créateur.

 

Le rejet des images est latent dans la mentalité de la société catalane, en dialogue commercial continu avec l’Europe du Nord protestante, et où les travailleurs étaient orientés vers les utopies soviétiques si peu présentes dans les images. Par exemple, en 1910, dans le but apparent de freiner l’anticléricalisme croissant et de renforcer le caractère laïc de l’État, un débat très important a été suscité, également documenté dans des propositions législatives, sur l’opportunité d’introduire ou non des images sur les façades des églises catholiques et des temples d’autres confessions. Gaudí est à l’intérieur des faits, il ne les analyse pas isolément à l’extérieur, et choisit les personnes qui représenteront les protagonistes de l’enfance de Jésus parmi les ouvriers et les gens qui vivent autour de lui, un par un.

 

Photo prise autour de l’année 1890. Les bergers qui entrent avec leurs chèvres dans l’enceinte de la cour de la Sagrada Familia; ils sont les premiers à célébrer la naissance de Jésus dans la Sagrada Familia.

 

Cela a été possible parce que Gaudí connaissait exactement l’un et l’autre, c’est-à-dire les personnes qui ont construit l’église et le mystère de l’Incarnation qu’il était censé représenter. Dans la construction de la Sagrada Familia, le mot peuple, exploité de multiples façons dans le monde du travail, est, sous l’œil vigilant de Gaudi, la vie humaine aimée de Dieu, si parfaitement adaptée pour représenter le divin sur la terre. En fait, les histoires humaines gravées dans la façade ont le visage de jeunes anarchistes interrompus dans leur travail, d’un aubergiste qui a amené les maçons sur la voie de l’alcoolisme, des enfants de l’orphelinat « Maison de la Charité », qui seraient les petits anges autour de l’enfant Jésus 6)Le poète Maragall a décrit ainsi la Sagrada Familia en 1905 :
« Regardez maintenant ce qui se passe à l’intérieur de cette clôture invisible.
vous êtes encore plus à l’intérieur du temple
et il n’y a toujours pas d’autel,
ni les images, ni le saint sacrifice,
il n’y a pas de fidèles, pas même un prêtre,
juste un terrain,
mais la lumière du soleil ici transcende déjà et prend une autre forme à vos yeux.
Il y a des arbres à l’intérieur du temple et des oiseaux qui volent et cette herbe verte propre de cette saison
et des enfants qui jouent,
des hommes qui se reposent,
des femmes occupées et des vieux contemplatifs au soleil.
Il y a les pauvres : c’est la première chose dont un temple a besoin
. Gaudí vivait avec eux, il s’était fait l’un d’eux, leur rendait visite chez eux, s’inquiétait de leur santé, écoutait leurs femmes et leurs soucis concernant la consommation excessive d’alcool de leur mari. Ses ouvriers ont raconté que Gaudí prenait le tramway avec eux, qu’ils priaient ensemble pour leurs défunts, qu’il s’occupait de leurs besoins les plus pratiques, comme l’école pour leurs enfants 7)Un exemple en est l’histoire de Consol Puig, fille des gardiens du temple et née à la Sagrada Familia, qui vivait à l’étage supérieur de la maison de Gaudí. Depuis qu’elle est petite, elle voulait être enseignante. Gaudí lui a financé ses études. Elle est morte en 1936 à la Cantera del Guinardó, où elle a été assassinée pendant la persécution religieuse. Sa cause de martyre est en cours . Les personnes que Gaudí mentionne tant ne sont pas une idée ou un regroupement, mais des personnes concrètes qui peuplent la crèche monumentale de Barcelone orientée vers le lever du soleil et le quartier ouvrier.

 

Photo : Le Romain du massacre des innocents, selon les témoignages des sculpteurs qui ont travaillé avec Gaudí, est représenté par l’aubergiste de la taverne du quartier ouvrier qui entourait la Sagrada Familia. En plus de rappeler les événements tragiques qui se sont produits à la naissance de Jésus, il a dénoncé le risque de tomber dans l’alcoolisme et les avortements illégaux qui se répandent parmi les ouvriers ; en effet, les enfants représentés ne sont pas des enfants de deux ans comme le voudrait l’écriture, mais des macrocéphales.

 

Lire ici la deuxième partie de l’article de Chiara Curti sur Gaudi

References   [ + ]

1. Gaudí abordera également comme sien le thème de l’amélioration individuelle par l’art, la culture et la bonne économie, afin d’aborder la question dite sociale : « tout ce qui ne parvient pas à élever les gens individuellement dans tous les aspects est aussi un discours. Je ne crois pas aux masses, ni à l’intervention sur celles-ci en tant que telles, mais plutôt à l’action individuelle
2. Benoit XVI, Homélie de la dédicace de l’église de la Sagrada Familia à Barcelone et consécration de l’autel, le 7 novembre 2010
3. Le promoteur de la dévotion à Saint-Joseph, février 1875
4. Ibidem, octubre 1875, 333
5. « Tout ce que j’ai fait était fonction des circonstances : si elles étaient bonnes je les adoptais, et si elles étaient mauvaises je les affrontais. Elles sont toujours servis, elles sont la manifestation de la Providence« ; PUIG BOADA, Il pensament de Gaudí, 190
6. Le poète Maragall a décrit ainsi la Sagrada Familia en 1905 :
« Regardez maintenant ce qui se passe à l’intérieur de cette clôture invisible.
vous êtes encore plus à l’intérieur du temple
et il n’y a toujours pas d’autel,
ni les images, ni le saint sacrifice,
il n’y a pas de fidèles, pas même un prêtre,
juste un terrain,
mais la lumière du soleil ici transcende déjà et prend une autre forme à vos yeux.
Il y a des arbres à l’intérieur du temple et des oiseaux qui volent et cette herbe verte propre de cette saison
et des enfants qui jouent,
des hommes qui se reposent,
des femmes occupées et des vieux contemplatifs au soleil.
Il y a les pauvres : c’est la première chose dont un temple a besoin
7. Un exemple en est l’histoire de Consol Puig, fille des gardiens du temple et née à la Sagrada Familia, qui vivait à l’étage supérieur de la maison de Gaudí. Depuis qu’elle est petite, elle voulait être enseignante. Gaudí lui a financé ses études. Elle est morte en 1936 à la Cantera del Guinardó, où elle a été assassinée pendant la persécution religieuse. Sa cause de martyre est en cours
Vous aimerez aussi
L’architecture syriaque ( II )
L’architecture syriaque ( I )
Comme dans une forêt
Joyeux anniversaire maître Gaudi !