Home > Musique, Danse > Chant choral et quête intérieure – Jaan Eik Tulve

Chant choral et quête intérieure – Jaan Eik Tulve

Jaan Eik Tulve est un musicien estonien, chef de chœur et chef d’orchestre ; il est né à Talinn en 1967. Au début des années 90,  il quitte son pays pour l’Europe de l’Ouest, avec sa future épouse Helena, elle-même compositrice – son œuvre s’inscrit dans le courant de la musique spectrale.

 

Jaan Eik Tulve et Arvo Pärt. Photo : Source

L’exil 

Arrivé en France sans carnet d’adresses et sans argent, Jaan Eik Tulve, accède toutefois rapidement à divers enseignements au CNSM de Paris, en se perfectionnant notamment dans l’étude et la pratique du chant grégorien – il dirigera le Chœur Grégorien de Paris dès 1992, se rendra dans diverses abbayes françaises pour conseiller les moines et apprendre à leur contact l’art du chant millénaire de l’Eglise d’Occident.

Reconnaissances

Aujourd’hui de retour en Estonie, Jaan Eik Tulve est un pédagogue et un chef internationalement reconnu ; il est aussi l’un des interprètes les plus proches d’Arvo Pärt, qui dédie plusieurs œuvres à son ensemble Vox clamantis

Vox clamantis  se présente non seulement comme un ensemble vocal professionnel : il veut être, il est sans doute devenu « une réunion d’âmes sœurs ». 

L’auditeur fait d’emblée l’expérience de cette connivence : les voix et les tempéraments personnels, bien que très typés, fusionnent subtilement ; par ailleurs, l’ensemble cultive une grande sobriété : il semble livrer à notre contemplation, délicatement et sans effets, les œuvres les plus complexes comme un « folklore » intériorisé, une tradition parfaitement assimilée. Enfin, les programmes de Vox clamantis, dans lesquels se côtoient œuvres médiévales et contemporaines, manifestent par-delà les siècles des affinités inouïes mais profondes.

Ces reconnaissances miraculeuses (entre individualités vocales, entre les interprètes et les œuvres, entre les œuvres elles-mêmes) se réalisent grâce à un travail très minutieux, d’essence méditative, que Jaan Eik Tulve assimile à une descente dans les profondeurs. Une fois la profondeur du coeur atteinte, une différence de « mille cinq cents ans, ce n’est rien du tout », comme il l’explique au cours d’un entretien accordé à Paris en 2009 :

 

Découvrir Jaan Eik Tulve et Vox clamantis, durant le Triduum :

 

Jeudi Saint : Ubi caritas et amor – antienne grégorienne et motet de Maurice Duruflé :

 

 

Vendredi Saint : Via crucis – LisztEcouter ici l’extrait )

 

Veillée pascale : Alleluia Tropus – Arvo Pärt :

 

 

Dimanche de Pâques : Stella matutina – Grégorien revisité (Ecouter ici)
Vous aimerez aussi
Recollect Beirut, le baume de la musique qui console
Hal Singer, singing that lives matter
La planète danse
La musique du paradis