Home > Accueil > Poème : Lumen et noli me…

« Lumière, il te fallut naître au premier mot du vrai Poème. Quant à nous, c’est en toi que nous écrivons (…) Dans l’origine, tu apparus sur l’informe et nous héritons de ce déploiement. »

LUMEN ET NOLI ME… 

      Lumière, il te fallut naître au premier mot du vrai Poème. Quant à nous, c’est en toi que nous écrivons notre remorque fabriquée, notre assemblage de faïences crépitées.
      Dans l’origine, tu apparus sur l’informe et nous héritons de ce déploiement. Et nous énumérons tes étoiles sur le faisceau de ta queue de paon.
      Or, ce Matin, Il fut de nouveau l’âtre où tu couvais ta braise originelle. Il fit ainsi briller en toi ce qui te fit lumière. Et tandis que tu éclairais les traits du jardinier, Marie-Madeleine se méprenait.
      C’est que, dans un prénom, « Marie », dans un morceau de pain – brisé -, dans le geste laissé pour compte, tu fixais maintenant tes anciens pénates.
      Je te surprends à jouer sur la façade juste en face ; et tu as bien ce petit air qui me dit quelque chose…

 

 

dc
05.04.2021
Image : Détail d’un des paons, mosaïque de pavement,
basilique alla Beligna, Aquilée, fin du ive siècle (
source)

 

Vous aimerez aussi
Où fuirions-nous, loin de Toi ?
Ossip Mandelstam : Je dois apprendre à vivre !
Une danse « pour rien »
Poème : À l’aube

Répondre