Home > Cinéma, Théâtre > 123 silence on tourne

Voilà 123 ans, le 16 avril 1889, naissait  à Londres Charles Spencer Chaplin dit Chaplin. Il fut l'une des personnes les plus créatives de l'ère du cinéma muet. Réalisateur, scénariste, producteur, monteur et même compositeur de ses films, sa carrière durera plus de soixante-cinq ans, du music-hall en Angleterre jusqu’à sa mort, en Suisse. 123 ans après, Chaplin est encore bien présent : la preuve en est avec la sortie récente du film « the Artist » comme un hommage à l'homme et au cinéma muet.


Charlie Chaplin, Les temps modernes, 1936

Quand on évoque Chaplin, on garde tous en tête bien entendu l’image de Charlot, ce personnage muni d'une canne de bambou, coiffé d'un chapeau melon, vêtu d'une veste étriquée et d'un pantalon qui tombe sur des chaussures trop grandes. Derrière le langage de Charlot uniquement basé sur la gestuelle, Chaplin impose et marque le langage universel. Un corps en déséquilibre permanent comme un humain qui tente d’un côté et de l’autre de se positionner entre le bien et le mal, entre conscience morale et péché avec toujours cette pirouette possible, ce revirement de situation ce drame qui n’en est plus ou qui le devient.

Car Chaplin veut tout à la fois, faire rire, émouvoir et faire penser. Il reste convaincu que le muet reste le meilleur message. Mais en 1938 avec « Le dictateur » et son discours final, Chaplin laisse enfin parler son cœur et faire entendre sa voix : « Nous voudrions tous nous aider si nous le pouvions, les êtres humains sont ainsi faits. Nous voulons donner le bonheur à notre prochain, pas lui donner le malheur. Nous ne voulons pas haïr ni humilier personne. Chacun de nous a sa place et notre terre est bien assez riche, elle peut nourrir tous les êtres humains. Nous pouvons tous avoir une vie belle et libre mais nous l'avons oublié. (…) Il est écrit dans l'Evangile selon Saint Luc "Le Royaume de Dieu est dans l'être humain", pas dans un seul humain ni dans un groupe humain, mais dans tous les humains, mais en vous, en vous le peuple qui avez le pouvoir : le pouvoir de créer les machines, le pouvoir de créer le bonheur. Vous, le peuple, vous avez le pouvoir : le pouvoir de rendre la vie belle et libre, le pouvoir de faire de cette vie une merveilleuse aventure. »


Extrait Les temps modernes, 1936

« Le génie de Chaplin, ce serait sa capacité à saisir l’humain dans toutes ses composantes, d’avoir été humain en tout jusqu’au dictateur. Il a trouvé la part belle de l’humain, la tendresse et la beauté, et il s’est attaqué ensuite à sa part sombre. Et pour cela Chaplin devient lui même Hitler, mais il désamorce cette fusion par l’art, par le cinéma, comme un vertige qui l’aurait attiré et que la mise en scène l’aurait aidé à vaincre. » écrit Jean-Philippe Toussaint.

Alors hommage à un homme de parole ! Chaplin ? Idéaliste, rebelle, comique ou simplement épris d’humanité ?
 

Vous aimerez aussi
Silence, de Martin Scorcese
Cinéma : Paterson ou la poésie des petites choses
Mateo : « Quand on ouvre la porte à l’espoir, tout est possible »
Le temps de chaque jour. Entretien avec le cinéaste Nicolas Gayraud

1 Commentaire