Home > Cinéma, Théâtre > Le fils d’un Roi

Le film de Cheyenne-Marie Carron nous offre une plongée dans un monde qui semble presque oublié aujourd’hui, celui de nos racines, de l’Histoire de la France et de la Royauté. Il ressurgit à travers un angle de vue inattendu, celui de l’amitié de deux jeunes d’un lycée de « casos » [1]Lycée d’enseignement professionnel : mn 22:44 du DVD dans la banlieue parisienne. [2]sortie du film Le fils d’un Roi en 2019 et du DVD en 2020 

 

 

« Le Roi te touche, Dieu te guérit … ». C’est avec ces mots de saint Louis, qu’Elias, jeune Français d’origine marocaine, caresse la main paralysée de la mère de Kevin, son ami, lorsqu’il la visite pour la première fois.

Le génie de Cheyenne-Marie Carron est d’évoquer la Royauté non comme une question polémique, ou comme l’observation des courants royalistes, mais à travers une histoire d’amitié. D’un côté, Elias qui revendique la monarchie de son pays d’origine et de l’autre Kevin, issu du monde ouvrier, qui aspire à autre chose, à la grandeur, à la beauté.

La grâce de ce film est bien-sûr liée à celle qui en est la réalisatrice et productrice. Inclassable dans le monde du cinéma – à part, dans le meilleur sens du terme – à cause de sa quête intérieure et de sa manière de vivre, ayant tout donné pour le cinéma.

C’est la lumière du Christ, l’Unique Véritable Roi, qui sous-tend tout ce film, qui lui donne son unité, sa profondeur, sa saveur, qui ouvre dans le cœur de celui qui regarde sans préjugés, une perspective nouvelle.

La présence de saint Louis, en filigrane, en est un exemple. Que ce soit à travers les données historiques du film que présentent les deux amis, ou cette célèbre phrase du Roi guérisseur des écrouelles, il est intéressant de voir qu’après huit siècles, la sainteté de Louis IX parvient à être encore présente dans les cœurs. La République, la politique et les idéologies n’ont pas complètement soufflé la flamme dans la mémoire de son peuple.

Ce film, qui semble comme un petit grain de poussière face au cinéma à gros budget, soulève courageusement des questions fondamentales sur le pouvoir, le bien commun, la liberté et le véritable sens du service. Il nous rappelle au passage que nous avons derrière nous quinze siècles de Royauté et à la fin du film, on ne peut s’empêcher de se demander qui nous a volé notre Histoire ?

C’est l’expérience qu’a fait Cheyenne elle-même : « J’ai pu découvrir un autre versant de notre Histoire, bien plus riche, plus complexe et plus nuancé que ce qui m’avait été enseigné jusqu’alors, ainsi que des valeurs oubliées qui mériteraient d’être rappelées à la société actuelle. » [3]Extrait de l’interview de Cheyenne-Marie Caron depuis son site

 

Bande Annonce du film Le fils d’un Roi

References

References
1 Lycée d’enseignement professionnel : mn 22:44 du DVD
2 sortie du film Le fils d’un Roi en 2019 et du DVD en 2020
3 Extrait de l’interview de Cheyenne-Marie Caron depuis son site
Vous aimerez aussi
Le cas Jägerstätter vu par deux cinéastes
Pinocchio
Le film Corpus Christi fait le plein d’entrées en Pologne
Bruno Ganz – in Memoriam

Répondre