Home > Arts plastiques > Un artiste au secours de la Grèce

Un artiste au secours de la Grèce

de Paul Anel      18 mai 2012
Grèce, Art, Sean Scully, Temps de lecture : 3 mn

Le 9 mai dernier ouvrait à Athènes, au musée Benaki, DORIC, la toute première exposition sur le sol grec, de Sean Scully. A l'heure où le monde se tourne vers la Grèce avec les sourcils froncés, le peintre de renommée internationale porte sur ce pays et sa culture un regard admiratif et reconnaissant, dans une série de peintures monumentales et poétiques, qu'il décrit lui-même comme un "hommage au peuple grec."


© Sean Scully

"C'est un travail qui a mûri en moi pendant de longues années, mais il semble que son heure soit venue, car la Grèce est un pays qui est loin d'être apprécié à sa juste valeur", confie Sean Scully.

Pourtant, le peintre d'origine irlandaise, né en 1945, entretient avec la terre de Socrate et d'Homère une relation qui ne date pas d'hier. Ses canevas ont des allures de murs, et déclinent sur un registre toujours nouveau les deux éléments qui sont à la base de toute architecture : l'horizontale et la verticale.

"J'aime penser à l'artiste comme à un constructeur, un artisan, avec toute l'idée de modestie que cette profession implique. La serie DORIC fait référence à l'architecture, elle a donc rapport à la pierre."

Mais ce qui intéresse l'artiste, ce ne sont pas les pierres en tant que telles, fussent-elles millénaires. C'est ce qui se trouve derrière elles. Ce qu'elles cachent, et qu'elles protègent. D'ailleurs, regardez bien ces peintures, ces murs, et vous observerez que, pour solides qu'ils paraissent, les pierres qui les composent sont toujours légèrement descellées, et laissent filtrer la lumière.

Ce que Sean Scully cherche dans les pierres des temples grecs, ce sont les valeurs spirituelles, immortelles, dont elles furent le berceau. Ces valeurs dont aujourd'hui encore nous vivons.

"DORIC est inspiré par la forme architecturale qui a accompagné la naissance de la démocratie. Je voulais rendre hommage au fait qu' Athènes soit à l'origine de la démocratie, et de tout ce qui en a découlé en occident. Je voulais exprimer ces valeurs d'ordre et d'humanisme."

A l'heure où le monde se tourne vers la Grèce avec un regard réprobateur, Sean Scully se tourne vers elle avec un regard admiratif, reconnaissant.

"Mon travail est un hommage à la Grèce, mais il est aussi inspiré par les batailles contre Cyrus et Xerxès, et par tous les sacrifices qui ont été faits pour ces valeurs."


Sean Scully, Doric Angel, 2011

Si le rapport entre cette exposition et la crise grecque ne saurait être ignoré, ce serait une erreur de la penser avant tout comme un acte politique. Dans le climat d'austérité et d'incertitude qui pèse aujourd'hui sur la Grèce, l'enthousiasme qu'a réveillé cette exposition manifeste au contraire qu'elle a ouvert une fenêtre vers quelque chose d'autre.

Avec la puissance et la poésie qui caractérisent son oeuvre, Sean Scully nous rappelle que le travail de l'artiste n'est pas seulement de refléter les désarrois de son temps : il est aussi, et de façon aujourd'hui plus nécessaire que jamais, de raviver la nostalgie de l'idéal, de rebâtir les bâtiments en ruine, et de rendre ainsi un peuple à ses origines.

Vous aimerez aussi
Turner et la couleur
Palixo : un tournage inoubliable !
La chapelle Santa Cecilia par Sean Scully : une inauguration historique
Le référendum Grec à J-1 : un regard sur la population

3 Commentaires

  1. Yannick

    Bonjour Au secour un peintre de renommé internationnal au secour de la Gréce je n'ai meme pas compris ca demarche intellectuelle qui le connais que fait-il pour la Gréce?  peut-etre que pour quelques innitiés la démarche trouvera grace a leur yeux. Je ne vois pas de chose concrete dans ce qui est rapporte qui puissse etre de pres ou de loin considéré comme de l'aide. il fait une expo ok avec pour liaison la construction mais c'est la tout le rapport que j'y vois. TETRIS voila ce que je vois. En matiere d'art tout est possible les formes les materiaux les couleurs a chacun sa sensibilité. Pour ma  part Verneer Chardin ou Renoir sont des artistes meme Dufy trouve grace a mes yeux pourquoi par ce qu'il peint avec sont coeur et qu'il n'y a pas de démarche intellectuel derriere pour justifier un manque artistique, qu'ils ecrivent donc ils aurront peut-etre plus de talent artistique dans ce qu'il diront que dans ce qu'il barbouille. bien a vous Yannick

  2. Anonyme

    Cher Yannick,
    d'accord avec vous, Vermeer, Chardin, Renoir et Dufy, c'est fantastique. Le problème, c'est que là où ils sont, ils ne peuvent pas faire beaucoup plus pour consoler les vivants que d'offrir un peu de prière dans l'invisible. Sean Scully, quant à lui, a tenté à sa manière d'offrir un peu d'espérance dans le visible. Après tout, chacun son travail.
    Mais puisque vous vous interrogez, permettez moi de tenter quelques réponses :
    – Sa démarche intellectuelle : "c'est beau les pierres, en Grèce"
    – En quoi cela est-il utile : vous avez raison, ça ne sert à rien un peu de tissu et un peu de peinture.
    – Pourquoi n'écrit-il pas? Parce que la lumière s’obstine à vouloir passer par ses toiles et non par des mots. C’est absurde, mais c’est comme ça.
    – Ce qu'il fait pour la Grèce : manifester de la gratitude (ce n'est pas si courant, ni évident de s'émerveiller à un moment ou tout le monde les met dehors, de remercier pour tout ce qu'à coûté à ce pays un héritage d'une noblesse si mesurée quand tout le monde se demande s'il ne vont pas sombrer dans le fascisme, enfin de  donner à ces âmes qui firent respirer l’occident par la beauté un peu d'oxygène en retour, au moment où l'atmosphère se fait oppressante.
    Je crois qu’un tel geste peut avoir du poids dans la vie d’un homme ou d’un peuple.
    Après, oui, c’est vrai, pour le reste, vous avez tout à fait le droit de ne pas apprécier et de le dire. Pour ma part, je trouve son travail très beau.
    Son geste ne fait qu’ajouter mon émmerveillement : son âme aussi, l’est.
    Bien à vous
    Dean
     

  3. simo

    me conmueve constatar que los sentimientos afloran en tiempos de oscuridad…
    y que hay personas que se atreven a expresarlos con su propio lenguaje
    indistintamente si persiguen un fin o si no …
    gracias por abrir el corazón…