Home > Littérature > Au matin

Au matin

 

L’aube avait encore les noirceurs de la veille.
Au sillon tari de sa peine, elle attendait.
 
Dans le filet de l’échafaud, les collines par la fenêtre
N’avaient plus cet allant de chevreaux printaniers.
Au paradoxe de la paix, elle voyait cette lumière
La même et cependant, moins pure,
Emanant presque de la terre,
Leur offrir une vie,
Cette présence, cette attente.
 
Un rayon traversa
Toute une galaxie de poussières mouvantes.
Dans l’aurore insufflée de soleil
Tout redisait la mémoire d’Adam.
Il entra.
 
Il se produisit un temps d’à peine quelques riens.
Une larme irriguait le sillon de sa gloire.
Il vit s’y refléter tout le miracle et tout un monde.

 

 


© Jean-Marie Porté

 

Vous aimerez aussi
Les voeux de Dietrich Bonhoeffer ou la grande Allemagne face à la barbarie
Pietá
Le roi David
« L’adieu » du poète Yves Bonnefoy