Home > Fioretti > Etincelles de Noël en Syrie

II n'est pas rare, ces jours-ci, de voir des familles palestiniennes errer dans les rues de Damas… Parents portant leurs petits enfants, suivis d'autres un peu plus âgés qui se tiennent la main portant certains sacs et colis.

Des larmes aux yeux des femmes, la colère dans le regard des hommes, la tristesse aux yeux des enfants.
Ces réfugiés palestiniens n'ont pas été épargnés par le feu de la crise syrienne. Des milliers ont quitté leurs camps où ils vivaient depuis 1948. Un second exode se dessine. Certains ont réussi à rejoindre les camps palestiniens du Liban. Les autres tournent en rond cherchant un accueil, une charité auprès des familles syriennes démunies et aussi fragiles.
Une famille de sept enfants s'est présentée au voisin, concierge d'un foyer. Elle demandait un coin discret pour allaiter son bébé de dix jours, tout le monde quitte la minuscule pièce pour laisser un peu d'intimité à cette maman et son bébé….
Pour un temps la petite chambre du concierge ressemblait à la Crèche de Bethlehem. TOUJOURS SUR LES PAS DE LA SAINTE FAMILLE SANS ABRI.

Un Roi mage
A l'heure où tout le monde quitte la ville, le nouveau patrirache grec-orthodoxe Sa Béatitude Youhanna X arrive à Damas le 20 décembre, fête de St Ignace d'Antioche dont il est successeur.…
Il fit au siège patriarcal une entrée si simple et si modeste à cause des événements. Les sons des cloches répondaient aux éclats des obus.
Deux langages contradictoires :
les premiers appellent à la prière et à l'amour. Les seconds sèment la mort et la haine.

Sa Béatitude élu lundi 17 décembre 2012  au Liban, se dépêche pour être au milieu des siens qui vivent dans la tourmente depuis 22 mois, confirmant leur foi, leur mission, leur identité et leur témoignage, invitant à la veille de Noël à la réconciliation et au dialogue, seuls instruments de paix dans un pays déchiré par la violence.
Un Roi Mage  portant un cadeau de son Maître : LE PARDON.

Le sourire de Wissam
Wissam, âgé de trois ans, vit avec un cancer du sang (leucémie).
Il vient à la messe chaque soir à 18h. Quand il n'est pas sous l'effet du traitement chimique, il distribue et ramasse les feuilles des chants, donne de sa petite main le geste de paix aux fidèles parsemés dans la grande cathédrale, avec un sourire innocent et séduisant…
Il jette son chapeau qui cache une tête sans cheveux, porte un cierge à la lecture de l'Evangile et pendant la communion, distribue des images à la sortie de la messe.

Wissam doit suivre un long traitement chimio. L'hôpital craint la fermeture à cause des combats qui l'entourent, du personnel médical qui ne vient plus et qui quitte la Syrie, de la pénurie de fuel de chauffage et du manque de médicaments… Tous les fidèles vivent ce cauchemar avec la famille de ce petit ange.

WISSAM REGARDE A LA CRECHE L'ENFANT DIVIN QUI LUI SOURIT AUSSI….

Dans cette longue nuit syrienne, des étincelles brillent et louent le Seigneur.

Mgr Samir Nassar, Archevêque de Damas

 


© Points-Cœur
 

 

Vous aimerez aussi
En Syrie, les pierres crieront
« L’art c’est l’espérance et l’affection qui parfume les douleurs des hommes »
Les voeux de Dietrich Bonhoeffer ou la grande Allemagne face à la barbarie
Noël en Provence : les santons aussi sont des maîtres “ès gratuité”