Home > Musique, Danse > Le West-Eastern Divan Orchestra : quand la musique rassemble Israéliens et Palestiniens

Le West-Eastern Divan Orchestra : quand la musique rassemble Israéliens et Palestiniens

Tout a commencé en 1999 à l’initiative de l’illustre pianiste et chef d’orchestre israélien Daniel Baremboim, et de son ami Edward Said, intellectuel palestinien. Ceux-ci ont réuni de jeunes talents palestiniens, israéliens, égyptiens, jordaniens, turcs, libanais, syriens, iraniens… pour former un orchestre, transcendant les barrières culturelles politiques et religieuses.


CC BY-SA FALHakaFalLin

La nouveauté, c’est qu’ils apprennent non seulement à partager leur pupitre d’orchestre avec des personnes avec lesquelles ils n’avaient jamais pu avoir de contact auparavant, mais aussi à dialoguer simplement avec d’autres jeunes qui peuvent être en conflit avec leur propre peuple. Cette expérience est vraiment prophétique dans le sens où elle montre qu’il est possible pour des jeunes palestiniens, israéliens, syriens… de vivre ensemble, d’apprendre à se connaître et enfin de donner des concerts splendides qui ont ému le monde entier.

Les voies de la musique – vidéo de 35 mn

 

Lors du concert hautement emblématique donné à Ramallah (Palestine) en 2005, Daniel Barenboim rencontre une fillette qui lui assure qu’elle est contente qu’il soit venu… « parce que tu es la première chose que je rencontre qui vienne d’Israël qui ne soit ni un char ni un soldat ». Celui-ci se trouve conforté dans la valeur de son projet qui vient « rassembler des enfants d’orient et d’occident pour jouer une musique universelle ! » Chaque session de travail, chaque concert donné et chaque instant de vie partagé sont un signe que la musique peut casser les barrières les plus insurmontables et que des ponts peuvent être érigés pour encourager les personnes à être plus proches : c’est la preuve qu’il est possible pour des jeunes issus de différents passés souvent douloureux, de co-exister en paix.

«Knowledge is the beginning» : c’est le titre du fantastique reportage de Paul Smaczny sur cette expérience qui se reproduit chaque été. « Si la musique ne va pas résoudre le conflit israélo-arabe, elle joue un rôle en amenant ces jeunes à se connaître les uns les autres et à prendre conscience qu’il n’y a pas de solution militaire au conflit » souligne Daniel Baremboim.

En 2005, ces jeunes musiciens israéliens et palestiniens surmontent leur peur et passent les checkpoints pour aller à Ramallah donner un concert exceptionnel par son sens symboliqu. Durant ce voyage, chacun commence à s'intéresser aux autres. La jeune violoniste Tyme, palestinienne est si heureuse de montrer sa ville de Ramallah aux autres. Ces derniers découvrent que la vie dans cette ville n’est pas si différente de chez eux et s’émeuvent de l’étendue des destructions et à la fois de la beauté qu’ils y percoivent, dépassant leurs préjugés…

A l’heure du concert où les musiciens juifs les ont rejoints à la dernière minute pour des raisons de sécurité, l’une d’elle s’exprime : « Nos sentiments sont si complexes : il n’y a que la musique pour les exprimer… ». A l’heure du solo du hautbois palestinien, tous sont tendus tant ils désirent qu’il jaillisse dans toute sa beauté. L’œuvre est commune, Israéliens et Palestiniens ne font qu’un dans leur don à travers la cinquième symphonie de Beethoven…

 

Achetez le DVD

Prochains concerts : http://www.west-eastern-divan.org/calendar/

Vous aimerez aussi
Elie Ferzli aux saoudiens : « Ne croyez pas que vous pouvez nous acheter ! »
Après la Syrie, le Liban ?
Le Kurdistan (II) : Carrefour du XXIème siècle
Le Kurdistan (I) : la nation invisible

3 Commentaires

  1. jb

    Merci pour cet article, le travail de Mr Barenboïm est tourné essentiellement vers la qualité musicale alors que cet orchestre a souvent été "récupéré" pour son image pacifiste, politique, ou sociale du conflit, avec un à priori "pro-palestinien". Le génie de Mr Barenboïm, qui lui a valu bien des soucis de part et d'autre, est de ne chercher qu'une seule chose : la beauté et l'excellence de la musique.

  2. MB

    Daniel Baremboim est argentin et il a aussi la nationalité israélienne et espagnole … je dis cela mais je ne dis rien. La musique est vraiment communion et langage humain là où, parfois, un autre langage serait insuffisant. Cet orquestre en témoigne.

  3. BENMATTI Nadir

    Je prépare un ouvrage sur la Méditerranée et la Paix: "Méditerrapaix". Je suis économiste et j'ai assumé des responsabilités politiques et dans le domaine économique importantes. Mon travail est bien avancé et je dispose d'un dossier important que je peux vous transmettre si vous me donner un mail. La première partie regroupe des textes de personnalités sur divers sujets et dans la seconde je fais intervenir des jeunes des différents pays de la Méditerranée qui répondent aux 14 questions que je leur ai posées. Je souhaite parler de votre expérience dans cet ouvrage en faisant intervenir un (ou une) jeune palestinien et un (ou une) jeune israélien de votre orchestre. Donnez-moi votre  avis. Avec mes félicitations et mes meilleures salutations.