Home > Société > « Le prodigieux mystère de la joie », à l’école des oubliés de Manille

« Le prodigieux mystère de la joie », à l’école des oubliés de Manille

Dans la nuit du 20 septembre 2013, un terrible incendie a ravagé un quart du bidonville situé en plein cœur de la décharge d’ordures de Manille aux Philippines, la tristement célèbre « Smokey Mountain ». La fondation Un pont pour les enfants (www.associationanak.org) qui œuvre sans relâche depuis 15 ans pour sortir les enfants de l’enfer de la rue et des bidonvilles, est présente sur cette décharge. Le centre « Bienheureuse Mère Teresa » accueille chaque jour des centaines d’enfants chiffonniers pour leur apporter éducation, soutien scolaire, suivi nutritionnel et médical. Elle était donc sur place lors de l’incendie et les mamans volontaires du programme se sont empressées d’apporter un soutien matériel et moral aux 250 familles victimes de l’incendie. Alors que très peu d’aide fut apportée de la part des structures locales et gouvernementales, les habitants eux, ont déjà presque entièrement reconstruit leurs « cabanes »…

Aider les enfants chiffonniers et les enfants victimes de l’enfer de la rue est un défi quotidien pour les 115 employés de la fondation, les six volontaires français et le Père Matthieu Dauchez, directeur de la fondation. Alors que le plus gros challenge est sans doute matériel puisqu’il s’agit de subvenir sur le long terme aux besoins des 24 centres de la fondation, (dont 15 maisons hébergeant 24h sur 24, 265 ex-enfants de la rue), les personnes dévouées à la fondation font face à un autre défi : les souffrances des enfants. Les enfants recueillis par la fondation sont des enfants blessés, à vif, qui ont été victimes de terribles faits ou abus, dépassant parfois l’endettement. Ces souffrances, l’homme a bien du mal à les soulager …

« La difficulté c’est d’être témoin des pires horreurs dont l’homme est capable : violence, abus sexuels… qui créent des blessures qui ne guériront jamais. Comme un médecin en face d’une maladie incurable, il faut alors panser leur blessures, apaiser leur cœur… mais je resterais toute ma vie en face d’enfants qui souffrent. Et ce, même s’ils témoignent de joie, même sils font preuve d’une force, d’une nature étonnante dont l’enfant est le porte-étendard. Ils ont une seule soif : la soif d’amour », témoigne le Père Matthieu Dauchez.

Les souffrances sont extrêmes à Manille mais l’espérance est grande car malgré les coups durs et les difficultés, les grâces suivent toujours. Les enfants de Manille débordent d’une joie immense qui témoigne d’une seule chose : leur soif d’Amour. Ils nous donnent chaque jour des vraies leçons d’amour et d’espérance et c’est aussi grâce à eux que les personnes dévouées quotidiennement à la fondation peuvent tenir dans la durée…

 

Le Père Matthieu Dauchez sera de passage en France en octobre
et donnera deux conférences exceptionnelles sur
« Le prodigieux mystère de la Joie », à l’école des oubliés de Manille :

Le jeudi 17 Octobre à St François-Xavier (Paris 7e) à 20h30
Le vendredi 18 Octobre à la salle paroissiale de Marcq en Baroeul (59) à 20h

 

d’Alexandra Chapeleau 

Plus d’informations : www.associationanak.org
email: contact@associationanak.org

Crédit photo ANAK-Un pont pour les enfants

 

 

Vous aimerez aussi
Points-Coeur de Manille : « Vraiment ce que vous vivez est beau et bon ! »
Le pape reçoit le secrétaire général de l’ONU
Tour de France de l’Ecologie humaine
Euthanasie des mineurs : une loi pour construire quelle société ?