Home > Politique > Maïdan-Kiev : pour notre dignité et la vôtre

Maïdan-Kiev : pour notre dignité et la vôtre

de Konstantin Sigov   

Konstantin Sigov, ukrainien, directeur de la maison d'éditions "L'Esprit et la Lettre", professeur de philosophie à l'Université de Kiev-Mohyila, nous livre sa réflexion sur ce qui se passe actuellement en Ukraine.


© Tous droits réservés

La personne est à la fois inviolable et vulnérable. On hésite presque à le rappeler. Mais c’est précisément pour redire cette vérité que plus d’un million de personnes ont manifesté le 1er et le 8 décembre à Kiev sur la place Maïdan – la nuit précédente des personnes avaient été matraquées au visage, à la tête ; par chance, elles sont encore en vie… Ordres confus d’en haut, qui ont ébranlé toute la "structure d’autorité" du pays. Depuis la colline de la cathédrale Sainte-Sophie, avec ma femme, des amis et un fleuve de concitoyens nous sommes entrés dans cette mer humaine qui a inondé tout le centre ville. Aujourd’hui, aucun slogan ne les arrachera à un double souci – celui d’écouter leur propre conscience et le souci d’autrui. Qualité étrange de cette mer – elle ne durcit pas cette foule en glace, ni ne fait perdre à chacun sa personnalité.

Ces dernières années, on entendait dire "partout" que l’apathie sociale et le cynisme excluaient un nouveau Maïdan. L’abîme qui séparait les citoyens du monde des politiques suscitait un réflexe de recul. Nous avions tellement peur d’admettre que nous autres, mortels, ne pouvions nous laisser intimider jusqu’au bout. Le 1er et le 8 décembre, un million de personnes ont surmonté leur peur ; elles ont pris leur courage à deux mains, mais ce n’était pas pour avoir plus de pouvoir ni plus d’argent. Alors pourquoi ? Pour le témoignage. C’est essentiel de le voir. Comment le dire en deux mots ? Des centaines de milliers de personnes se rassemblent et témoignent en silence du fait que le visage est sacré. Chaque visage. D’où un sentiment de joie. De quoi devrions-nous avoir peur ? Il ne faut pas mutiler ce sens, oublier ce témoignage. Gogol écrivait à Aksakov : "Rappelez-vous que lorsque c’est ce qui est le plus petit qui devient le monde entier, lorsque la vie se vide, que tout s’enveloppe d’égoïsme et de froid et que personne ne croit aux miracles – c’est à ce moment que peut s’accomplir le miracle le plus miraculeux de tous les miracles. C’est comme la tempête, qui n’éclate jamais avec plus de force qu’après un calme plat inhabituel." On pourrait aussi évoquer, avec Charles Péguy, l’éventuelle dégradation "de la mystique" de cet événement en "politique". Mais ce serait un autre débat, qui ne tiendrait pas seulement en deux mots…

 

Vous aimerez aussi
Le Christ est ressuscité !
Ukraine : rencontre avec le père Alexandre, orthodoxe
Le feu vivant ou la transmission d’un appel
Une figure paternelle, un maître de prière : Mgr Antoine, métropolite de Souroge

3 Commentaires

  1. Aude
    Aude

    Depuis presque 3 semaines nous sommes témoins d'un désir de vérité et de dignité surprenant en Ukraine. 

    Au delà des analyses politiques, économiques  – l'Ukraine n'a guère que le choix entre 2 mauvaises solutions , celle du  rattachement à l'union douanière russe  ou  partenariat avec l'Europe – nous voyons une terre qui vit douloureusement l'appartenance à ses doubles racines , celle salve et celle européenne. L'Ukraine  paye chère sa vocation de pont entre l'Est et l'Ouest.  L'Europe de l'Ouest a une méconnaissance quasi totale de ce peuple et de son histoire, et la Russie oublie  bien souvent qu'un autre peuple vit au delà de ses frontières quand elle s'arroge le titre de "grand frère" alors que le berceau de la Rous-Kievienne  reste bien Kiev !!

    Le coeur de ces événements c'est  tout d'abord un immense désir d'existence, d'affirmation de reconnaître que l'Ukraine EST. Cela peut paraître paradoxal pour des yeux étrangers mais l'Ukraine est une nation qui n'a jamais eu le droit d'exister, dont la langue a été interdite, la terre spoliée, l'histoire réquisitionnée. 

    Aujourd'hui des milliers de voix s'élèvent pour dire nous sommes un peuple libre et nous voulons prendre notre destin en main.

  2. Albane
    Albane

    Voilà un article intéressant qui se fait l'écho de l'évêque Gudziak à la messe qu'il a célébré pour les manifestants sur la place Maïdan au lendemain de la tentative de la police pour les y déloger dans la nuit de lundi à mardi : "C'est par des manifestations dans la paix que Nelson Mandela, Mahatma Gandhi et Martin Luther King Jr ont pu changer le cours de l'histoire de continents entiers ! Vous aussi, vous pouvez changer votre pays !"

    http://www.catholicnews.com/data/stories/cns/1305167.htm

    Merci à nos amis ukrainiens pour leur témoignage d'espérance et de courage !

  3. Aude
    Aude

    Le journal « Den » a interwievé le compositeur ukrainien Valentin Silventrov (http://terredecompassion.com/2012/12/18/les-nouvelles-formes-de-la-beaute-dans-la-musique-de-valentin-sylvestrov-compositeur-ukrainien/) au sujet  des évenements actuels de Maidan, qui selon lui exprime la formidable énergie du peuple ukrainien qui en sort  grandi.

    « Il y a beaucoup à dire sur la situation de Maidan, qui regroupe differentes catégories de personnes, répresentatives de toute l'Ukraine. Parmi elles, il y a un grand nombre d'intellectuels. Indépendamment de la tournure des évènements, l´occupation de la place Maïdan par le peuple est déjà une victoire. »- dit Silvestrov

    Ici se trouve la musique que le compositeur avait composé pour la révolution orange en 2004 : (à écouter !)

    http://duh-i-litera.com/kantaty-valentyna-sylvestrova/

    « L´Ukraine n´est pas encore morte,

    La verité est encore au milieu de son peuple.

    Là est notre dignité et notre force,

    Nous sommes des personnes et non des esclaves.

    Ni notre dignité, ni notre liberté sont mortes.

    L'Ukraine est notre fierté, elle est notre honneur et notre destin. »