Home > Eglise > « La seule identité qu’il me reste, c’est le Christ lui-même »

« La seule identité qu’il me reste, c’est le Christ lui-même »

Quarante mille chrétiens (et des milliers de personnes d'autres minorités religieuses comme les Yazidis) ont dû fuir l’Irak depuis l’invasion de Daech : ils doivent s'exiler en raison de leur foi au Christ. Ils sont partis vers Arbil, la Turquie ou le Liban. Parmi ceux qui sont arrivés au Liban, certains témoignent de ces moments si douloureux pour cette terre d’Orient.

La présence de chrétiens en Irak remonte au premier siècle. En 1987, ils étaient 1 500 000. En 2013, ils n'étaient plus que 450 000. Aujourd’hui, seuls ceux qui n'ont pas de passeport ou l'argent nécessaire pour pouvoir fuir sont encore là, coincés dans les montagnes, affrontant la faim et la soif. Les autres ont préféré fuir.

Après l’intervention des Etats-Unis en 2003, les extrémistes sunnites d'un côté, et Daech, l'Etat islamique, de l'autre, ont pris de plus en plus d'ampleur, fragilisant le pays, menaçant sa culture et sa paix, et plus particulièrement la présence chrétienne.

Aujourd’hui Daech, après avoir chassé les chrétiens et pris possession de leurs terres, commence à délimiter, en Irak, le territoire de l'Etat islamique, vendant et achetant ces terrains, délivrant un passeport propre à cet Etat. Les hommes de Daech ont détruit de nombreux lieux de culte (chrétiens et musulmans) historiques, les faisant exploser sous le regard des Irakiens, semblant vouloir effacer l’histoire de l'Irak, ses origines, sa culture et son patrimoine. Ceux qui sont arrivés au Liban témoignent de ces faits, racontant que le drapeau noir de Daech flotte désormais là où auparavant il y avait des croix.

Ce qui se passe en Irak n'est que les prémices de ce que souhaite faire Daech dans toute la région, et même partout dans le monde, balayant sur son passage toutes les minorités – quelle que soit leur confession – et tous ceux qui n'adhèrent pas à leur pensée. On peut dès lors s'interroger sur l'étrange timidité et retenue de l'Occident et des grandes puissances sur ce qui est en train de se passer en Irak.

L’archevêque de Mossoul, Monseigneur Emil NONA crie la souffrance de son peuple, rappelant que cet Etat islamique est un danger pour tous : « L’avance du califat est irrésistible, tant que la communauté internationale continuera à utiliser les musulmans dans la politique. (…) Quand l’idéologie islamique est utilisée, le résultat ce sont ces fondamentalistes. Ils ne seront arrêtés que par la guerre, ou bien en cherchant où sont les fonds qui les financent. Il faut repenser toute la politique internationale. Cela fait 3 ans que la politique utilise ces groupes en Syrie ; cela fait des années que ça se produit aussi en Egypte, en Tunisie, en Somalie et en Afghanistan. Il y a des pays qui financent ouvertement ces groupes : la communauté internationale ne dit rien parce que ces pays ont des ressources pétrolières. L’Occident et ses politiques ne comprennent pas ce que veut dire le fondamentalisme. Ils pensent que ces groupes sont un danger uniquement pour nos pays orientaux. Ce n’est pas vrai : ils sont dangereux pour tous, pour vous occidentaux encore plus que pour nous. Viendra le moment où vous vous repentirez de votre politique. La frontière de ces groupes terroristes c’est le monde entier : leur objectif est de convertir avec l’épée ou de tuer tous les autres. Ces gens ne croient pas au dialogue, mais ils pensent pouvoir faire ce qu’ils veulent : celui qui n’est pas d’accord avec leur pensée, ils le tuent. Ils ont simplement dit aux chrétiens de choisir parmi ces 3 options : se convertir à l’islam, payer la jeziah de 450$, ou bien partir. »

Monsieur Roger SAVO, secrétaire du conseil de l’Eglise assyrienne d’Orient au Liban, surpris par le silence de l’Occident, des grands pays arabes et des Nations Unies s’est exclamé : "La proposition de la France pour accueillir tous les chrétiens d’Irak dans son pays rappelle la proposition faite par les Etats-Unis aux Libanais en 1975, et a le même but qui est celui de vider l’Orient de ses chrétiens. La véritable aide serait d’aider à combattre Daech afin que les chrétiens d’Irak restent “chez eux”, rattachés à leurs racines orientales. Pourquoi l’Occident encourage-t-il les chrétiens d’Irak à fuir ? Y a t-il un plan ? Un étrange complot ou bien des intérêts communs entre les grands pays ? Un silence total… avant de faire des reproches à l’Occident, j’adresse mes reproches aux grands pays arabes : nous n’avons vu aucune prise de position de leur part, aucune condamnation, aucune fatwa qui interdise la tuerie des chrétiens et des musulmans. Le “tu ne tueras pas” existe dans nos commandemants chrétiens, mais il existe aussi dans le Coran : il aurait suffi de le prononcer comme une fatwa. Avant de nous adresser à l’Occident, regardons le silence oriental. La communauté occidentale est aussi silencieuse, sa seule initiative c’est d’envoyer des avions pour faire sortir les chrétiens, de distribuer des visas, alors que le seul véritable désir des Irakiens est de vivre dans leur pays. Je fais appel à tous les pays occidentaux afin qu'ils nous aident à recevoir en Irak les forces des Nations Unies pour protéger les Irakiens, pour aider l’Etat irakien à fortifier son armée et à protéger lui-même son peuple.”

Des Irakiens qui ont pu fuir au Liban en passant par l’aéroport d’Arbil ont témoigné quelques jours après leur arrivée. Joni qui a fui de Tilkéf, près de Mossoul avec sa femme et ses 4 enfants racontait : “Les hommes de Daech sont entrés dans ma maison et m’ont dit : ‘L’Irak n’est pas un pays pour les chrétiens, mais pour les musulmans. Partez d’ici !’. Ils ont menacé mes 2 filles de 8 et 9 ans pour qu'elles portent le tchador. Ils nous ont interdit de travailler et d’envoyer les enfants à l’école ou au catéchisme. Ils ont tué notre curé et interdit tout office à l’église. Comment peuvent-ils se dire musulmans croyants en Dieu et réagir ainsi ? Les chrétiens ne sont appuyés par personne en Irak. Le chrétien est au dernier rang ; il n’est pas considéré comme une personne humaine. Nous avons beaucoup sacrifié et souffert en Irak du fondamentalisme de l’islam, et ceci depuis l’invasion de 2003 par les Etats-Unis. Daech a été fabriqué en Occident et a l’appui de certains pays orientaux.

Youssef : “J’ai choisi de fuir car je voulais sauver ma famille, mes enfants, je ne voulais pas du tout changer de religion car pour moi c’est impossible, si je renie ma religion chrétienne, je me renie moi-même, c’est mon histoire et ma vie.” “A la frontière ils ont même déchiré ma carte d’identité car je suis chrétien, donc, désormais la seule identité par laquelle je suis défini c’est le Christ Lui-même. Je suis “chrétien”, c’est tout ! C’est la seule identité qui me reste.”

A une journaliste qui lui demande s'il veut retourner en Irak, Ivan a répondu : “Bien sûr, je désire profondément revenir dans mon pays. Qui dans le monde n’a pas la nostalgie de sa propre terre. Je suis né en Irak et mon seul souhait c’est d’y revenir pour pouvoir un jour être enterré auprès de mes ancêtres, chez moi.” Il révèle ainsi l'espérance qui anime encore le cœur des tous les chrétiens d’Irak, malgré les ténèbres qui se sont abattues sur leur pays.

Laissons les derniers mots à l’archevêque de Mossoul : « Même au milieu de toutes ces souffrances, nous recevons le témoignage de leur foi : ce sont eux les Chaldéens, les Syriaques, les Assyriens, les Grecs-catholiques qui ont commencé à me dire leur besoin d'être encore plus accrochés à notre foi. Ce sont eux qui m’ont dit qu’ils étaient retournés vivre au milieu de tant de difficultés. Ils me le disaient avec des mots et moi, dans leur regard, je comprenais que ce qu’ils disaient était vrai. Je le comprenais à la façon dont ils me le disaient. »

 

Vous aimerez aussi
Les attentats d’Al-Qaa et la protectrice de l’unité libanaise
Documentaire : Homeland : Irak, l’année zéro.
Conflit au Moyen Orient, l’exemple du Liban
Palmyre : un concert symphonique au coeur du chaos

3 Commentaires

  1. Impressionnant: ça fait réfléchir! Effectivement, qui sont les islamistes? Ce sont vraiment des fous furieux? Peut être qu’on n’arrive pas à admettre que la réalité soit aussi radicale vue de nos pays pleins de contradictions! En tout cas, toute notre admirations au chrétiens du moyen orient!!

  2. Paul Walter

    Merci pour ce témoignage qui témoigne encore une fois le même appel des chrétiens d’orient (C’était déjà le cas en 1975 au Liban). C’est l’appel pour nous de Jésus à ses disciples au mont des oliviers « Qu’avez vous à dormir? Relevez vous et priez, pour ne pas entrer en tentation ». Car nous nous endormons sur des faux problèmes et nous avons bien du mal à regarder cela en face, à voir que nous sommes du même corps et que si la main est persécuté, c’est tout le corps qui l’est. Nous ne voyons pas que cette persécution est un appel à veiller, et vivre radicalement de l’Evangile. Les chrétiens d’Irak en sont pour nous des exemples vivants. N’attendons pas des martyrs en plus.