Home > Musique, Danse > Guy Béart ou la liberté de l’eau vive

Guy Béart ou la liberté de l’eau vive

Cette mystérieuse "petite" qui courrait comme l'eau vive et qu'on ne pouvait jamais rattraper a si bien parlé à nos âmes qu'elle en est devenue l'image la plus délicate.

La chanson évoque l'étonnement de celui qui comprend combien un être demeure insaisissable. Cette "petite" était si fraîche et si réelle qu'elle pouvait assumer dans sa course lumineuse et riante bien des vérités : figure de la grâce, de la beauté, elle était aussi le coeur qui ne se laisse pas dompter si facilement, à moins de rencontrer un amour véritable, ce qui, après tout, ne court pas les rues. "Les gars du hameau" auraient d'ailleurs bien voulu la mener captive, en contrôler la course rebondissante et insaissable, la posséder pour leur propre gloriole, mais elle savait s'en dégager, préférant l'infini du grand large au mensonge. 

Guy Béart avait chanté cette expérience de liberté en des termes plus durs, dans cette autre chanson qui exprimait le désir de vérité et de justice de toute une génération. Le ministère de la vérité, pourrait-on dire, l'acte prohétique de s'attacher à la vérité plus qu'à sa propre vie conduit au martyr. Cette image n'est pas anodine, ni nouvelle. N'est réellement nouveau que ce qui est éternel. On voit d'ailleurs apparaître la figure du Christ à l'avant dernière strophe. 

La vérité

Le premier qui dit se trouve toujours sacrifié 
D'abord on le tue 
Puis on s'habitue 
On lui coupe la langue on le dit fou à lier 
Après sans problèmes 
Parle le deuxième 
Le premier qui dit la vérité 
Il doit être exécuté. 

J'affirme que l'on m'a proposé beaucoup d'argent 
Pour vendre mes chances 
Dans le Tour de France 
Le Tour est un spectacle et plaît à beaucoup de gens 
Et dans le spectacle 
Y a pas de miracle 
Le coureur a dit la vérité 
Il doit être exécuté. 

A Chicago un journaliste est mort dans la rue 
Il fera silence 
Sur tout ce qu'il pense 
Pauvre Président tous tes témoins ont disparu 
En choeur ils se taisent 
Ils sont morts les treize 
Le témoin a dit la vérité 
Il doit être exécuté. 

Le monde doit s'enivrer de discours pas de vin 
Rester dans la ligne 
Suivre les consignes 
A Moscou un poète à l'Union des écrivains 
Souffle dans la soupe 
Où mange le groupe. 
Le poète a dit la vérité 
Il doit être exécuté. 

Combien d'hommes disparus qui un jour ont dit non 
Dans la mort propice 
Leurs corps s'évanouissent 
On se souvient ni de leurs yeux ni de leur nom 
Leurs mots qui demeurent 
Chantent "juste" à l'heure. 
L'inconnu a dit la vérité 
Il doit être exécuté. 

Un jeune homme à cheveux longs grimpait le Golgotha 
La foule sans tête 
Etait à la fête 
Pilate a raison de ne pas tirer dans le tas 
C'est plus juste en somme 
D'abattre un seul homme. 
Ce jeune homme a dit la vérité 
Il doit être exécuté. 

Ce soir avec vous j'ai enfreint la règle du jeu 
J'ai enfreint la règle 
Des moineaux, des aigles 
Vous avez très peur pour moi car vous savez que je 
Risque vos murmures 
Vos tomates mûres 
Ma chanson a dit la vérité 
Vous allez m'exécuter 
Ma chanson a dit la vérité 
Vous allez m'exécuter

 

Guy Béart n'a pas été exécuté par son public, mais comme son "eau vive", il vient de battre son trousseau aux cailloux de la rive : "pleurez, pleurez, si je demeure ésseulé, le ruisselet au large s'en est allé".  

Vous aimerez aussi
La diva de l’Egypte
Amy : elle ne cherchait pas à être célèbre mais à être aimée
Bertrand Cantat ou la chronique d’un grand malheur
Ben Harper : Get Up!

2 Commentaires

  1. Bruno Anel
    Bruno Anel

    Les chansons de Guy Béart ont accompagné les "baby-boomers" pendant 60 ans. S'il a connu des éclipses, il ne fut jamais vraiment démodé. Parmi mes préférées: "Couleurs", "Pierrot la tendresse", "Vive la rose"…et beaucoup d'autres.