Home > Arts plastiques > Tremblement de terre : après les personnes, sauver l’identité

Tremblement de terre : après les personnes, sauver l’identité

La terre à encore tremblée en Italie dimanche, mais on ne déplore pas de victimes, comme dans le village d'Amatrice le 24 août dernier. Un tremblement de terre de 6,3 degrés le 24 Août à 3h30 du matin changea non seulement la vie de bien des personnes dans la vallée del Tronto, mais aussi l’aspect des villages. Après les personnes, il faut aussi sauver le patrimoine. 

Le 24 août au matin, le maire d’Amatrice disait en larmes: “Amatrice n’existe plus !”. Le village de 2.600 habitants était presque entièrement détruit et le peu de maisons qui demeuraient debout n’étaient pas sûres.

Au milieu de la solidarité des premiers mois, les maisons provisoires et le travail de l’état rendant une certaine normalité à tant de personnes, la figure des « Monuments Men » redonnent à la population du village ce qui est pour beaucoup « i piu caro » (le plus important, le plus aimé) : « son histoire et ses œuvres d’art »

Ce groupe créé durant la seconde guerre mondiale et immortalisé à travers le film interprété par Geroges Clooney, est présent aujourd’hui dans les zones du tremblement de terre afin de permettre de sauvegarder « les trésors de leur village » pour qu’ils ressortent à la lumière et soient signe d’espérance au milieu de tant de ruines.

Plus de 60 hommes ont travaillé à cette entreprise. Beaucoup, après avoir sauvé des victimes, dont la plupart étaient sous plusieurs mètres de décombres, se sont mis à la recherche de ces « morceaux d’histoire » ; un travail ardu étant donné la quantité d’églises, de musées et de sanctuaires présents dans la zone ayant reçu un coup dur dans leurs structures architectoniques.

Ces hommes qui travaillent sous les ordres de l’UNESCO ont deux tâches inséparables : retrouver les œuvres d’art et les protéger du vol. Rien de facile ! En territoire de guerre, on sait que beaucoup cherchent les œuvres d’art comme butin pouvant être ensuite vendu ou échangé au marché noir. Dans la région du centre de l’Italie, même ce n’est pas le cas, c'est la course contre la montre, la pluie et les changements climatiques pouvant endommager les « capolavori » (œuvres maîtresses) de manière définitive.

Un exemple de ces capolavori sauvés est celui de la « Madonna di Filetta », un petit camée (technique de gravure sur des matériaux contrastés). qui représente la Vierge Marie et qui est, depuis des temps lointains, considérée comme la sainte patronne d’Amatrice.

La valeur artistique en est immense, mais la valeur morale et spirituelle est encore plus importante. Des générations et des générations sont passées à ses pieds dans les moments de joie et de douleur, se confiant à son intercession. La présence de cette image de la Vierge Marie à l’enterrement de tant de personnes qui ont perdu la vie à Amatrice fut une grande consolation, comme certains l’ont exprimé : « La Madonnina ci sta vicino » (La Vierge est auprès de nous).

Source photo 

Aujourd’hui, le travail des « Monuments Men » est presque terminé. Maintenant les « Beni culturalli » (service de protection des biens culturels équivalent des Monuments historiques) commencent le travail de restauration. Après avoir sauvé des vies humaines prises sous les décombres, la tâche de récupérer les œuvres d’art est pour beaucoup très importante, comme le dit le responsable général : « Les gens qui perdent tout dans un tremblement de terre ou une guerre ne doivent pas se sentir dépouillés de leurs propres souvenirs, qui la plupart du temps  sont l’unique élément identificateur d’une communauté. »

 

Source : http://www.lastampa.it/2016/10/21/italia/cronache/i-monuments-men-di-amatrice-cos-salviamo-le-opere-darte-ZXKhy0dP8L7Q1qTb2w5KDI/pagina.html

 

Vous aimerez aussi
Tarquinia, ville étrusque
Tremblement de terre au Japon : « Ils ont besoin d’un cœur qui comprenne leur douleur »
L’Equateur vu de l’intérieur : bilan six jours après le tremblement de terre
La petite fille et les grimaces du Christ