Home > Politique > La voix polonaise dans le débat européen

La voix polonaise dans le débat européen

Jeudi soir dernier, Donald Tusk (Pologne) a été réélu à la présidence du Conseil Européen, par 27 voix contre une seule… celle de son propre pays. Décryptage d’une énième péripétie tendue entre le gouvernement de Varsovie et Bruxelles.

La première ministre polonaise, madame Beata Szydło
 

Lors du récent sommet européen, la Pologne s’est de nouveau trouvée sous les projecteurs. Il n’est pas nécessaire d’ajouter que ce fut sous un feu roulant de critiques. Avant la réunion du dernier Conseil Européen, le gouvernement polonais avait annoncé en effet qu’il ne soutiendrait pas la candidature de Donald Tusk pour la présidence Conseil, l’accusant d’avoir agi contre le gouvernement polonais, et donc aussi contre son propre pays. Plus en signe de protestation que dans une perspective stratégique, la Pologne a alors proposé un autre candidat, Jacek Saryusz-Wolski. La voix de la Pologne a cependant été ignorée et s’est retrouvée isolée lors du vote face aux 27 autres membres de l’Union. La grande déception est cependant venue de la part de pays dont la Pologne attendait plus de loyauté, comme la Hongrie, cette dernière choisissant de soutenir le candidat désigné par les pays dominant de l’Union.

Que s’est-il donc passé ? S’il est difficile d’imaginer que certains membres du gouvernement polonais nourrissaient des illusions quant au résultat de ce débat, le fait est qu’ils ont pourtant décidé de jouer l’opposition jusqu’au bout, prenant le risque évident d’une cuisante défaite et de la nécessité d’en assumer les effets : l’avalanche de critiques acerbes après coup, qui n’a d’ailleurs pas manqué d’avoir lieu. J’ose penser qu’ils ont agi ainsi pour une question de principes.

Les objections polonaises contre la candidature de Donald Tusk à sa propre succession ont été clairement exprimées. Il lui est reproché d’avoir violé la règle de la neutralité, ainsi que son engagement dans les actions de l’Union Européenne contre la Pologne (sur la question des migrants notamment), son soutien pour les partis d’opposition au gouvernement qui est, selon le parti au pouvoir, antinational dans ses méthodes (comme lors de la tentative de faire tomber le gouvernement en bloquant le vote du budget), etc.

A la suite du vote de jeudi soir, la Première Ministre, Beata Szydło a jugé que c’était une erreur de choisir un Président du Conseil Européen contre la voix de son propre pays. Elle a ensuite refusé de cosigner le communiqué du Sommet, et cela a de nouveau provoqué un tollé de réactions critiques. Certains participants au Sommet ont fait preuve d’une vraie condescendance envers la Pologne et d’autres ont même essayé les menaces. Un débat semble ainsi avoir eu lieu en coulisse entre Beata Szydło et François Hollande, la Première Ministre polonaise affirmant qu’on ne pouvait pas marchander les principes et le Président français étant supposé avoir répondu : « vous, vous avez les principes, et nous, nous avons les fonds ». Sans doute n’y a-t-il plus grand monde à prêter quelques principes à Monsieur Hollande, mais il est douloureux de constater que cette supposée affirmation contre Beata Szydło est bien le reflet d’une ligne politique commune en Europe : celle d’une primauté de la puissance sur les principes.

Le gouvernement polonais commet assurément des erreurs au niveau diplomatique – c’est évident. Disons-le simplement : nos élites politiques sont les survivants d’un système totalitaire, ils ont grandi dans les catacombes et sont concentrés sur les valeurs les plus fondamentales, la souveraineté en tête. Ils ne s’attachent pas aux apparences, ni aux formes. [Contrairement à ce que disait Stefan Kisielewski, le brillant commentateur du temps de l’oppression : « Le contenu va disparaître, la forme est ce qui demeure et ce qui éduque »… Journal, 1971, 16 mai].

Pour les élites polonaises, il est encore l’heure d’apprendre qu’il n’y a pas de place pour les sentiments, ni pour les idéaux en politique. Mais, la principale question demeure – essentielle et terrifiante : y a-t-il encore une place pour les principes ?

Vous aimerez aussi
Une nouvelle ère pour la Pologne et l’Europe
Fioretti des JMJ : le témoignage d’un peuple
Le pape François parle aux jeunes et les ramène à leur cœur
JMJ en Pologne : un cadeau pour le monde assoiffé de miséricorde

14 Commentaires

  1. Bruno ANEL
    Bruno ANEL

    Le président du conseil européen est désigné pour cinq ans, mais il doit solliciter un renouvellement de principe en milieu de mandat. .La Première Ministre polonaise semble avoir cru , ou a fait semblant de croire, que, du moment que le titulaire en fonction etait polonais, le poste revenait de droit à un polonais comme c'est le cas pour les commissaires européens. Or il n'en est rien: Donald Tusk a été choisi par ses pairs chefs d'Etat ou de gouvernement non pour sa nationalité mais pour ses compétences et ses convictions, à la majorité qualifiée. Le conflit entre Mme Szydlo et Donald Tusk relève de la politique intérieure polonaise et n'a donc pas à entrer en ligne dans le choix qu'avaient à faire les 28.

  2. gerhard Gösser

    Le gouvernement polonais est sans doute maladroit. Mr Tusk lui ne l'est pas. Il a compris qu'en utilisant l'UE pour menacer et punir la liberté des polonais, il s'assurait une belle carrière et une réélection assurée. L'UE a impérativement besoin de ce genre de personnage capable de sacrifier la vox populi, le bien de ses concitoyens qui l'ont élu et mandaté et le bon sens au système. Dans une technocratie qui n'a pour but que son auto-conservation, la condition d'entrée rappelée très justement par Mr Hollande est la loi du plus fort. Bravo Mr Tusk pour votre élection ! 

  3. Rafael

    Je vous félicite Mr Hollande, oui nous avons des principes et le confort de vivre dans un tel pays, vous, vous avez votre argent, que vous avez échangé contre votre honneur et l'état de guerre permanent dans votre pays. Pour faire durer une telle situation et en contaminer l'Europe entière, vous avez besoin de gens comme vous, d'où un certain Tusk, qui a vendu son propre pays, s’est enfuit a Bruxelles et n'a pas le courage de se présenter actuellement devant le procureur, malgré des injonctions réitérées… Bravo ! … des "hommes d'État"…

  4. Bruno ANEL
    Bruno ANEL

    A Bruxelles, on aurait plutôt tendance à reprocher à Donald Tusk d'avoir un peu trop soutenu l'Europe de l'Est. Comme quoi, nul n'est prophète en son pays.

    1. Rafael

       "Prophete en son pays"… il faudrait voir les dégats dans le pays ou ce Monsieur a gouverné durant 8 longues années : un désastre et la Pologne à genoux devant les pays de la vielle Europe. Jusqu'à aujourd'hui personne n'a repondu a la question: "de qui Tusk est-il le candidat?". Question réthorique. Ceux qui s'y intéressent savent tres bien que c'est un laquais de Madame la Chancelière. Elle a besoin de lui pour realiser ce que l'on appelle en Pologne "sortir les pommes de terre du feu avec les doigts de quelqu'un d'autre". C'est lui qui fait et c'est elle qui dicte ce qu'il doit faire. Ce n'est pas lui qui participe aux "sommets" importants, ce sont Madame la Chacelière et Monsieur "4% dans les sondages de son pays". Ensuite c'est Monsieur le Laquais qui signe. Monsieur le Laquais, désormais, n'ose plus revenir dans son pays natal (mas pas celui de son coeur) car il a été interpelé par le procureur pour les "dégats" commis. Et je ne m'étonnerai pas qu'un jour on voie un mandat européenn d'arrestation. Et la "cerise sur le gâteau" recente de cette "Pologne à genoux" qui fait scandale depuis hier : le PDG d'Axel Springer, un potentat sur le marche des médias proprietaire d'environ 90% (!!!) des médias en Pologne, a envoyé une lettre aux redacteurs polonnais ordonant d'écrire "tout le bien" et que "le bien" sur Mr Tusk et de critiquer Mr Kaczyński. Ou en sommes nous ?! En EU ou bien en 4ème… ?

    2. Vincent
      Vincent

      La question n'est pas tellement de savoir si Tusk est prophète dans son pays, mais bien plutôt de savoir si l'UE respecte la volonté des peuples. Visiblement non.

       

      1. Bruno ANEL
        Bruno ANEL

        En l'occurence, Vincent, il s'agit de la volonté du peuple polonais. Mais en adhérant à l'UE, chaque peuple renonce à une partie de sa souveraineté.

  5. Bruno ANEL
    Bruno ANEL

    "A genoux devant les pays de la vieille Europe" ? La Pologne est bénéficière des subventions européennes. Quand elle est entrée dans l'Union, c'était en pleine connaissance des traités. Je comprends mal ces pays qui deviennent eurosceptiques aussitôt entrés. En faisant observer au gouvernement polonais que son intrusion dans le pouvoir judiciaire (la composition du tribunal constitutionnel) etait contraire à la charte de l'Union, la commission est pleinement dans son rôle.

    1. Rafael

      Conaissez-vous le chifres net et brut des ses subventions ?

      Savez vous p.e. combien, en euro, par hectar, recoivent des agriculteurs en France, en Allemagne, en Italie… et combien en recoivent des agriculteurs en Bulgarie, en Romanie, en Pologne ? Et comment expliquer cette disproportion exagere ?

      Savez vous combien p.e des banques, depuis 2004, sont restes polonais ? (pour vous faciliter – 1 (UN SEUL, et le gouvernement commence de les re-acheter) Avec tous les consequences de ce processus.

      Savez-vous combien des station navales on ete fermes durant ce temps ? Et combien en nous avons actulellement ? (pour vous faciliter – 0 (ZERO)) Et combien a fleuri en meme temps en allemagne ou en France ?

      Combien des marques de la grand industrie il nous rest ? ( 0 (ZERO))

      Combien de marques polonaises des magasins de la grande sourface il y a un Pologne ? (0 (ZERO) Et combien des marques allemandes, francaises ? Et savez-vous combien il payent des impots ? (alors, il ne payent pas un seul euro! Et c'est Mr Tusk qui les a guaranti une telle situation) et des marques comme LIDL ont recu des subventions de la part, soit disant de l'UE, a l'hauteur de 900 milions d'euro pour developper son resau en Pologne. C'est alors la Pologne qui a recu ce genre des subventions ? Et le benefices des ces magasins vont ou ? En Pologne ?

      Savez-vous ou travaillent les Polonais ? – chez Opel, Auchan, Peugeot, Credit Agricole, Reifaisen Banque, Fiat, Santander, Danone, DeutcheBanque, CapGemini, EasyJet… Savez vous trouver, entre les cites, au moin une seule marque polonaise ? …ou bien donner peut-etre une autre, grande, dont le proprietaires sioient les Polonais ?

      Conaissez vous a combien s'eleve le salaire minimum en Pologne ? (env. 350euros; moyen – 500euros) Et savez vous de combien ca evolue depuis 2004 ? (0 (ZERO) (un autre example boulversant – il y a 4 nas Mr Tusk a donne de notre budget un somme exorbitant a la Grece, au moment de la crise, la ou le salaire moyenne s'eleve a env. 1000euros, ensuite il a pris un credit a la Banque Mondiale avec le taux de 4-5%…)

      Savez-vous combiens des Polonais ont quite leur pays depuis 2004 ? Et le genre des travaux qu'ile efectuent a l'etranger ?

      En Slovakie, Roumanie, Bulgarie… c'est encore pire. Et vous-vous etonnez que les gens soient sceptiques ?

      Conaissez-vous la situation de la Greece ? Et qui en fait est devenu le proprietaire d'une bonne partie de ce pays, et de son resau industriel ?

      Savez-vous en quoi il consiste le probleme dans des tribunaux en Pologne ? Savez-vous que le les affaires qui y sont juges prennent meme 18 ans ? Savez-vous que la plupart des juges ce sont des gens qui excercaient encore dans des annes '70 et '80 en etant a chaque services des comunistes? Savez-vous ce que c'etait les Services de Securite dans les annes '45-'90 ? Et savez vous qu'une bonne partie des ces "camarades" excercent encore aujourd'hui des fonctions importantes ? avec tous les consequences de cela

      Savez-vous par quoi et de quel facon a commence le, soit disant, "intrusion dans le pouvoir judiciaire"? Savez-vous l'expliquer et donner l'axe de ce conflit ? (je ne vous demande pas des detailles)  Et la "comission est pleinement dans son role" ?  Dans quelle role ? En meme temps en France il y a la situation qu'il y a, et ca c'est tres just, la – il n'y  a aucun probleme. En Allemagne les medias sont interdit d'ecrire sur ce qui se passe reellement avec les, soit disant, "refugees" – mais ca, c'est la democratie en plein developpement. En meme temps au Pays-Bas en interdi a une citoyenne, une ministre meme, de se rendre dans son propre consulat, et la, a nouveau, c'est la pleine democratie… La France – il est interdit de porter un t-shirt avec un dessin de la famille avec papa, maman et anfants (!), il est interdit de montrer des gens avec la trisomie 21 et le sourire sur le visage… juste deux examples banalles. C'est la democratie ?! C'est la liberte, fraternite, egalite ?! … la liberte de quoi? l'egalite de quoi? La, la comission n'est pas pleinement dans son role?   Mr Timmermans! Reagisez! … Mr Timmermans, Mr Juncker, Mr Verhofstadt, Mr Schultz (savez-vous que tous sont des comunistes des conviction, et une bonne partie d'entre eux meme des trockist ou maoistes?!), recament parti pour une aytre fonction, … quel mandat ils ont pour excercer le pouvoir qu'il excercent ? De la part de qui ils l' ont recu ?!  Parlement Europeen, une belle facade, pour faire semblant une democratie. En realite le pouvoir est excerce par la Comission Europeenne, qui est elu par qui ? par le peuple de l'Europe ?! … nous avons eu deja ce system, pendant des annees, sauf que le bureau du comite central n'a pas ete instale a Bruxelle mais a Moscou.  …la comission… en fait le comite centrale, qui s'entre-elu.

      Et la democratie c'est qui en fait ? C'est la situation ou les peuples font des choix qui sont acceptes par le PDG et vice-PDG de l'Europe ? Autrement ce n'est pas la democratie ? Le gouvernement en Pologne a ete elu dans des elections dont le principe n'a ete souleve par personne. En qui consiste alors le probleme ? Ce n'est pas ce resultat qui a ete attendu a Bruxelle ? Il faut que l'on revote ? Comme les Irlandais ou les Francias une fois ? Il faut que l'on revote jusqu'a ce que les resultats soient acceptes par Mme et Mr le PDG de l'UE ?

      Venez ici, en Pologne, je vous invite, vraiement. Je vous ferai visiter ce pays, et, surtout(!), je vous ferais parler aux gens ici, venez, vous allez voir et comprendre un peu plus claire.

      1. Bruno ANEL
        Bruno ANEL

        A vous lire, Rafael, on se demande vraiment pourquoi les Polonais ont voté à 77% en faveur de l'adhésion de la Pologne à l'UE en 2003. Ce mouvement d'implantation des entreprises occidentales en Europe de l'Est etait largement entamé en 2004 quand j'y suis allé, et les Polonais savaient ce qu'il en était. A cette époque, je ne les sentais pas prêts, notamment en ce qui concerne l'agriculture. Personellement, j'aurais souhaité que l'intégration des pays de l'Est dans l'UE se fasse beaucoup plus progressivement, avec une période d'essai de 20 ans pendant laquelle ces pays auraient été intégrés dans le marché unique avec voix consultative dans les instances. Ils auraient bénéficié d'un droit de retrait pendant cette période, avant de se prononcer définitivement. C'est en gros ce qu'ont fait les pays fondateurs : du traité de Rome à celui de Maastricht, il s'est écoulé plus de 35 ans. La Norvège a tenté son intégration, puis s'est retirée avec un bon accord de libre-échange.

        1. Rafael

          Bruno, la raison me samble simple, pour les Polonais c'avait ete, d'une certaine facon, la promesse d'une vraie comunaute des pays "freres", avec une espoire des valeurs communes et d'une construction commune de quelque chose de vrai et fort. Tout simplement. Et je pense que la deception n'est pas lie au fait de ne pas realiser ce processus plus progressivement. Le deception est lie surtou au trahison des ideaux et des ces espoires. Ca devient flagrant, ne croyez-vous pas ? Sur plusieurs niveaux. Mr Juncker a poublie son "plan du sauvetage de l'UE". L'abstraction faisont de l'analise de son contenu, l'affaire etant trop volumineuse pour etre considere ici, je vais juste donner l'example des "l'evolution des Peres Fondateurs". Ils etaient plusieurs, e.a. Robert Schuman, Alcide de Gasperi, des hommes d'etat, et peut-etre bientot les bienherux. Qui est nome dans le "fameux plan" de Mr Juncker ? Une seule personne, la moins "digne", mais qui montre tres biens la direction et ses idoles, et alors des idees sur laquelles il veut "construire", ce que j'ai decrit dans le post precedent. Pour lui le fondateur le plus important est Altiero Spinelli, le comuniste combatant… Ou allons nous ? (Le comunisme – nous l'avons "teste" pendant des annees, et, croyes moi, ca ne marche pas, du tout) Mais toute cette groupe fait partie de cette ideologie, avec des extremes maoistes ou trockistes, en plus. Tous ces messieurs emmeles dens des dependances nocives, degradantes, et… ils gouvernent, ils nous guident… mais ou ?

          Point suivant – nous parlons de la democratie, masi par qui ces gens-la sont elu ? En plus, ils decident entre eux "qui va devenir qui", masi c'est la facade, en realite pour des decisions c'est M.Merkel, qui prend des decisions, parfois, pour faire samblant, qn de la part de la France, Espagne ou Italie… C'est la democratie ? C'est une comunaute ?

          Passsons la Pologne, admetant l'hypotese que nous n'etions pas "pret". Mais alors pourquoi nous avons a faire avec Brexite ? si c'est de la terre promise… Pourquoi ils sortent ? Car la Pologne ne respecte pas des lois ?    

          Pourquoi nous avons a faire avec tout ce qui se passe en France, surtout au sud et a Paris (peut-etre vous ne le savez pas car dans cette democratie-la on ne peut pas etre claire et net avec la societe alors on cache ce qui se passe vraiement) ? Pourquoi nous avons des quartiers entiers qui flambent en Suede, en Belgique, en Allemagne, en Anglettere… ? Pourquoi nous avons des quartiers entieres ou le seul loi qui regne c'est la loi du chariat ?  – Car la Pologne "ne respecte pas des ordonances de la Bruxelle" ? Vraiement ? 

          Qui est-ce que a invite tous ces soit disant "imigrees" en Europe ? Les pouvoirs choisis par le peuple ? ou bien Mme la Chancelerin? prenant la decision par elle meme, ou, peut-etre, encore pire, elle a realise les ordres de quelq'un de l'exterieur…  C'est la democratie ?  Imaginez-vous la situation ou je fais une faite pour laquelle j'invite qui que ce soit. Ensuite je me rend compte qu'ils sont trop nombreux et… j'envoie une partie chez vous, une autre chez votre famille, une autre… Je vous ne demande meme pas votre avis, je vous les envoie, tout simplement, et si vous ne voulez pas les prendre je vais vous infliger des peines financieres… Vous trouvez cela juste ? C'est ca la democratie ?

          Je crois que le probleme consiste en fait que justement, la democratie en Pologne a marche, et le peuple a elu ceux qu'il voulait. et ca… ils ne se attendaient pas a ca, et ca, ils ont du mal a supporter.

          Juste quelques examples pour paindre le paysage. L'UE s'ecrule, malhereusement, et vraiement ce n'est pas la faute de la Pologne. 

          Je crois bien en votre intentions et espoires Bruno, en votre coeur que vous aviez donne en donnant votre main dans cette construction, mais regarde ce qui se passe vraiement. Ca ne marche pas, et ca ne va pas marcher avec cette optique. Et ce n'est pas une faute de la Pologne, vraiement. 

                                                                                 Je vous salue amicallement. Rafael

           

          ps. j'aurais bien aime mettre ma photo ici, mais je ne sais pas comment faire…

      2. Dupont

        Merci Rafael pour vos interventions. Elles révèlent l'importance de l'article de Maria Borkowska pour faire entendre la voix polonaise dans le débat européen. Les chefs actuels de l'UE regardent la Pologne avec condescendance, comme une jeune femme mariée, sans dot, et que son mari aurait le droit de gifler en public. Choisir Donald Tusk contre l'avis officiel du gouvernement polonais est bien une gifle en effet. Imaginons un instant que Sarkozy ait été président à la place de Tusk, et que pendant tout le quinquennat de monsieur Hollande il soit intervenu publiquement contre sa politique, le critiquant ouvertement, et soutenant l'opposition dans les instances européennes, et que, finalement, la question de sa réelection se pose aujourd'hui… Que dirait François Hollande? et le journal Le Monde? et Libération.fr?

        1. Rafael

          Oui, c'est une paralele exacte Mr Dupont. Merci.

          Vous savez je crois qu'en fait la democratie les derrange. Ils l'ont besoin comme une "etiquette" un belle etiquette, car la democratie ca fait "chic". Mais a vraie dire elle pose un probleme. Car il y a trois groupes des interesses dans ce que nous appelons l'UE:

          1.DE LA BIUROCRATIE – tous ceux  qui font parti de cet imense appareille, et en tirent des apanages tres conrcrets;

          2.DE LA PLUTOCRATIE – c'est cet internationale des capitaux importantes, constament en jeu pas nette;

          3.DE LA GAUCHE-CRATIE – avec tous ceux de la signe de "l'arc en ciel", les comunistes, les libertins;

          Ces trois groupes ont leurs propres interets dans l'UE, et ce n'est pas l'UE en elle-meme, ceratainement pas. Ils sont entre-lies par la coruption, dans le large sens du terme, car ca ne doit pas forcement etre une corruption financiere, en tous cas – pas dans tous les cas, la matiere pour un barter est vaste. Et, paradoxallement, ce qui les gene surtout c'est… la democratie. Elle est quelques part au milieu, entre ces trois groupes (il sont construit "une toile" autour). Ils n'aiment pas ca. Ca ne vas pas avec leurs interets. Et la… ils ont decide, et teste deja, qu'un ceratin Tusk, leur va bien. C'est le mec qu'ils peuvent "utiliser" a leur guise. Il le faisait deja en Pologne. Alors le Gouvernement Polonais avais le droit de designer le candidat… sous condition qu'il designe Mr Tusk… Mais pourquoi nous devrions "signer" quelqu'un pour qui nous ne prenons aucune responsabilite ? Pourquoi ? Pour qu'apres les gens puissent dire c'est un Polonais qui a fait sortir l'UE dans le "WC"? et Mme la Chancelerin puisse dire "je n'y suis pour rien"… Non, et pour ca le Gouvernement Polonais a dit "NON". N'aurait il pas le droit ?