Home > Eglise > Le Cardinal Journet, un homme transparent au Mystère

Le Cardinal Journet, un homme transparent au Mystère

Le 12 octobre dernier, le père Philippe Blanc, procurateur de la cause de béatification du Cardinal Charles Journet depuis 2014, donnait une conférence à Genève organisée par Points-Coeur sur la vie et le message spirituel de cette figure importante. En attendant un compte rendu plus complet, voici quelques pépites. 

Né à Genève en 1891, ordonné en 1917 et décédé en 1975, Charles Journet fut professeur de théologie à Fribourg pendant près de 50 ans (de 1924 à 1970). Il fut nommé par le pape Jean XXIII membre de la commission préparatoire du Concile Vatican II. 

Témoignages

Le conférencier a pris le parti de nous livrer de nombreux témoignages de personnes ayant connu l’abbé Journet. En voici quelques extraits :

Une petite sœur de Jésus 

« Oui, ce que je garde du Cardinal Journet, c’est cette présence de Dieu, vraiment transparente, humaine, avec une grande sensibilité – comme une continuation du mystère de l’Incarnation, dans l’Eglise. »

Frère Marie-Joseph, chartreux 

« C’est bien toute la différence entre une théologie bien conçue et une théologie bien vécue,  non pas que la première soit insuffisante pour l’intelligence de la foi, mais elle n’apporte pas la même qualité de nourriture à l’âme attirée à la connaissance de son Dieu. Il n’est pas donné à tous les théologiens d’être également des mystiques, et par conséquent de parler aux âmes contemplatives. »

René Brouillet, alors ambassadeur de France auprès du Saint-Siège 

« … la dominante à propos du Cardinal Journet est la jeunesse et la fraîcheur. Le sentiment de parler avec quelqu’un qui a une luminosité et la transparence de l’enfance au sens le plus cristallin du terme. Impression qu’il a produit sur moi : cette transparence et cette cristallicité avec le regard de pénétration et de profondeur sur les choses… Rayonnement tel que ce qui s’imposait était cette transparence. Il était porteur de lumière. Le Cardinal Journet, une fusée éclairante ».

Père Jean de la Croix Kaelin 

« La messe était célébrée avec profondeur. Il la vivait pleinement à tel point que quelque chose rayonnait de lui lorsqu’il la célébrait. Il fallait le voir prier, c’était simple, mais profond. J’ai beaucoup appris de lui en le regardant prier ».

Père Pierre-Marie Emonet 

« L’eucharistie était absolument au centre de la vie de Charles Journet ». 

Paroles du Cardinal Journet

Sur l’Eucharistie 

« Chaque Messe est, à travers le Croix du Christ, une grande bénédiction, une explosion silencieuse de l’amour, une grande descente de Dieu dans le monde pour empêcher qu’il ne périsse et que le mal en lui ne prévale au total sur le bien. Et, en retour, chaque Messe provoque, dans une partie cachée du monde, une réponse d’amour qui, à travers la Croix du Christ, remonte jusqu’à Dieu. »

« Un prêtre qui ne célèbre plus quotidiennement la messe est un prêtre qui ne sait plus qui il est. »

Le chrétien co-rédempteur

« Au moment où on le reçoit dans la communion, c’est comme une éternité corporelle, où il nous serre contre son cœur et sa Passion bien-aimée, pour faire de notre misère des âmes corédemptrices. »

« La vie chrétienne ordinaire (…) suffit à sauver des âmes et à les faire entrer déjà dans les secrets de Dieu – mais c’est l’entrée dans la vie mystique ; c’est-à-dire que Dieu demande aux âmes qui y sont entrées un don plus total afin, non seulement de les tirer à lui, mais, par elles, de tirer le monde en grappes. »

Sur la vie spirituelle

« Si on ne peut pas dire qu’on vit d’amour, on peut dire qu’on vit de ‘mendicité’ et c’est ça le désir de Dieu sur nous. »

« Ne vous analysez pas : s’analyser c’est se trouver et se trouver c’est trouver le trouble. Tâchez toujours de briser le cercle qui vous ramènerait pour quelque prétexte que ce soit, sur vous-même. Et partez comme une flèche vers Dieu. »

L’ordre de la grâce

« Considérons l’amour qui est entre Jésus et sa Mère. Du côté de Jésus, il ne peut grandir… Mais il peut grandir du côté de sa Mère. On le voit cependant admirable dès le premier instant. C’est un composé de ce que l’ordre de la nature et celui de la grâce peuvent offrir de plus merveilleux. L’ordre de la nature : c’est l’amour sensible de Marie pour un enfant qui, en la rendant mère, a non pas brisé mais consacré sa virginité ; elle l’a mis dans le monde sans douleur, sans être plus blessée de cet enfantement que la verrière du rayon qui la traverse. L’ordre de la grâce: c’est l’amour d’un cœur surnaturellement pur, qui n’a connu la souillure d’aucun péché, dont le premier battement fut pour Dieu, et où la charité fut toujours plénière, à la manière d’un ruisseau qui, coulant à pleins bords, s’élargirait pour devenir un fleuve. »

Nommé cardinal

Le cardinal Journet était profondément humble. Il ne se considérait pas comme un professeur. Une grande épreuve fut pour lui celle de sa nomination au cardinalat (1965). Il s’y résoudra encouragé par son ami Jacques Maritain qui lui dira que la véritable humilité est celle qui accepte la croix sous quelque forme qu’elle se présente. « J’ai dit oui à tout, le cœur serré, je suis misérable. »

Vous aimerez aussi
DPI en Suisse : la société et les plus fragiles
La dépénalisation des drogues
Ils sont fous ces Suisses, ils sont fous !
Projet de loi pour valoriser le travail au foyer en Suisse