Home > Spiritualité > Saint Nicolas de Flüe ou le coeur de la Suisse

Saint Nicolas de Flüe ou le coeur de la Suisse

La Suisse fête les 600 ans de ce saint hors normes qui porte en lui les racines spirituelles de la Confédération et montre l’exemple d’une sainteté laïque. « Liberté intérieure, adoration et compassion pour le Christ souffrant et pour tous les hommes » sont les enseignements de ce starets occidental dont le rayonnement est universel. 

Quand s’éteint Frère Nicolas, le 21 mars 1487, la nouvelle de sa mort se répand dans toute l’Europe : il est l’un des ermites les plus célèbres de son temps.

À l’âge de 50 ans, ce paysan a quitté sa femme, sa famille, tout engagement politique, pour s’enfoncer dans la solitude, à quelques mètres de sa ferme, près de Stans (Unterwald). Des voisins l’ont aidé à construire un ermitage très austère et une chapelle : ce sera le Flueli-Ranft, souvent qualifié de cœur spirituel et politique de la Suisse.

Durant les vingt années de son active retraite, cet illettré enseigne toute l’Europe. Il prodigue des conseils ainsi qu’un enseignement spirituel et théologique de haut vol. 

Mais surtout il prie et est gratifié de nombreuses visions. Il excelle à interpréter les Miroirs du Salut, schémas symboliques grâce auxquels l’homme du Moyen Âge sonde et formule le mystère de la Trinité.

Tableau commandé par st Nicolas de Flüe expliquant le mystère trinitaire 
 

On lui attribue aussi de nombreuses prières et maximes, sublimes, fraîches et rapeuses, qui s’inscrivent dans la lignée des enseignements de la mystique allemande du Moyen Âge.

Ayant renoncé à tout, totalement enfoui en Dieu, il attire Tout, et par voie de conséquence, son conseil est recherché de tous. 

Lors de l’impasse des négociations de la diète de Stans (1481), où les Confédérés se déchirent, on vient le consulter. Ses paroles ramènent la concorde, en même temps qu’elles constitueront un idéal pour la Suisse à venir : abandon de tout impérialisme, refus de toute soumission aux puissances étrangères, promotion de la concorde entre cantons, de la paix. Le culte de sa sainteté est attesté dès sa mort, mais il n’est canonisé, comme saint protecteur de la Suisse et patron mondial de la Paix, qu’en 1947.

La fréquentation de Saint Nicolas de Flüe est fascinante. Son commerce est une école de liberté extérieure et intérieure, d’adoration, de compassion pour le Christ souffrant et pour tout homme.

Prière quotidienne de st Nicolas de Flüe : 

O mon Dieu et mon Maître, 
prends-moi à moi, et donne-moi à Toi.
O mon Dieu et mon Maître,
 arrache de moi tout ce qui me sépare de Toi.
O mon Dieu et mon Maître, 
donne-moi tout ce qui m’attire à Toi.
Prière quotidienne
 

 (Source : Le 23, Journal de Saint-François, Genève 2017).

Pour aller plus loin : 

Vous aimerez aussi
Le Cardinal Journet, un homme transparent au Mystère
DPI en Suisse : la société et les plus fragiles
La dépénalisation des drogues
Un politicien de la paix