Home > Politique > Elections brésiliennes : retour sur le score de bolsonaro (2)

Elections brésiliennes : retour sur le score de bolsonaro (2)

Suite au premier article sur le sujet, voici donc une seconde série de témoignages de brésiliennes et de brésiliens au sujet des raisons qui ont motivés le pays à placer Jair Bolsonaro très largement en tête au premier tour de l’élection brésilienne dimanche. 

Photo : Familia Bolsonaro ©️
 
Un père de famille, ingénieur, de la région de Salvador da Bahia : 

« Aujourd’hui à travers les réseaux sociaux les gens ont accès à l’information. Avant les informations passaient surtout par les grands médias et se limitaient aux personnes ayant un plus grand bagage intellectuel. Là on a des personnes qui, par les réseaux sociaux, commencent à se faire une idée par eux-mêmes : par des vidéos, WhatsApp, par des messages… et ce sont ces réseaux qui ont fait circuler les informations au sujet des procès de corruption impliquant Lula. Tout cela a montré qu’une partie du discours de Lula qui disait « je n’en suis pas, je ne savais rien » était faux. Et cela a eu des répercussions négatives aussi sur le PT qui a cherché ses derniers temps à accrocher son image à celle de Lula. 

Et donc on a 70% du pays qui entend ce discours et ne l’accepte plus. Et 30 %, affilié au PT, qui l’écoute et qui l’accepte. Le vainqueur dimanche c’est la population qui ne veut plus revenir à cet état de fait qui dure depuis depuis 14 ans. On a très bien vu comment le PT s’est largement rempli les poches et que c’était Lula le chef d’orchestre. Et donc personne ne veut que cela se prolonge dans le pays, beaucoup de personnes votent donc ainsi, non parce qu’elles acceptent Bolsonaro, mais parce qu’elles ne veulent plus que le PT reprenne les commandes du pays ».

Un employé de magasin de l’Etat de Rio Grande do Sul

« Bolsonaro est le moins pire, mais c’est aussi celui qui s’approche le plus des valeurs chrétiennes et de la doctrine sociale de l’Eglise. En plus de cela c’est le seul qui pour le moment peut enterrer le PT et tous les malheurs qu’il nous a apporté ». 

Une étudiante en médecine de l’Etat de Rio de Janeiro : 

Je ne suis pas en faveur d’Haddad, ce n’est même pas mon candidat. Mais je suis contre Bolsonaro et je vais voter pour n’importe lequel pourvu que cela ne soit pas lui qui passe. Pour moi c’est un candidat qui n’est pas en faveur du dialogue et donc cela va contre la démocratie. Tous les autres candidats acceptent l’opposition et lui je ne pense pas qu’il va l’accepter. Et je suis pour la démocratie. En plus de cela c’est un intolérant : il est intolérant vis-à-vis de la communauté LGBT, des femmes et des noirs. Toutes les vidéos que j’ai vues montrent cela. Il ne va probablement pas lui-même mener de telles actions d’intolérance mais se sont ses suiveurs qui vont se croire autorisés à le faire. Et moi comme personne chrétienne je n’accepte pas l’intolérance.

Autre point et non des moindres, il s’est montré plusieurs fois en faveur de la torture et l’a dit plusieurs fois en public. Pas seulement pendant la dictature mais si cela était possible aujourd’hui. Et moi comme personne, comme chrétienne et comme future médecin je ne peux être en faveur de cela. C’est dans le code d’éthique médicale en plus, un médecin ne peut être complice de torture. Donc, en additionnant tous ces facteurs je suis absolument contre le candidat Bolsonaro et pour cela je suis prête à voter pour n’importe qui d’autre ».

Un français, cadre expatrié à São Paulo :

Sur les élections, voici ce que j’entends (au sens propre et figuré !). Chez une bonne partie de la population, le rejet et le dégoût vis à vis de la classe politique est immense, et vis à vis du PT en particulier car il a gouverné pendant 12 ans. Donc, il y a toute une frange conservatrice qui a voté Bolsonaro sans complexe, peu gênée par le personnage (« lui au moins n’est pas corrompu »). Envie de changement, marre de la corruption et de l’insécurité, l’impunité, la crise, etc. Ensuite il y ceux qui ont voté Bolsonaro mais qui ne sont pas fiers… Le problème pour eux est qu’ils ont PEUR, peur du PT, de la crise, du déclassement. Ils ont voté Bolsonaro en se bouchant le nez mais ils l’ont fait quand même. Peur du « rouge ». Ensuite une minorité a voté pour qui ils aimaient (Amoêdo, Alckmin). Et beaucoup vont voter Bolsonaro à contre cœur au second tour. 

Une formule que j’ai adorée : « melhor morrer matado que morrer morrendo! » mieux vaut une mort violente que lente, prenons le risque de quelque chose de différent au risque que ça pète plutôt que de continuer pareil ! Quelques « objecteurs de consciences » incapables de voter pour un tel personnage vont voter blanc, mais somme toute très peu… Quant aux PTistes j’en connais peu. Mais pour eux pas de problème, ils votent à gauche et vont voter à gauche. Donc à part pour les gens de gauche suffisamment convaincus pour ne pas être dégoûtés par les errements du PT d’une part, et pour les conservateurs réactionnaires contents de voter Bolsonaro, entre les deux beaucoup de désarroi : la peste ou le choléra…. Mais tentés par la peste parce que le choléra ils l’ont déjà eu !

Un père de famille, fonctionnaire maritime, à Rio de Janeiro :    

« Pour moi Bolsonaro c’est une personne honnête, personne n’a jamais rien réussi à prouver contre lui. Les médias ont essayé, VEJA 1)Célèbre revue hebdomadaire brésilienne. a essayé de le salir avec son divorce en faisant la moitié de son journal sur cette affaire. Mais sa propre ex-épouse est montée au créneau pour dire que c’était faux et que c’était un bon père de famille. Il est honnête et personne n’a encore réussi à prouver le contraire. Il a siégé longtemps à la chambre législative et jamais il n’y a eu aucune affaire contre lui. C’est l’homme honnête dont le pays a besoin. Bien sûr on voit bien qu’il a des moments où il a du mal à se contrôler mais il parle avec son cœur. C’est un grand phénomène qui a eu lieu avec cette élection. Beaucoup de politiques de poids ont été éliminés grâce à lui et ne siègeront plus à partir de janvier au Congrès ».

Un chauffeur de Taxi de la Ville de Rio : 

« Journal d’un chauffeur de taxi : en écoutant tout ce que les personnes me disent lors de mon travail je vois que le candidat Jair Bolsonaro fait pratiquement l’unanimité des électeurs brésiliens et ce en raison de l’indignation des personnes devant tant de situation :

1. Sécurité publique : vague de violence au Brésil qui touche les chefs de familles, les femmes, les enfants, tant de travailleurs assassinés et en plus on a une police mal équipée, mal préparée et sans motivation. La majeure partie des gens sont confrontés ou ont été confrontés à la violence et cela c’est la raison principale du vote Bolsonaro car il a promis de meilleurs équipements et une meilleure rémunération pour la police. 

2. Santé : tant de personnes n’ont pas accès à une politique de soins efficace et de qualité. Des personnes meurent dans les files d’attente des hôpitaux, souvent par manque de médicaments, d’équipements et d’infrastructure. Là les médecins sont mal payés et beaucoup préfèrent recevoir dans leur propre cabinet des gens qui ont un contrat de santé ou qui payent cash les rendez-vous. Beaucoup de médecins se donnent du mal dans les hôpitaux mais ce n’est pas la majorité et n’empêche pas les gens de mourir. 

3. Education : Il y a eu l’idéologie du genre implanté par le PT. Beaucoup de brésiliens pensent que l’implantation du KIT-GAY 2)Une variante des « ABCD de l’égalité » que le gouvernement sous F.Hollande a tenté d’implanter dans les écoles en France.   est un outil qui détruit la famille, qui incite à l’homosexualité et ce, dès les petites classes. Beaucoup pensent que Bolsonaro va mettre fin à cela lui qui a dit qu’il était contre la destruction de la famille et pour la valorisation de la famille traditionnelle formée d’un homme et d’une femme. L’idéologie du genre est cause de division dans la population où les lobbies comme LGBT et autres ONG et principalement les médias contribuent à l’inversion des valeurs familiales. Il y a aussi le découragement de beaucoup du personnel d’éducation, beaucoup sont mal rémunérés, agressés par les élèves et restent, je pense, juste par vocation.   

4. Chômage : Beaucoup de familles passent par des problèmes financiers en raison du chômage. Beaucoup d’usines ont fermé et selon BAND news 3)Un canal de télévision brésilien style CNN ou LCI. il y a 13 millions de personnes sans emploi. 

Donc : Le candidat Bolsonaro a obtenu une adhésion très forte dans la population grâce à son discours en faveur de l’union de la famille, de sa fermeté vis-à-vis des hors la loi (bandits, trafiquants, miliciens, politiciens véreux…). Ici les gens sont fatigués que l’on pointe des armes sur leur enfants, que l’on parle de l’homosexualité comme de la chose qu’il faut naturellement accepter, que les chefs de famille n’arrivent plus à donner à manger à leur famille en raison du chômage. 

J’ai bien peur que cela ne soit qu’encore une promesse de politique juste pour arriver au pouvoir mais Jair Bolsonaro a la confiance de beaucoup de personnes. 

Je roule beaucoup à Rio de Janeiro et souvent je vois des choses que les autres ne voient pas. Une ville et un pays complètement abandonnée politiquement, où il y a juste des droits et jamais des devoirs. S’il est élu j’espère que Bolsonaro tiendra ses promesses. 

Une jeune femme, comptable, de Niteroi (Etat de Rio)  

« Pour moi, si Bolsonaro a eu autant de votes dimanche, c’est que le peuple brésilien est fatigué de tant de corruption. On n’en peut plus de tous ces faux discours. Je ne crois pas qu’il soit le sauveur de la patrie, pas du tout. Mais face au défi politique aujourd’hui, c’est lui qui présente les meilleures opportunités : pour qu’on puisse sortir un peu de tous ces gens du PT qui ont volé le peuple durant tellement d’années lorsqu’ils étaient au pouvoir. Bolsonaro propose selon moi des bonnes choses mais aussi des choses qui me font un peu peur. C’est un fort tempérament, il est plutôt impulsif dans ses attitudes, mais je vois en lui une certaine espérance. J’ai voté pour lui car il est en faveur de plusieurs choses dans lesquels je crois : par exemple il est en faveur de la vie (c’est à dire, contre l’avortement), il est contre l’idéologie du genre, ce que je trouve juste car je suis contre le fait de faire cette propagande homosexuelle devant les enfants. Aussi c’est un candidat Ficha-limpa (au casier judiciaire vierge, ndt). il n’a pas trempé dans la corruption, et aussi il ne croit pas comme moi au socialisme ».    

Conclusion

Quelle conclusion tirer de l’ensemble de ses 11 témoignages ? Ce qui semble clair c’est que le vote en faveur de J. Bolsonaro n’est pas toujours un vote d’adhésion à sa personne. Il semble plutôt être principalement la conséquence d’un immense dégout de la classe politique brésilienne actuelle et spécialement du PT, au pouvoir depuis 2002. Les deux raisons principales de ce vote apparaissent comme étant l’insécurité et la corruption. La majorité des personnes semblent rester lucide quant au personnage (attitude « infantile », « caractère fort », source de peur) mais elles ne voient aucune autre alternative. Mais il faut aussi noter que pour beaucoup de brésiliens il y a aussi des propositions de Bolsonaro qui suscitent leurs adhésions (sa politique en faveur de la famille et de la fin de l’impunité) et que ce vote n’est donc pas juste un vote par défaut. 

Un point mérite d’être noté lors de cette élection : le rôle des réseaux sociaux (très fort au Brésil) et le discrédit des médias traditionnels. Le fait de contrôler la plus grosse partie des moyens de communications classiques (TV, presse écrite) ne semble plus faire autant la différence qu’auparavant face au poids croissant des réseaux sociaux et des médias alternatifs. 

Rendez-vous le 28 octobre prochain pour les résultats du second tour.        

 

   

References   [ + ]

1. Célèbre revue hebdomadaire brésilienne.
2. Une variante des « ABCD de l’égalité » que le gouvernement sous F.Hollande a tenté d’implanter dans les écoles en France.  
3. Un canal de télévision brésilien style CNN ou LCI.
Vous aimerez aussi
Elections brésiliennes : retour sur le score de Bolsonaro (1)
Tradition locale et culture universelle – une réflexion sur la situation italienne
Diego à la Fazenda do Natal : et l’exclu devint un maitre…
Elections au Honduras, un peu de hauteur avec le cardinal Rodriguez-Maradiaga