Home > Société > Hundertwasser au secours des sans-abris

Hundertwasser au secours des sans-abris

Il ne viendrait à personne à l’esprit que dans cette maison vivent des anciens sans-abri. Intérieurs joyeux, fabuleusement colorés, finalisés à la Gaudi. Surprise et enchantement. Tout comme en présence des gens qui les ont conçus…
 
 
Photo Source (Jaworzno Naszemiasto PL)
 
Au rez-de-chaussée d'un vieil immeuble majestueux de Jaworzno, des carreaux de grandes dimensions de plusieurs nuances d’or, des plus petits rouges et fins, jaunes et verts, le tout formant un bel ensemble harmonieux. Les couleurs, la texture et la forme s'harmonisent esthétiquement. Le tout est complété par des finitions murales fantaisistes et dans l'oratoire – un poêle de conte de fées avec des dômes orthodoxes, sur le modèle de l'une des œuvres les plus célèbres de Friedensreich Hundertwasser, éminent peintre et architecte autrichien.
Cette mosaïque nous ressemblent", disent ses auteurs, des sans-abri, des pauvres et des bénévoles de la communauté de Bethléem. – Chacun d'entre nous est différent, et ensemble, tout comme l’est l'intérieur de notre maison, une belle unité résulte de ce tout.
 
Ma maison et mon style
L'idée de combiner le style traditionnel avec des solutions visuellement innovantes dans un bâtiment historique est née il y a six ans, lorsque le fondateur de Bethléem, le Père Mirosław Tosza, avec plusieurs résidents, est parti en voyage à Vienne, où Hundertwasser a vécu et travaillé. – L'artiste nous a intrigués par son style et son idée ", dit le Père Tosza. – Il était en faveur de la maison où l'on ne vit pas comme un lieu visuellement étranger pour l'être humain, mais dont les habitants participent à sa conception. Cela nous a fait réaliser que la maison que nous voulons créer est différente du centre d'hébergement ou du centre pour sans-abri classiques, non seulement par son nom, mais aussi par le fait que nous la réalisons tous ensemble, y compris dans son aspect extérieur. Maintenant, nous commençons chaque nouveau projet par une séance de remue-méninges et, ce faisant, nous améliorons et ajoutons nos propres idées.
 
Ils ont également apprécié le fait que l'artiste ait utilisé les restes de matériaux pour ses projets : bouteilles vides, restes de carrelages, vieilles briques et pavés. De cette façon, il a montré que les restes, lorsque nous les impliquons dans le processus de création, non seulement ne seront pas gaspillés, mais qu'ensemble ils créeront une nouvelle qualité. – Le Pape François parle de "restes humains" jetés hors des marges de la société : les sans-abri, les dépendants et les pauvres", explique le P. Tosza. – L'architecture d’Hundertwasser se présente comme une véritable solution. Parce qu'en créant, chacun d'entre nous découvre ses talents et ses passions et fabrique des objets qui aident à revenir dans la communauté. Cette création a pour tâche de redonner un sens à la vie humaine.
 
Découvrir sa dignité
– Quand je suis arrivé à Bethléem, j'étais convaincu que je détruisais tout ce que je touchais ", dit l'un des habitants. – Ce n'est qu'après avoir entendu quelqu'un faire l'éloge de la clôture que j'ai construite que j'ai compris que je pouvais aussi créer de bonnes choses.
 
– C'est là que j'ai découvert que je pouvais faire de belles choses de mes propres mains : des statuettes ou porte-savons en céramique aux cadres de miroir en mosaïque, en passant par la décoration des fours et des murs ", explique Aneta, jeune volontaire originaire d'une famille pauvre. Aneta et les habitants de Bethléem ont participé à deux cours de céramique. Aujourd'hui, elle co-dirige un atelier de céramique à domicile, travaille à la finition d'icônes et anime des ateliers de céramique pour les jeunes.
 
Sylwek, réalisateur principal des travaux de réparation et co-créateur de deux magnifiques fours dans le style « Hundertwasser » à Bethléem, ne cache pas qu'il considérait d'abord les œuvres de l'artiste comme une bizarrerie. "Il ne savait pas comment poser les carreaux bien droit, il n'avait qu'à boire ou à jeter des ordures", pensa-t-il. Ce n'est que lorsqu'il est allé en Autriche, dans son musée et qu'il a vu plusieurs maisons conçues par lui, qu'il a aimé le style. Il s'aperçut qu'au-delà des formes inhabituelles, il créait des solutions simples et utiles à la maison et utilisait tous les matériaux.
 
 
Photo Source (Jaworzno Naszemiasto PL)
 
Un art qui re-crée
"Faisons une maison comme si nous devions la quitter en une demi-heure, et que si quelqu'un d'autre venait chez nous, alors leur dernière pensée serait que des sans-abri vivent ici. " – se sont dit les habitants de Bethléem après leur retour de Vienne. Jusqu'alors, ils étaient souvent pris d’un sentiment de honte : parce que la vie ne se passait pas bien, leurs familles se séparaient et ils vivaient dans un centre pour sans-abri. Ils rêvaient d'éprouver de la fierté devant ce qu'ils créent. Aujourd'hui, les compétences qu'ils découvrent et les intérieurs magnifiques et féeriques leur redonnent le moral.
 
Leur oratoire, leur salle à manger, leur cuisine et leur galerie, où sont exposées des icônes, ont un aspect inhabituel. Cependant, l'endroit le plus inhabituel de la maison est probablement l’atelier, qui est toujours vivant et en constante évolution. C'est ici que sont élaborées de grandes œuvres et que sont décorés des objets plus petits tels que des cadres de miroirs. Des porte-savons, des statuettes et des angelots y sont également créés, sur commande par exemple de la maison de retraite voisine.
 
– Ce n'est pas un lieu dirigé, mais plutôt une improvisation – dit Anna Wyjadłowska, un ancien professeur de conception de vêtements et de style, responsable de la gestion de l’atelier. – Nous n'avons érigé intentionnellement que ce mur de rondelles de bois pour que le tout s’harmonise autour. Puis quelqu'un nous a donné des meubles, et chacun de nous a commencé à livrer des éléments : des boîtes à outils, des pots de peinture et des pinceaux, des anges en céramique, donnés par des enfants et des centaines d'objets en céramique que nous fabriquons nous-mêmes.
 
Le studio est utilisé par les résidents et les bénévoles pour créer des articles à vendre, afin de couvrir les frais de fonctionnement de la maison. Viennent aussi des femmes de foyers sociaux qui, en collant et en peignant, découvrent leurs talents.
 
– La tristesse des pauvres réside souvent dans le fait qu'on ne les considère que comme des bénéficiaires, les réduisant à la dimension de "mangeurs de pain" – dit le Père Mirosław. – Or, la joie n'est pas de prendre, mais de créer et de partager ses talents. L'atelier donne la possibilité d’un développement, d’une création, et ainsi il donne de la joie.
 
 
Photo Source (Jaworzno Naszemiasto PL)
 
Considérés
Par leur création et leurs activités sociales, les habitants de Bethléem ont repris confiance. Les Jaworzeniens aiment les visiter, et les enfants et les jeunes y apprennent la céramique lors d'ateliers organisés pendant des retraites ou dans le cadre de l'école. – C'est une façon de s'intégrer naturellement. Pour eux, l'habitant de Bethléem cesse d'être sans-abri et devient une personne talentueuse qui peut faire de belles choses – cela explique comment l'art donne de la dignité aux gens, Père Tosza.
 
Les autorités de la ville leur ont également fait confiance. Il y a un an, on leur a proposé de fabriquer des décorations en céramique pour le sapin de Noël de la ville. Cette année, ils leur ont confié la décoration en mosaïques de bancs sur l'une des sept places représentatives de la ville. Autrefois marginalisées, ces personnes sont devenues importantes et respectées.
 
Les habitants de Bethléem ont également des projets intéressants dans un avenir proche. Ils ont acheté un bâtiment adjacent à leur maison, dans lequel ils meubleront une maison d'hôtes avec un café et une auberge. – L'accès à la culture est un énorme problème pour les sans-abri et les pauvres ", explique l'auteur. – Ils ne peuvent pas se permettre d'aller à un café ou à un concert. C'est pourquoi nous voulons créer un café bon marché à un bon niveau, où les familles et les pauvres se rencontrent et s'intègrent de manière naturelle. Vous pourrez écouter des concerts ou des conférences, et le tout sera dirigé par nos résidents.
 
Le bâtiment du café sera également atypique. Comme il n'y a pas de bâtiment de style Hundertwasser en Pologne, les habitants de Bethléem se sont adressés à Peter Pelican, un architecte vivant à Vienne, qui a réalisé la majorité des œuvres de l'artiste, pour lui demander de l'aide. Par son intermédiaire, ils ont pris contact avec deux polonais ayant contribué à des travaux de Hundertwasser : Małgorzata Kubica et Andrzej Lipski, qui ont déjà réalisé un avant-projet. – "Maintenant, il nous reste à inviter les gens à se joindre à nous pour aider à financer le projet ", disent-ils.
 
A Bethléem, grâce à la foi, des relations personnelles, le travail et…l'art de Hundertwasser, une occasion concrète est donnée de sortir de la rue. Et même si les habitants de Bethléem ne seraient certainement pas d'accord avec certains de ses points de vue, grâce à lui, leur vie peu à peu reprend sens. 
 
Article de Dorota Niedźwiecka.  Ici  l'original en polonais.
Traduit en français par Clément Imbert
Vous aimerez aussi
Témoignage : « Chaque personne est un don ! »
Hanna Chrzanowska, de l’écoute à la sainteté dans le monde hospitalier
Célébrations de l’Indépendance de la Pologne : l’unité contre toute attente
Pologne : un siècle de souffrances et de combat pour la liberté