Home > Musique, Danse > Ama, retour sur la danse subaquatique de Julie Gautier

Ama, retour sur la danse subaquatique de Julie Gautier

Cette danse subaquatique réalisée par une championne d’apnée, parabole exprimant une douleur personnelle, atteint par la grâce de Julie Gautier et son amitié avec la chorégraphe Ophélie Longuet, une signification universelle.

 

 

« Ama est un film sans parole qui raconte une histoire que chacun peut interpréter à sa manière, selon son propre vécu, tout est suggéré, rien n’est imposé. J’ai voulu mettre dans ce film ma plus grande douleur en ce monde. Pour qu’elle ne soit pas trop crue je l’ai enrobée de grâce. Pour qu’elle ne soit pas trop lourde je l’ai plongée dans l’eau. Je dédie ce film à toutes les femmes du monde. » 

Née le 19 novembre 1979 à La réunion, Julie Gautier est une championne d’apnée. Après de nombreuses expériences mêlant la performance sportive et l’esthétique, elle tourne en 2018 un film avec son amie, la chorégraphe Ophélie Longuet qui décédera tragiquement quelques mois plus tard dans un accident de voiture. Cette performance de danse subaquatique s’intitule ‘Ama’, en référence aux femmes qui pêchent des perles fines au Japon. Par ce court-métrage, elle voulu rendre un hommage universel aux femmes. 

Elle dira : « Ce projet de danse sous l’eau, je l’ai en tête depuis huit ans. Je savais que si je travaillais une vraie chorégraphie et que je l’emmenais sous l’eau, ça donnerait quelque chose d’unique et beau. C’est mon objectif depuis longtemps. Sauf que je voulais absolument y associer une thématique forte et ne pas faire seulement du mouvement pour du mouvement. J’ai cherché, j’ai écrit plusieurs projets, mais je ne trouvais pas l’histoire à raconter. Ce n’était jamais suffisamment fort. J’étais persuadé que cela donnerait quelque chose de magnifique et je ne voulais pas le gâcher. Mais la vie nous a mis face à ce drame et quand on a commencé à sortir la tête de l’eau et entrevoir la possibilité d’affronter le deuil, j’ai su que je voulais dédier le film à cette douleur et l’exprimer à travers la danse. » 1) Les citations suivantes sont tirées de l’interview du 13 avril 2018 écrite par Ruben Curiel et publiée par Redbull le 13 avril 2018 :  https://www.redbull.com/ca-fr/julie-gautier-ama-interview-apnee 

Elle commente par ailleurs : « L’esthétique du mouvement au service de l’écriture d’une histoire aide énormément. Mettre des mots sur ce drame, c’est dur. Je suis passé par le mouvement, par la grâce. Ça enrobe la douleur, le côté émotionnel que je voulais transmettre. Et ça fait du bien. J’ai des témoignages incroyables. Je sais que mes proches ont compris le film. Mais quand des parfaits inconnus me parlent de leur ressenti, de l’espoir, de la beauté qu’ils ont vu dans ce film, c’est incroyable. J’ai réussi à toucher les gens sans raconter textuellement ce que j’ai vécu. Et c’est le plus beau des cadeaux. »

Dans le besoin de confier, elle ne succombe à aucun narcissisme. C’est ainsi que la douleur peut devenir un acte d’amour : « Quand tu regardes ce film, je veux que tu le regardes pour toi. Je ne veux pas que tu y mettes ma douleur personnelle. Certes, j’ai fait ce film pour moi mais mon but était avant tout de partager une émotion pour donner aux autres l’envie de se livrer. »

La souffrance personnelle n’est pas refermée sur elle-même, la confidence est pudique, ce qui lui confère cette dimension universelle. Tout le talent et toute la force de la sportive est comme réquisitionnée dans cet unique instant de grâce qui renouvelle le regard sur la danse, mais aussi sur la femme. La où la danse contemporaine expose le drame, la lenteur requise par le milieu subaquatique impose un degré de contemplation inattendu. La danseuse parait alors libérée de la gravité, celle du sol, mais pas encore celle de l’âme. Ses gestes transfigure le sentiment, mais par ailleurs, l’apnée devient symbole d’une attente, le spectateur ne peut pas ne pas ressentir le désir pressant de respirer. La beauté n’est pas encore la libération, mais le signe d’une nostalgie, d’une tendresse pour ceux et celles qui ne peuvent pas encore respirer. 

 

References   [ + ]

1.  Les citations suivantes sont tirées de l’interview du 13 avril 2018 écrite par Ruben Curiel et publiée par Redbull le 13 avril 2018 :  https://www.redbull.com/ca-fr/julie-gautier-ama-interview-apnee
Vous aimerez aussi
« Nous nous appartenons les uns aux autres », témoignage du Points-Cœur de Buenos Aires
Photo : entrer en mouvement, c’est entrer en méditation
Rencontre avec Gil Roman et la compagnie du Béjart Ballet à Athènes
Un langage pour la vie

1 Commentaire

  1. Avatar
    Emmanuelle

    Merci pour cette vidéo exceptionnelle à la beauté si expressive et singulière où l’apesanteur du milieu aquatique et l’apnée que celui-ci exige donnent une force particulière à l’émotion qu’elle suscite!