Home > Musique, Danse > Rosario, Luz et Buika, trois femmes autour d’un poème

Rosario, Luz et Buika, trois femmes autour d’un poème

L’amitié entre Luz Casal et Concha Buika, deux célèbres chanteuses espagnoles, fait ressurgir la mémoire d’une autre femme, poète et mexicaine, du 19ème siècle, dont elles interprètent une chanson à partir d’un de ses poèmes.

 

Luz Casal et Concha Buika en duo

 

Ce magnifique duo est un double hommage, d’abord celui de l’artiste qui invite l’autre et la met au premier plan, puis celui de l’invitée. Buika, comme elle se définit, est simplement une femme qui chante. Tout son talent, sa voix, son être entier sont au service des mots d’une autre. Elle vient humblement et s’efface pour devenir toute entière ce qu’elle chante : les paroles de Rosario.

Rosario Sansores Prén, est née à Mérida, dans le Yucatán mexicain, le 25 août 1889. Artiste, poète et journaliste, elle épouse à 14 ans Antonio Sanjenis, un cubain et part vivre à la Havane. En 1918 lorsque son époux décède, elle revient vivre à Mexico avec ses deux filles, et travaille comme journaliste dans la capitale. 

Elle publie des œuvres poétiques, Mientras se va la vida 1)Alors que la vie s’en va en 1925, La Novia del Sol 2)Alors que la vie s’en va en 1933, et Rutas de emoción 3)Routes d’émotion en 1954. Ses poèmes furent particulièrement mis en musique en Equateur et en Colombie, mais Rosario ne se rendit qu’une seule fois à Guayaquil pour recevoir un prix littéraire. Elle est plus spécialement connue pour son poème Cuando Tú te hayas ido 4)Lorsque tu seras parti qui fut mis en musique sous le titre de Sombras, par le compositeur équatorien Carlos Brito Benavides. Le genre musical équatorien dit Pasillo fit de cette chanson un succès en Amérique Latine.

Voici les paroles de Cuando Tú te hayas ido 5)Rosario Sansores (1889-1972). En: Cantaba el mar azul. Poesías. Editorial Libros y revistas, S. A. México, 1942 – Sombras 6)Lorsque tu seras parti, les ombres m’envelopperont; lorsque tu seras parti, seule, avec ma douleur, j’évoquerais cette idylle avec ses heures heureuses.Et dans la vague pénombre de la petite alcôve,lorsque par une chaude après-midi tu me caressais toute entière,mes bras te chercheront,ma bouche te cherchera,et je respirerai dans l’air, comme un parfum de roses !Lorsque tu seras parti, les ombres m’envelopperont

Cuando tú te hayas ido,

me envolverán las sombras;

cuando tú te hayas ido,

con mi dolor a solas,

evocaré este idilio

con sus azules horas.

Y en la penumbra vaga de la pequeña alcoba,

donde una tibia tarde me acariciaste toda,

te buscarán mis brazos,

te buscará mi boca,

y aspiraré en el aire

como un olor a rosas!

Cuando tú te hayas ido

me envolverán las sombras.

 

Luz Casal et Concha Buika in Sombras

 

Lire l’article Concha Buika, la voix de la liberté,  publié précédemment sur Terre de Compassion

References   [ + ]

1, 2. Alors que la vie s’en va
3. Routes d’émotion
4. Lorsque tu seras parti
5. Rosario Sansores (1889-1972). En: Cantaba el mar azul. Poesías. Editorial Libros y revistas, S. A. México, 1942
6. Lorsque tu seras parti, les ombres m’envelopperont; lorsque tu seras parti, seule, avec ma douleur, j’évoquerais cette idylle avec ses heures heureuses.Et dans la vague pénombre de la petite alcôve,lorsque par une chaude après-midi tu me caressais toute entière,mes bras te chercheront,ma bouche te cherchera,et je respirerai dans l’air, comme un parfum de roses !Lorsque tu seras parti, les ombres m’envelopperont
Vous aimerez aussi
Poème : Je regarde et je vois
« Espérir », un recueil pour s’éveiller aux clartés du monde
C’était il y a un an. Mon Colonel, on ne vous oublie pas!
Le sculpteur Alfred Liyolo est mort