Home > Société > « La récompense de la recherche de la vérité, est la liberté »

« La récompense de la recherche de la vérité, est la liberté »

Isabel Díaz Ayuso, président de la Région de Madrid, a prononcé un discours remarquable par son objectivité et sa simplicité, lors de l’inauguration de la crèche de Madrid à la Puerta del Sol.

 

Isabel Díaz Ayuso

 

La tradition de la crèche est profondément enracinée en Espagne, et a été transmise en Amérique Latine et dans d’autres régions du monde ou les Espagnols se sont rendus. Cette tradition attribuée à Saint François d’Assise et consolidée en Italie vers le XIV siècle, a été apportée en Espagne par le roi Charles VII de Naples – Charles III d’Espagne (1716 -1788) – qui, à partir du Noël 1760, s’est chargé de la promouvoir parmi l’aristocratie madrilène. Elle s’est rapidement répandue dans tous les foyers et est devenue, jusqu’à nos jours, l’un des plus chers signes de dévotion des Espagnols.

Les artisans napolitains ont élevé la crèche à la catégorie d’art en créant des scénarios majestueux où, aux traditions religieuses, s’incorporaient les pratiques courtisanes, le populaire et la finesse, se représentait la naissance du Christ avec faste. C’est ainsi que les nobles espagnols ont commencé à commander leurs crèches aux artistes de renom, comme Francisco Salzillo (fils du Napolitain Nicola Salzillo), Nicolás de Bussy ou Antonio Dupar.

 

 

A posteriori, les écoles espagnoles ont cultivé cette tradition avec finesse et maîtrise. Quelques-unes, en gardant la splendeur et le faste baroque importé de Naples, d’autres en donnant à la scène de Noël son propre style et ses particularités. Les plus remarquables ont été les écoles de Murcie, de Grenade, Girona et Jerez. De nos jours, nous trouvons les maîtres de cet art à Toledo, en Murcie, Grenade, Catalogne et dans d’autres régions d’Espagne.

A partir de la fête de l’Immaculée Conception qui, en Espagne comme en Amérique Latine, est un jour férié, les crèches se font voir partout, dans les foyers comme dans les bâtiments et lieux publics.

C’est cette foi devenue culture que Mme Días Ayuso a remarquablement soulignée lors de son discours que voici :

Discours d’Isabel Díaz Ayuso
Président de Madrid
Inauguration de la crèche de la Puerta del Sol
29 novembre 2021

« Deux mille ans plus tard, après des générations d’hommes et de femmes illustres qui sont entrés dans l’histoire, de guerres, de découvertes, d’art, de politique, de tant de millions de vies qui ont été vécues dans ce monde, d’avoir navigué sur les mers, dans l’espace, même en luttant contre une pandémie, nous voici encore, célébrant le mystère d’un Enfant, qui est né à Bethléem, dans une crèche, et qui a été appelé le Messie, le Sauveur.

N’est-il pas invraisemblable que cela se produise, année après année ? De tous les coins de la planète, et surtout en Occident, arrivent des souhaits de paix et de bonne volonté. Pourquoi ?

 

 

Parce que cet Enfant que les bergers et les mages adoraient, et qu’Hérode voulait tuer, a apporté un enseignement qui n’avait jamais été entendu avec autant de force, et qui résonne encore aujourd’hui : « La vérité vous rendra libres ».

Il n’est donc pas étonnant que le christianisme soit à l’origine de l’Union européenne, dans ce que l’on appelle la « chrétienté », de la fondation d’universités dans le monde ou de l’entreprise espagnole en Amérique, qui était avant tout une entreprise chrétienne, et donc d’amour et de fraternité : de métissage.

Le message chrétien, que nous soyons croyants ou non, imprègne notre mode de vie en tant qu’individus et en tant que société : l’attention aux malades, aux enfants, aux pauvres, la solidarité de la douleur et de la joie partagée, la tentative de réinsertion des prisonniers, la justice, le pardon et l’espoir. Ce sont des aspirations que nous partageons et qui nous unissent, un horizon auquel nous aspirons.

La récompense de cette recherche de la Vérité, par l’amour, est la liberté. Le monde chrétien et occidental a toujours aspiré à la liberté, même s’il a chuté ou commis des erreurs, et il a été une école de liberté pour le reste du monde, voir un refuge et un abri pour ceux qui l’avaient perdue.

C’est pourquoi cette tradition annuelle est bien plus qu’une simple tradition : Noël et la crèche soulignent l’actualité de cet engagement pour la vérité, la liberté et l’amour, qui doit guider toute vie humaine digne de ce nom. C’est notre Histoire même, la raison de nos efforts quotidiens, et l’avenir auquel nous aspirons, avec joie et espoir.

 

 

Nous vous invitons à visiter la Crèche de Sol, la Crèche de Madrid, jusqu’au 9 janvier inclus. »

Vous aimerez aussi
Le Vœu de la ville de Madrid à la Vierge Marie
Léa Vicens: La Belle et les bêtes
Le Chemin de St Jacques, selon Sa Majesté le Roi Felipe VI
La Semaine Sainte ne se comprend pas, elle se vit

Répondre