Home > Eglise > L’ancien chapelain de la Reine d’Angleterre se convertit au catholicisme

L’ancien chapelain de la Reine d’Angleterre se convertit au catholicisme

Gavin Ashenden, une voix particulière qui est bien connue dans le monde anglican, surtout pour ses compétences en matière de médias, a été reçu dans l’Eglise catholique ce quatrième dimanche de l’Avent. La BBC l’appelle quand elle a besoin d’un commentateur qui connaît la religion en Angleterre. Il a occupé un poste plus que particulier : il a été l’aumônier personnel officiel de la Reine d’Angleterre de 2008 à 2017.

 

 

Cette année-là, Ashenden quitte l’Église d’Angleterre. Il avait déjà critiqué l’ordination des femmes comme évêques : et au sein de l’Eglise anglicane, aucune place n’est laissée aux évêques et aux ecclésiastiques qui étaient en désaccord avec cette pratique. Mais la goutte d’eau qui a fait déborder le vase a été la tenue d’un service anglican avec des versets du Coran dans la cathédrale épiscopale (anglicane) de Glasgow. En 2017, il a quitté l’Église d’Angleterre et a été ordonné évêque missionnaire par une petite confession anglicane conservatrice, la Christian Episcopal Church. Ashenden a expliqué sa pensée dans un programme YouTube dont il est co-responsable depuis plusieurs années, Anglican Unscripted.

Il a essayé de créer une Église orthodoxe anglicane

« Je pensais que le Seigneur voulait que j’essaie de préparer le terrain pour unir les anglicans orthodoxes en dehors de l’Église d’Angleterre », dit-il, en faisant référence à tous ceux qui ne sont pas libéraux ou relativistes. « Nous avons vu ce qui s’est passé en Amérique [avec l’Église épiscopalienne libérale], une Église mère qui se donne à la culture de ces jours et qui abandonne les valeurs chrétiennes au point de ne plus être une Église chrétienne. Et de nombreux groupes d’anglicans qui sont partis en différents courants » explique-t-il.

Ashenden a essayé pendant quelques années de travailler en Angleterre en suivant des lignes similaires à celles de l’ACNA, une alliance d’Eglises anglicanes conservatrices aux Etats-Unis et au Canada qui en est maintenant à sa 10ème année de croissance. Il a essayé, avec quelques autres dirigeants anglais contestataires, de réunir les anglicans orthodoxes. « Et nous avons échoué. Nous avons complètement échoué ». Il croit, après avoir essayé pendant presque 3 ans, que les anglicans orthodoxes ou conservateurs ne pourront pas faire en Angleterre ce qu’ils ont fait en Amérique du Nord.

Une voix médiatique… et avec de l’expérience derrière le rideau de fer

Pendant ce temps, il a au moins parlé de la foi dans les médias, auxquels il avait largement accès. La BBC l’a souvent appelé pour des déclarations, et aussi pour des émissions en provenance d’Australie, du Canada et des États-Unis. Il avait une grande expérience de l’Eglise. Dans les années 1980, il a été directeur de l’Aide aux chrétiens russes, un programme qui faisait entrer clandestinement des bibles et des médicaments en Union soviétique. Il a beaucoup écrit sur la spiritualité russe et sur les Inklings (le groupe informel d’écrivains auquel appartenaient J.R.R. Tolkien et C.S.Lewis).

De cette époque, il se souvient : « Au début des années 1980, quand j’étais un jeune prêtre anglican, je faisais passer en contrebande tout ce qui était nécessaire, des Bibles aux médicaments pour les chrétiens orthodoxes et les catholiques, à travers le rideau de fer. Mes voyages à Prague consistaient à apporter des livres de théologie à un séminaire catholique clandestin qui a continué malgré l’interdiction des ordinations. Quand le mur de Berlin est tombé en 1989, j’ai pensé que c’était la fin du marxisme. Moi et beaucoup d’autres avions tort. J’étais loin de me douter que mon expérience de l’Église catholique clandestine en Tchécoslovaquie allait servir de catalyseur et d’exemple pour m’amener à mon véritable foyer spirituel. »

Un évêque catholique lui dit : « N’attendez pas que vous soyez sur votre lit de mort, nous avons besoin de vous »

Qu’est-ce qui lui a donné l’impulsion finale pour l’Église catholique ? En gros, qu’un évêque catholique s’est donné la peine de l’inviter.

« Nous devons chacun essayer de discerner ce que le Saint-Esprit veut de nous. Depuis 20 ans, je lis davantage sur les Pères de l’Église du premier millénaire. En fait, je suis les traces de St. John Henry Newman. Je suis désolé si ça semble un peu prétentieux. Il a ouvert la voie. Comme lui, j’ai étudié les Pères, j’ai eu une idée de ce que devait être l’anglicanisme ; comme lui, je suis tombé de l’establishment », explique-t-il.

« J’ai été invité à rencontrer le clergé de ma cathédrale catholique locale. Ils suivent l’Écriture Sainte anglicane et lisent mes écrits ! Et ils m’ont dit : « L’évêque veut vous parler parce qu’il a besoin de vous ». Et nous avons parlé de la situation de l’Église catholique et de l’Église dans ce pays et mon évêque catholique local, qui est l’un des deux évêques orthodoxes du pays – ce sont Marc Davis de Shewsbury et Phillip Egan de Portsmouth, qui sont des amis très proches – m’a dit : « Je suis heureux d’avoir un collègue évêque catholique ici, je respecte vos ordres [l’ordination] et ce que vous avez dit, mais j’ai besoin de vous. Je sais que vous allez traverser et devenir catholique un jour, peut-être sur votre lit de mort, comme Constantin ou un peu plus tôt, mais pourriez-vous s’il vous plaît envisager de le faire plus tôt ? Parce qu’on a besoin de vous ».

Ashenden fait remarquer que « ce sentiment d’être nécessaire pour le Royaume de Dieu ne se voit pas beaucoup dans la dynamique des relations que nous avons » dit-il, en se référant aux milieux anglicans conservateurs en Angleterre. Il ajoute qu’en priant au sujet de cette proposition, le rêve de saint Paul lui est venu à l’esprit lorsqu’un Macédonien lui est apparu et lui a dit : « Viens, nous avons besoin de toi. »

Ses ecclésiastiques anglicans parlaient déjà de se convertir au catholicisme

De plus, certains ecclésiastiques, des anglicans conservateurs, qui dépendaient de lui pendant ces années en dehors de l’Église d’Angleterre lui avaient déjà dit : « Gavin, tu comprendras que notre destin, en fin de compte, est d’être des catholiques romains, j’espère que cela ne te dérange pas trop, mais c’est là notre destination. En attendant, nous avons besoin de votre licence et de votre couverture épiscopale. » Et d’autres personnes lui écrivaient sur Internet en lui disant : « Nous voulons nous joindre à votre église, où pouvons-nous la trouver localement ? » et je me disais : « J’ai une Eglise qui est assez bonne sur Internet, mais elle est très faible sur le terrain. Où puisons-nous pour avoir la communion et la fraternité? ». Et quand la communauté catholique locale m’a dit : « Venez vite, car les temps sont urgents » , « j’ai dit oui. Je serai reçu dans l’Église catholique en ce quatrième dimanche de l’Avent, je laisserai mes ordres, c’est la dernière fois que je porterai cette chemise [d’un évêque anglican], je recommencerai de zéro, en tant que théologien laïc, et ensuite Rome décidera s’ils me trouvent une utilité, si je serai réordonné comme prêtre catholique. Je pars les mains vides » , ajoute-t-il dans son explication dans l’Écriture sainte anglicane.

 

 

Travailler pour l’unité : finis les petits corps schismatiques

Ashenden s’adresse à son auditoire, des chrétiens de valeurs bibliques, pour les encourager à travailler ensemble pour l’unité. « Dans les cinq ou dix prochaines années, nous devons développer l’Église. Une alliance des organismes anglicans orthodoxes ne va pas se produire. D’autres petits corps schismatiques seront créés, qui ne parleront pas très bien les uns des autres. Je n’ai jamais voulu m’impliquer dans le schisme. J’ai toujours cru en l’unité de l’Église dans l’adoration de Jésus-Christ, et si je ne peux pas le faire en tant qu’anglican, et qu’on m’invite à le faire en tant que catholique, et qu’il se trouve que je crois aux réalités catholiques, il me serait très difficile de dire non. Alors j’ai dit oui. Je vais perdre le soutien, quelques amis, un ministère… c’est bon » . Sur le site web catholique ChurchMilitant, il y a des déclarations de l’évêque catholique qui l’accueillera, Mark Davies, qui dit ressentir « une joie spéciale » : « Je suis conscient du témoignage qu’Ashenden a donné sur la place publique de la foi et des valeurs historiques sur lesquelles notre société a été construite. Je prie pour que ce témoignage continue à être un encouragement pour beaucoup » .

Les apparitions, le Rosaire, les miracles eucharistiques… pour penser

Ashenden a déclaré dans ChurchMilitant qu’il avait vu « comment l’Eglise d’Angleterre souffrait de l’effondrement de son intégrité intérieure alors qu’elle avalait la descente de la société séculière dans une culture post-chrétienne » . Il poursuit en soulignant plusieurs choses qui l’ont rapproché du catholicisme. L’une d’entre elles était de réfléchir aux apparitions (non officiellement approuvées par l’Église) de Notre-Dame à quelques enfants à Garabandal (Cantabrie, Espagne) en 1963. Curieux et sceptique, je regardais le film avec un ami psychologue pour enfants qui a remarqué que : « ce qui arrivait aux enfants était essentiellement réel, puisque l’ecstasy chez les enfants ne pouvait jamais être simulée » . « Dès lors, j’ai découvert que les apparitions de la Vierge, commençant avec saint Grégoire le Thaumaturge au troisième siècle, en passant par les apparitions à Zeitoun au Caire en 1968 et se poursuivant jusqu’à ce jour, sont profondément convaincantes. »

Plus tard, grâce à son amitié avec le prêtre et mariologue expert René Laurentin, Ashenden a commencé à prier le Rosaire. « Curieusement, cela s’est accompagné d’une visite non désirée du Mal métaphysique que seul le Rosaire semblait surmonter » , a-t-il ajouté.

Un autre élément qui l’a fait réfléchir était les miracles eucharistiques. « Le fait qu’ils ne se produisent pas parmi ceux qui célèbrent la version anglicane de l’Eucharistie a des implications évidentes », a-t-il dit. « C’est un grand soulagement d’appartenir à l’Église où la Messe est vraiment la Messe. »

L’importance d’un Magistère

Enfin, désirant l’unité des chrétiens, « j‘ai découvert qu’il n’y avait pas moyen d’unir les anglicans orthodoxes dans l’unité de l’Eglise et donc la troisième raison de ma conversion est le Magistère » , a dit Ashenden. « On peut trouver un anglicanisme différent pour chaque jour de la semaine, presque à chaque heure de la journée » a-t-il dit. « Je me suis rendu compte que seule l’Église catholique, avec le poids du Magistère, avait l’intégrité ecclésiale, la maturité théologique et la puissance spirituelle pour défendre la Foi, renouveler la société et sauver les âmes dans la plénitude de la foi. »

Ce dernier dimanche de l’Avent, l’évêque de Shrewsbury accueillait Ashenden en tant que catholique. Il exhorte tous les chrétiens qui veulent que le Seigneur travaille pour l’unité : « Prions les uns pour les autres pour renouveler l’Église du Christ, qui a été brisée dans le passé, à cause de l’échec humain et du péché, et si nous pouvons faire quelque chose et l’offrir à notre Seigneur, dans la contrition et l’humilité, pour réparer l’Église, même si cela signifie essayer de parler mieux les uns des autres, avec les yeux ouverts sur ce que Dieu a fait, au lieu de nous concentrer sur les choses plutôt dévastatrices que nous faisons… Je crois passionnément et théologiquement que les conflits de la Réforme protestante au 16e siècle ne sont pas les nôtres aujourd’hui. Nous avons une guerre culturelle commune, un ennemi commun, et nous avons besoin d’une solution chrétienne commune » .

Article traduit de l’espagnol. L’original publié sur le journal Religión en Libertad, le 23 décembre 2019

Vous aimerez aussi
Coronavirus. Lettre personnelle de Mgr Camisasca à son diocèse
« L’essence de toute sainteté, c’est de demeurer dans le Seigneur jusqu’à son retour »
La canonisation de Newman : un point de vue anglais
Canonisation de John Henry Newman, Apôtre de la vérité