Home > Fioretti > « La seule chose que je puisse faire est de dire merci ! »

« La seule chose que je puisse faire est de dire merci ! »

Après un an de mission à Villa Jardin en Argentine, Madeleine Alles, volontaire américaine, prononce ces quelques mots à l’occasion de sa messe d’action de grâce dimanche dernier.

 

 

 

« Merci d’être venus rendre grâce avec moi pour cette année de Mission !

Je tiens à vous remercier pour ce que cette année a été pour moi, une très belle année car j’ai découvert où se trouve le bonheur.

Être heureux ne dépend pas de choses matérielles ou d’une vie sans luttes ni souffrances, ou de la recherche d’une réponse en soi,

ce n’est pas cela qui nous donne le bonheur.

Être heureux est un cadeau qui peut seulement être reçu au moment où l’on s’ouvre à la rencontre de l’autre…

Quand un enfant touche la fenêtre et veut vous serrer dans ses bras,

et que deux autres enfants veulent vous apprendre à faire des bombes de pommes de terre…

Quand un voisin veut réparer les fils électriques alors que la nuit est déjà sombre et que vous n’avez pas de lumière…

Quand quelqu’un qui n’a rien, veut partager son goûter avec vous…

Quand quelqu’un veut boire du maté et parler ouvertement de sa vie…

Quand vous découvrez que ces vies ne sont pas faciles ou parfaites mais qu’elles sont réelles et combattantes.

Surtout, quand vous découvrez cette beauté, cet amour et cette espérance qui vous surprennent à chaque fois

et que vous réalisez que c’est un grand honneur qu’ils vous soient partagé.

Quand à la fin de la journée, le cœur rempli de tout ce que vous avez reçu, Dieu vous attend dans le silence de la chapelle – une dernière porte, si grande qu’elle peut embrasser toutes les douleurs, les questions et les joies que vous portez en vous et là, vous pouvez enfin vous reposer.

Être heureux ne vient pas de moi.

Dieu me rend heureuse.

Vous me rendez heureuse.

La seule chose que je puisse faire est de dire merci ! »

Vous aimerez aussi
Des affinités dans la vocation à être homme ( I )
Hozana, c’est comme une famille !
Repose en paix Blandine, auprès de Celui que tu priais chaque jour
La Jeanne de Péguy, histoire d’une vie intérieure