Home > Mode, Photo > Qu’est-ce donc que la consolation ?

Qu’est-ce donc que la consolation ?

« Comment la consolation a-t-elle lieu ? Non pas certes par la raison ou le calcul.
Discourir et prouver ne console pas, laisse froid. L’homme reste seul avec sa détresse. Rien ne parvient jusqu’à lui. Rien ne lui arrive.
Il y a dans la consolation quelque chose de vivant : une proximité, une action, un commencement, un renouvellement.
Qui veut consoler doit aimer, être ouvert, tendre vers l’autre pour pénétrer jusqu’à ce qu’il a de plus intime, avoir le regard clair et la libre sensibilité du cœur qui trouve avec une tranquille sûreté les voies de la vie, sait reconnaitre ce qui est à vif ou aride.
Il lui faut la force subtile et puissante qui y pénètre, s’avance jusqu’au centre vital, jusqu’aux profondeurs d’où jaillit la vie. Celle-ci s’est lassée. La force consolatrice du cœur doit faire alliance avec elle, lui ouvrir un champ libre, la faire sortir d’elle-même pour qu’elle se redresse, recommence à sourdre et trouve sa voie à travers toutes les ruines et tous les lieux déserts à l’intérieur de l’être.
Voilà ce qu’est consoler. C’est éveiller, créer, faire naître, donner, et pourtant appeler l’autre à ce qu’il a de meilleur ; agir en lui, mais, précisément par là, le rendre libre.
La consolation délivre, soutient, dilate, mais de telle sorte que l’autre se redresse à partir de son propre centre et recommence »

Romano Guardini, Le Dieu vivant (Dieu console), p.115

 

 

Photos : Thomas Billot
Vous aimerez aussi
Romano Guardini et l’Église
L’émerveillement
Pandémie – la liberté intime n’est jamais perdue.
La mission de Jean, le précurseur