Home > Fioretti > Carlo Acutis ou la sainteté à 15 ans

Carlo Acutis ou la sainteté à 15 ans

Au cours des siècles, parmi les saints canonisés par l’Église ont toujours été présents des enfants et des jeunes. De Saint Tarcisius à Jacinthe et François Marto, les bergers des apparitions de Fatima, nous trouvons des exemples où la grâce agit et se concrétise dans des vies souvent très courtes. Le 10 octobre, dans la ville d’Asissi, aura lieu la béatification de Carlo Acutis, un jeune italien qui, dans quelques années, sera connu dans le monde entier et qui pourra être un exemple pour de nombreux jeunes et moins jeunes, qui cherchent le sens de leur vie.

 

 

Carlo est né à Londres, où ses parents travaillaient, le 13 mai 1991. Quelques mois plus tard, ils rentrent à Milan, et dès ses premières années, Carlo se révèle être animé d’une intelligence vive et communicative. Il est connu non seulement pour son tempérament jovial, mais surtout pour sa grande attention à chaque personne, particulièrement à l’école et envers les personnes qui travaillent dans sa maison. Bien qu’ayant grandi dans un environnement chrétien (il a étudié dans une école des sœurs Marcellines et des Pères Jésuites), Carlo fait sienne cette foi qu’il reçoit et l’embrasse avec l’originalité de son âge et sa personnalité. Les nouvelles technologies attirent beaucoup son attention et on peut dire qu’il les utilise  non seulement pour passer le temps mais surtout pour les mettre au service des colonnes de sa vie : l’Eucharistie et la Madone.

C’est depuis sa jeunesse que Carlo découvre la présence réelle dans l’Eucharistie et en fait le centre de sa vie et de ses journées. Sa conscience de la Présence réelle l’amène, à l’âge de 7 ans, à recevoir l’autorisation de faire sa Première Communion au Monastère de Saint Ambroise  à Perego. À partir de ce moment, il s’organise chaque jour pour participer à la communion quotidienne et pouvoir passer du temps avec le Christ présent dans le sacrement de l’autel. De nombreux prêtres à Milan se souviennent de cet enfant qui est assis devant le tabernacle et qui prie en silence et avec une grande dévotion après la Sainte Messe.

 

 

Sa mère, Antonia, raconte que parmi les saints auxquels Carlo vouait une grande dévotion se trouvait Saint Jean, le disciple préféré. Il a lui-même dit : « Tout chrétien… doit être et vivre comme saint Jean se penchant sur le Coeur de Jésus dans une profonde intimité avec Lui. Comme Jean, il doit toujours être sur le Calvaire, aux pieds de Jésus crucifié, s’offrant avec lui au Père, recevant le sang et l’eau qui coulent du Coeur transpercé de Jésus, contemplant Celui qui a été blessé. Chaque chrétien … peut le faire grâce à l’Eucharistie, la présence réelle et le sacrifice de Jésus aujourd’hui« .

La phrase, tirée de ses notes personnelles où il se demandait ce qu’était l’Eucharistie pour lui, est très connue et il y a lui-même répondu de manière très originale : « L’Eucharistie : c’est mon autoroute vers le ciel« .

C’est grâce à internet et à différents programmes d’images et de présentation qu’il préparera la célèbre exposition des miracles eucharistiques. Cette exposition fait le tour du monde (rien qu’aux États-Unis, elle a été présentée dans 10 000 paroisses). Les miracles eucharistiques sont présentés sur des panneaux et l’on peut voir que la Présence réelle, vénérée par Carlo, est une réalité qui s’est manifestée à de nombreux moments de l’histoire de l’Église.

 

 

Le deuxième pilier de la vie de Carlo est la Madone qu’il connaît et vénère depuis son enfance. Nous savons à travers ses écrits qu’il avait une grande dévotion pour le Rosaire et qu’il le priait tous les jours. Il voyait dans cette dévotion « l’escalier qui élève vers le ciel » et bien plus encore : sa dévotion à la Vierge lui permettait d’être attentif, comme elle, à tous ceux qu’il rencontrait : une attention à chaque personne qui est unique et qui permettra à beaucoup  de rencontrer non seulement Carlo, mais Celui qui habitait chacune des actions et des pensées de sa vie. Cette attention se manifestera concrètement par un effort hebdomadaire pour servir les plus pauvres, en particulier aux côtés des Sœurs de la Charité de Mère Teresa.

Cependant, il n’y a pas que les personnes que Carlo rencontre qui découvrent la foi. La première de toutes est sa mère qui a grandi dans un environnement laïc et qui ne participe à la célébration de l’Eucharistie que pour les baptêmes et les mariages. Les questions que Carlo se pose à l’âge de trois ans sur la foi provoquent chez elle un questionnement sur ses faibles connaissances religieuses et elle redécouvre ainsi, grâce à l’aide d’un ami prêtre, la foi et la valeur de la vie sacramentelle.

L’école, la messe quotidienne, les voyages de vacances avec ses parents, l’aide aux plus pauvres avec les Missionnaires de la charité, le football et Internet font partie de sa vie mais on découvre qu’au cœur de son quotidien il y a toujours une Présence qui l’appelle et l’attire. Il écrit ceci à l’âge de 13 ans : « Si nous y réfléchissons bien, ce sont nous les fortunés et non ceux qui ont vécu il y a 2000 ans aux côtés de Jésus, parce que nous avons Dieu réellement et substantiellement présent avec nous en permanence, il nous suffit de visiter une Église à proximité ! Nous avons Jérusalem juste à côté de nous« .

Personne n’aurait pu imaginer  chez cet adolescent plein de vie, une maladie qui sapait ses forces : c’est une leucémie fulgurante qui, en trois jours seulement, le conduira le 12 octobre 2006 à la rencontre de Celui qu’il adorait tous les jours. A sa mort, beaucoup l’ont appelé le  » Frassati Milanais « , puisque tout comme le bienheureux Pier Giorgio Frassati, sa vie était fondée sur la foi et la charité.

Très tôt, surtout ceux qui l’ont rencontré : camarades de classe, prêtres, amis, estimaient qu’ils n’étaient pas en compagnie de quelqu’un d’ordinaire. Comme le disait Carlo : « tout le monde naît original, mais beaucoup meurent photocopiés » et c’est ce qu’il ne souhaitait pour personne, et surtout pas pour lui-même.

 

 

C’est l’archevêché de Milan qui est le premier à s’émerveiller et à reconnaître que la vie de Carlo Acutis est connue dans le monde entier et que beaucoup le vénèrent et demandent son intercession. En 2016, le cardinal Angelo Scola a confirmé la cause diocésaine et c’est en février 2020 que le décret de béatification a été promulgué grâce au miracle survenu chez un enfant atteint d’une grave maladie du pancréas au Brésil.

Ce 10 octobre, à Assise où son corps est vénéré dans le Sanctuaire de la Spogliazione, aura lieu la cérémonie de béatification et où, pour beaucoup, Carlo sera un exemple de ceux qui cherchent un sens à la vie car, comme il l’a dit lui-même : « Trouver Dieu, c’est trouver le sens de la vie« . Parmi les préparatifs pour célébrer cet événement avec la musique de Carlo Forlivesi, la voix d’Andreina Zatti et le texte de Matteo Veronesi, a été enregistrée Paradis Via, une antienne pour le bienheureux Carlo de Acutis.

 

 

Ce texte reflète l’amour du Bienheureux pour l’Eucharistie :

O ianua caeli, Paradisi via
O corpus Christi in panem
Conversum mirabiliter:
vertex eratis mentis
illius ardentis pueri.
Acutus nomine, aeque corde acutus;
acutus ut amor Domini,
supernae lucis ignis
et alitus mysterii.
Tenelle puer adempte nobis aetatis tempore
Trepido, miti, puro et candide fremente –
Qui toto orbe aspergebas
Nitido mentis lumine
Rapido Verbi flamine divitias charitatis –
Qui hoc mundo evanuisti
Quasi aquae sacrae effluvium –
Nunc aeviterne vivas cantico nostro leni.

 

Porte du ciel, voie du paradis,
Corps du Christ transformé admirablement en pain :
vous étiez le sommet de l’esprit de cet enfant passionné.
Acuto dans son nom et si acuto 1)Acuto est le nom de famille de Carlo et à la fois il signifie passionné en italien dans son cœur ;
aussi acuto que l’amour de Dieu,
le feu de la lumière suprême
et le souffle du mystère.
Un tendre enfant nous a été enlevé
dans le pur âge doux et frémissant de la
la candeur – que vous avez répandue dans le monde entier
avec la claire lumière de l’esprit
avec le souffle fulgurant de la Parole
les richesses de la Grâce –
Vous qui avez disparu de ce monde
comme l’effluve de l’eau consacrée –
Puissiez-vous maintenant vivre éternellement
dans notre doux chant.

References

↑ 1. Acuto est le nom de famille de Carlo et à la fois il signifie passionné en italien
Vous aimerez aussi
Le culte en temps d’épreuves – Lettre du Cardinal Sarah ( II )
Résurrection
L’amour : âme du ministère sacerdotal
Saint Damien de Molokai : ami de nos malades