Home > Fioretti > Un applaudissement pour le Père Giuseppe, « mort comme un prêtre »

Un applaudissement pour le Père Giuseppe, « mort comme un prêtre »

Depuis la semaine dernière, le nom de Giuseppe Berardelli s’est répandu dans le monde entier comme une lumière, un signe d’espérance au milieu de toutes les nouvelles qui affluent dans les médias, qui dominent les conversations, qui paralysent, à l’heure actuelle, beaucoup de pays.

 

Le Père Giuseppe Berardelli

 

Le Père Giuseppe Berardelli, est un prêtre du diocèse de Bergame, diocèse le plus frappé d’Italie par le COVID 19. Les places dans les services de soins intensifs ont manqué crucialement pour recevoir tous les patients qui le nécessitaient. Atteint du virus, le Père Berardelli est décédé il y a quelques jours, après avoir cédé sa place à une personne plus jeune dans le service de réanimation de l’hôpital où il était interné. Un geste d’offrande qui a marqué profondément, en cette période si difficile pour beaucoup, à commencer les soignants. L’un d’eux témoigne : « Don Giuseppe est mort comme un prêtre. Je suis profondément bouleversé que, lui, curé de Casnigo, ait renoncé (à sa place) pour la donner à un plus jeune que lui. » 

Un journaliste espagnol commente très justement dans une interview radiodiffusée : « Je savais qu’il y avait des métiers qui impliquent une prise de risques, majeurs ou mineurs, dans une situation comme celle-ci. Il y a des médecins, des infirmiers et des aides-soignants qui sont contaminés et meurent pour essayer qu’un corps devienne sain… Mais ce que je n’avais pas imaginé, c’est qu’il y a aussi des personnes qui meurent pour éviter que l’âme soit « contaminée ». Plus de cinquante prêtres ont perdu la vie en Italie, certains pour avoir pris soin de l’esprit de ceux qui ne supportent plus leurs corps. »

Le Père Berardelli n’eut pas de funérailles en raison des circonstances, mais les habitants de sa paroisse l’ont honoré à leur manière, à midi le lundi 16 mars : depuis leur balcon ils l’ont salué par leurs applaudissements.

Vous aimerez aussi
Pandémie – la liberté intime n’est jamais perdue.
Covid 19 : Y a-t-il quelqu’un ?
L’attente
Le culte en temps d’épreuves – Lettre du Cardinal Sarah ( II )