Home > Arts plastiques > VeroDalla, l’artiste du réveil intérieur

VeroDalla, l’artiste du réveil intérieur

de Séverine Dubois      1er juin 2012

Réveillez-vous !” Voilà ce que souhaite nous dire VeroDalla, artiste française de 41 ans installée depuis peu à New York. “Réveillez-vous !”, c'est-à-dire : réveillez l'humain qui sommeille en vous ! Voilà ce à quoi nous provoque chacune de ses œuvres. Du 9 au 10 juin, grâce à son exposition Mouvement… intérieur, présentée en lien avec l'ONU en plein Manhattan, VeroDalla nous dévoile l’intégrité de son travail et nous invite “à entrer dans mon univers qui est en réalité… aussi le vôtre”.


©VeroDalla

VeroDalla, originaire de Beaune, a commencé sa carrière dans la gastronomie et tenait un restaurant dans sa Bourgogne natale avant de recevoir un appel plus profond, plus intérieur. En 2005, à 35 ans, sa “rencontre” avec des coquelicots lui révèle sa véritable nature : être artiste. Après des débuts dans sa région et ses premières expositions en 2007, il y a en 2010, l'appel dans l'appel. Lors d'une première exposition à New York, elle vibre tellement pour cette ville, sent une telle correspondance entre l’énergie ambiante extérieure et sa quête intérieure, qu'elle y reconnaît un second appel : tout quitter, sauf son art, et s'installer à Manhattan pour y “ montrer le beau, la pureté, l’harmonie dans un soucis d’équilibre et d’apaisement.[1]Je ne peux pas vraiment expliquer. C'est de l'ordre du spirituel. C'est une relation directe avec les buildings de la ville. Quand je les regarde, j'ai vraiment l'impression d'être connectée à eux. J'ai éprouvé des émotions, tellement belles, pures et fortes, jamais éprouvées en France.”[2]

Véro est une femme de feu et de vie, incroyablement ouverte aux autres. Les rencontres sont d'ailleurs sa source d'inspiration même si elle ne nie pas le “travail” que représente le fait de descendre dans la rue et de se laisser faire par la vie bouillonnante de Manhattan. Elle n'est pas tant à l’affût d'un regard, d'une personne, que simplement disponible pour une vraie rencontre, c'est-à-dire une rencontre avec l’être humain. “L'intérêt, c'est l'être humain. Je crois que mon intérêt pour l'être humain provient de mon histoire. De part mes souffrances et l'observation du monde, j'ai pris conscience qu'avant d'être un individu dans une société, on est un être humain, au sens profond du terme. Et la relation est beaucoup plus riche d'être humain à être humain que d'individu à individu, elle n'est pas tronquée par la religion, l'éducation ou la société. Je me fiche de la couleur, de l'aspect physique, de la religion quand je suis face à quelqu'un. Je cherche la personne, l'être originel.”
Cette quête incessante, parfois oppressante, parfois torturante, a rejailli dans son œuvre à travers la création très originale des LivenLulu. Elle voulait ¨créer un personnage universel dénué de tout signe distinctif extérieur, quel qu’il soit, et bien sûr, le plus loin possible des créations déjà existantes.” Ainsi sont nés les LivenLulu. “Ni vraiment Homme, ni vraiment Femme. Ni Jaune, ni Gris, ni Noir, ni Blanc. Ni de Gauche, ni de Droite. Ni d’en Haut, ni d’en Bas. Et Pourtant…[3]

VeroDalla réussit l'incroyable : transformer la souffrance en force créatrice ; sa volonté et son génie artistique la transcendent à ce point que de ses œuvres se dégagent une vraie douceur et une incroyable paix. C'est sa double mission: “Je souhaite faire passer dans mon œuvre cet apaisement pour le transmettre non seulement à mes amis, mais aussi aux inconnus, pour que les gens retrouvent leur cœur.” La rencontre avec les LivenLulu est d'ailleurs souvent très forte pour ceux qui se trouvent sur leur chemin. Il n'est pas rare que les gens restent saisis, émotionnellement touchés devant ces êtres d'un autre monde. Mais sont-ils vraiment si éloignés de nous ? “Beaucoup de personnes autour de moi ne vont pas bien du tout. Hommes ou femmes, peu importe leur origine ou leur âge… Ils comprennent que quelque chose ne va pas. Je souhaite faire ressortir l'humain chez les personnes. Tous me disent systématiquement merci. Ils redécouvrent une part d'eux-mêmes. Je ne résous pas leurs problèmes mais leur donne des moments de bien-être. J'ai envie de leur dire : réveillez-vous !” Jusqu'alors de taille modeste, elle travaille actuellement pour leur réalisation en taille humaine.

Artiste par vocation, profondément humaine, il y a une unité très forte dans la vie de VeroDalla. L'un est au service de l'autre. “Je cherche à apporter par l'art la prise de conscience de l'humain. Mon art est le prolongement de ce que je vis au niveau plus direct de la rencontre et de la compréhension de l'Être. Je crois que le terme humanisme a été galvaudé, déformé, et assimilé à une société mais c'est celui qui correspondrait le mieux à mon œuvre. A la racine de mon travail, il y a une passion pour l'être humain.

Pour partager cette recherche intérieure et cette passion pour l´homme, deux événements :

L'art et le patrimoine : gestion et transmission
Mercredi 6 juin 2012 à 18h00
FIAF, Skyroom, 22 East, 60th Street (between Park and Madison avenue)
New York, NY 10022
En collaboration avec Christie's et Meeschaert Financial Services, VeroDalla partagera son expérience sur ¨La transmission de l'artiste¨.

Exposition : “Mouvement… intérieur“
Samedi 9 et Dimanche 10 juin de 14h à 20h
277 Park Avenue South (between East 21st and East 22nd Street)
New York, NY 10010


[1] www.verodalla.com
[2] Propos recueillis
[3] www.verodalla.com

 

 

Vous aimerez aussi
Painting of violence (Why I am not a mere Christian)
Sylvie Derely, la sculpture reprend vie
Les sculptures de Picasso au MoMA : l’exception des années cubistes
Rencontre avec Eugenio Cuttica