Home > Société > Un nouveau visage pour le Salvador

Un nouveau visage pour le Salvador

de Françoise-Thérèse Blanloeil   12 août 2013
Temps de lecture 2 mn

Ce 6 août, le Salvador fêtait avec une grande joie son Saint Patron, par des processions, des chants et des célébrations dans le centre de la Capitale. A cette occasion, le sculpteur salvadorien Camilo Bonilla a fait don à son pays d'une nouvelle statue du Christ Sauveur placée sur le fronton de la Cathédrale de San Salvador.


© Tous droits réservés

L'artiste, parti s'installer au Japon en 1980, est toujours resté en contact étroit avec sa patrie : en 1997, il donne une statue monumentale de « Notre Dame des Pauvres » à la Cathédrale de sa ville natale, Zacatecoluca. En 2001, il offre généreusement certaines de ses œuvres pour venir en aide aux victimes du grand tremblement de terre qui avait ébranlé tout le pays.

Il explique dans une interview télévisée le sens de son geste, né en lui il y a 18 ans : « C'est un don que j'ai fait à tous mes compatriotes salvadoriens dans l'objectif de contribuer à faire grandir la foi chrétienne ». Son travail a consisté d'abord dans le modelage du visage dans de l'argile jusqu'à ce qu'il obtienne une expression qu'il sente « universelle » ; afin que « celui qui le verra, continue l'artiste, quelle que soit son origine, puisse s'identifier à l'image de ce Jésus. Mais à la fois, qu'elle ne soit pas seulement une attraction, mais qu'elle réveille le respect, un sentiment de réflexion pour réussir à construire une société en paix. »
Monseigneur Jose Luis Escobar, archevêque de la capitale témoigne de l'initiative personnelle de l'artiste : « Il avait rêvé, reçu l'inspiration, vu dans sa foi et son imagination l'image jusqu'à m'apporter une photo sans avoir la statue encore ».

Depuis 2011, la statue terminée attendait l'année du 100ème anniversaire du diocèse de San Salvador pour franchir le Pacifique et venir veiller sur son peuple du haut de la Cathédrale métropolitaine. Bien qu'exilé sur un autre continent, Camilo Bonilla exprime, par ce geste gratuit, l'amour envers son peuple et manifeste une grande conscience de la mission et de la vocation de son pays.

 

Vous aimerez aussi
La compassion à la lumière de l’art
En Syrie, les pierres crieront
« L’art c’est l’espérance et l’affection qui parfume les douleurs des hommes »
Un artiste salvadorien : les yeux d’un enfant, le coeur d’un vieux paysan