Home > Spiritualité > Adrienne von Speyr > Les portes du Ciel s’ouvrent : regard sur Adrienne von Speyr

Les portes du Ciel s’ouvrent : regard sur Adrienne von Speyr

Nous proposons à votre lecture un entretien avec le docteur Matthew Lewis Sutton, PhD, professeur de théologie à St John's University, New York, à l'occasion de la sortie de son livre : "Heaven Opens: The Trinitarian Mysticism of Adrienne von Speyr".


Doctor Matthew Sutton © Points-Cœur

Quand avez vous commencé à écrire ce livre ?
Mon livre "Heaven Opens: The Trinitarian Mysticism of Adrienne von Speyr" remonte à mes années universitaires, alors que je cherchais un moyen d'intégrer ma fascination pour la tradition mystique catholique et mes études académiques en théologie trinitaire. Pour ma dissertation de fin d'études, j'ai choisi d'écrire sur Adrienne von Speyr (ou bien est-ce elle qui m'a choisi ?). Quoi qu'il en soit, j'ai commencé à lire ses nombreux livres et je découvrais qu'elle avait tant à nous enseigner au sujet de la Trinité, plus encore sans doute que bien des théologiens "brillants". Une fois ma dissertation finie, alors que je commençais à enseigner à St John's University à New York, j'ai compris qu'il me fallait communiquer toute la pensée d'Adrienne, ou au moins le cœur de cette pensée, à un nouvel auditoire. Fruit de huit années de recherche, le livre "Heaven Opens" est une réécriture complète de ma dissertation, une tentative de rendre Adrienne accessible au grand public, et en particulier à ceux qui ne la connaissent pas encore. Le grand théologien Hans Urs von Balthasar a écrit un livre intitulé "Premier regard sur Adrienne von Speyr". Mon livre peut être considéré comme un "second regard".

Comment en avez-vous choisi le sujet ?
Le philosophe Friedrich von Schiller a dit : "Travaille pour tes contemporains, non cependant pour recevoir leurs louanges, mais pour répondre à leur besoin". En ce sens, je crois fermement qu'Adrienne a quelque chose de très important à nous dire en ce vingt-et-unième siècle. A l'heure où la science s'efforce d'expliquer notre réalité de plus en plus, et aussi importante que soit cette entreprise, il y a toujours le danger de réduire la réalité à ce qui est immédiatement observable au travers d'un télescope ou d'un microscope. Cependant nous trouvons en Adrienne, elle-même scientifique et médecin de profession, quelqu'un qui a une profonde vie mystique et qui a cherché à communiquer sa profonde relation avec Jésus, avec Marie et avec les saints ; elle n'a pas cherché à  réduire tout cela à des explications. Elle cherchait seulement à vivre dans la présence "brute" et compatissante de Dieu.

Quand j'ai commencé à lire ses écrits, je n'étais pas certain d'être capable d'écrire à son sujet un travail complet de dissertation. J'ai alors participé à une retraite dans un monastère bénédictin. La retraite était prêchée par le Père Justin Matro, osb, dont j'ai appris qu'il avait écrit la première dissertation au sujet d'Adrienne von Speyr. J'ai passé une nuit entière à lire sa dissertation. Au lever du soleil, j'étais convaincu que je pouvais, moi-aussi, apporter ma contribution à l'étude d'Adrienne von Speyr, pour la faire connaître, lui permettre d'être mieux connue.

Qu'avez vous vous-même découvert en écrivant ce livre ?
J'ai découvert que le Père a envoyé le Fils et qu'ils ont envoyé ensemble l'Esprit Saint pour ramener le monde entier au sein de leur amour éternel et trinitaire. Les portes du Ciel se sont ouvertes. La Multitude est ramenée au sein de l'Unique qui est Trois. Dans le mysticisme trinitaire d'Adrienne, je vois cette ouverture des portes du Ciel dans les missions du Fils et du Saint Esprit. Je vois dans ses écrits l'attraction de tous par les portes du Ciel, afin que tous deviennent un en Dieu, qui est Père, Fils et Saint Esprit. Il nous a donné son nom, qui est le Premier et le Dernier (Ap 1,17), afin que nous puissions le connaître Lui, comme notre commencement et notre fin.

Que pensez-vous que votre livre peut apporter de nouveau au catholicisme américain ? Quel besoin voyez-vous dans l'Église et en quoi votre livre peut-il être un début de réponse ?
Mon livre essaie (ce verbe, essayer, était très important pour Adrienne, pour qui "essayer" est tout ce que peut faire le chrétien) de rendre Adrienne accessible à un plus large public, en particulier parmi les chrétiens américains. D'une part, Adrienne peut aider les protestants à mieux comprendre la profondeur de la théologie catholique en tant qu'elle est déjà présente dans les Écritures, parce que la grande majorité des écrits d'Adrienne n'est rien d'autre qu'un commentaire attentif et fidèle de la Bible. D'autre part, Adrienne peut aussi aider les catholiques à découvrir qu'une part importante de notre tradition est déjà théologiquement présente dans les Écritures. Elle vit de cette conviction, dont je pense qu'elle peut aider à réunir protestants et catholiques, que l'Ecriture est l'âme de la théologie. Mon livre s'efforce d'enjamber la division entre les protestants évangéliques, qui sont très présents ici aux États-Unis, et les catholiques, également présents mais qui ont toujours besoin d'un renouveau dans l'Esprit Saint. Enfin, je voudrais ajouter qu'il y a aux États-Unis beaucoup de jeunes qui cherchent une forme de relation avec le divin, mais qui ont délaissé toute religion organisée. En Adrienne, je vois quelqu'un qui a une relation très profonde avec Dieu, et qui est cependant capable de voir dans l'Église institutionnelle une épouse, un sujet, une personne collective avec laquelle Dieu désire établir une relation intime. Elle comprend que nous sommes appelés à être, ensemble, avec Dieu pour toujours.

En quoi est-ce-que votre vie de famille influence votre travail (si tant est qu'elle l'influence) ?
Au temps où la théologie était cultivée seulement dans les monastères et les séminaires, la vie de théologien était une entreprise somme toute assez individuelle. Cette situation a changé. Aujourd'hui, la plupart des théologiens de profession sont mariés et ils ont des enfants. Il n'y a aucun doute que ce changement démographique a eu une influence sur la discipline. Pratiquement, un théologien marié doit produire une œuvre qui serve la croissance de sa famille. Dans mon cas, cela veut dire qu'il faut que mon livre soit de qualité, qu'il porte du fruit et qu'il soit rentable. Je pense que cette nécessité n'en rend le livre que meilleur ! Il faut qu'il m'aide à nourrir mes cinq filles !

Et cependant, en réalité, c'est pour elles que je travaille. Ce livre est dans la continuité de mon effort d'éducation. Il y a plusieurs années, dans une librairie de livres d'occasion, j'ai trouvé un livre écrit par mon arrière-arrière-grand-père. C'était un livre sur le fils prodigue. J'ai beaucoup appris de ce livre, précisément parce qu'il était écrit par mon ancêtre. Dans la Providence de Dieu, j'espère que mon livre aura une influence sur les générations qui me suivront, et qu'il leur donnera la liberté de la prière.

En quoi votre appartenance au Mouvement Points-Cœur influence-t-elle votre travail ?
Quand j'ai rencontré Points-Cœur, j'étais théologiquement préparé à cette rencontre du fait de la lecture d'Adrienne. Adrienne est déjà présente dans Points-Cœur. De bien des manières, je pense qu'Adrienne voulait que son institut séculaire soit ce que Points-Cœur est aujourd'hui. Quand je rencontre ceux qui ont été formés par Points-Cœur, je suis mis devant l'évidence de la justesse de la théologie d'Adrienne. Se tenir debout au pied de la croix avec Marie est précisément ce dont notre monde a besoin aujourd'hui.

Je suis heureux d'avoir eu la possibilité, à différentes occasions, de partager ce que j'ai reçu d'Adrienne avec des membres de Points-Cœur, et certaines de ces présentations sont disponibles en anglais sur mon site.

Quel est le sujet de votre prochain livre ?
J'ai quatre autres livres sur la planche de travail… Trois sont des ouvrages collectifs auxquels j'ai contribué : un livre sur le sens de la souffrance, un autre sur l'enseignement de la théologie comme communication de la foi, et un troisième sur la philosophie de la beauté dans un contexte inter-disciplinaire. Enfin, le projet le plus récent est un livre sur la théologie du Samedi Saint, qui sera publié sous le titre : "Dieu Seul : Une théologie de la Compassion". Je suis en train de le terminer et j'espère qu'il pourra être publié cette année. Avec ce dernier livre, j'espère arriver à transmettre l'importance de la descente de Jésus aux enfers comme expression de la plus grande compassion de Dieu, acte qu'il nous revient d'imiter, surtout si nous sommes appelés à être missionnaires aujourd'hui. Mais pour l'instant, je suis tout à la joie que mon livre "Heaven Opens" soit enfin publié !

Merci pour cet entretien ! Dieu vous bénisse !

Sites du docteur Matthew Lewis Sutton :
http://doctorsutton.net/
http://vonspeyr.net/

Livre en précommande sur Amazon

La version anglaise originale de cet entretien peut être trouvée en ligne sur doctorsutton.net, vonspeyr.net et twitter

Vous aimerez aussi
La compassion à la lumière de l’art
« L’art c’est l’espérance et l’affection qui parfume les douleurs des hommes »
Ukraine : rencontre avec le père Alexandre, orthodoxe
Noël en Provence : les santons aussi sont des maîtres “ès gratuité”

1 Commentaire

  1. Bruno ANEL
    Bruno ANEL

    Je suis trés heureux de lire cette interview du Dr Sutton que j’ai eu le plaisir de rencontrer avec sa charmante petite famille en avril dernier. Merci à lui s’il parcourt ces lignes.