Home > Politique > Abbas Ibrahim : « La patrie n’est pas un hôtel. C’est une identité et une appartenance. »

Abbas Ibrahim : « La patrie n’est pas un hôtel. C’est une identité et une appartenance. »

Les immigrés syriens au Liban représentent maintenant 33 % de la population totale du pays. Abbas Ibrahim s’engage pour encourager les jeunes libanais, et en particulier les chrétiens, à rester sur leur terre. L’expérience de vie commune entre chrétiens et musulmans au Liban demeure un message pour le monde d’aujourd’hui qui ne cesse de se poser cette question urgente : comment approcher l’Islam ?

Photo : http://www.kataeb.org/
 
Le Général de division Abbas Ibrahim, directeur de la Sûreté Générale Libanaise depuis juillet 2011, musulman chiite de religion, n’a cessé de se mettre au service de son pays et de veiller sur cette grâce de coexistence, trésor des libanais. Mission qu’il a failli payer au prix de sa vie, puisqu’il a échappé miraculeusement à une tentative d’assassinat il y a quelques années au Liban.
Conscient de ce trésor des libanais, Ibrahim travaille sur le dossier de la libération des deux évêques d’Alep kidnappés en Syrie en avril 2013, il visite le Pape plusieurs fois pour manifester son soutiens aux chrétiens d’Orient. Lors de son audianece du 18 septembre dernier avec le pape François, il insistait sur « la nécessité de préserver à tout prix la présidence chrétienne de la République libanaise pour envoyer un message fort et rassurant aux chrétiens de la région, menacés dans leur existence. »
Selon Ibrahim, le rôle du président chrétien du Liban ne se limite pas à ce pays. Il est important pour toute la région et même pour le monde, dans le sens où il est la concrétisation d'un projet de coexistence qui dépasse les frontières et constitue une réponse aux projets extrémistes. Ibrahim avait même rappelé la fameuse phrase du pape Jean-Paul II que « le Liban est un pays message », en précisant que « sans les chrétiens, ce message n'existerait plus, ainsi que le rôle du Liban en tant que modèle de rencontre et de dialogue entre les religions », et que « le Liban n'aurait peut-être plus de raison d'être. C'est donc pourquoi il faut à tout prix pousser les chrétiens à rester sur cette terre et pour cela, il faut garder la présidence de la République aux chrétiens » (extrait du journal l’OLJ du 15/09/2016).

Entretien pour le journal L'Orient le Jour du 01/10/2016

Le 1er octobre dernier, le général de division Abbas Ibrahim a répondu à quelques questions au journal libanais L'Orient le Jour, dont voici quelques extraits :

Photo : http://www.kataeb.org/
 

La Sûreté Générale doit aussi gérer le dossier des réfugiés syriens. Parvenez-vous à les contrôler, sachant qu'il n'y a pas de chiffres exacts sur leur nombre au Liban ?

Le nombre est approximatif : les déplacés syriens représenteraient 33 % des Libanais. Ce pourcentage dépasse les capacités géographiques du Liban. Les déplacés syriens sont dans les villes et les villages, en plus des camps répertoriés et organisés. Il y a aussi des groupes désordonnés dans les villages ayant besoin d'une main-d'œuvre étrangère.

Aurait-il mieux valu les installer dans des camps, ou bien cette présence désorganisée est-elle une carte entre les mains du Liban ?

Les déplacés syriens représentent une cause humanitaire, car ils sont les victimes de la violence en Syrie. Ils ne sont pas une carte de chantage ou un moyen de pression pour conclure des compromis et ne le seront jamais. Mais cela n'empêche pas le fait que leur grand nombre est un poids pour le Liban, dont la superficie géographique est limitée. La création de camps géographiquement définis et répertoriés est devenue difficile et exige une décision politique qui tienne compte de la sensibilité libanaise au sujet de toute la question des réfugiés, en raison des appréhensions démographiques connues.

La Sûreté générale est aujourd'hui l'une des rares institutions de l'État qui fonctionne encore. Pouvez-vous dire franchement si vous croyez qu'il y a un État au Liban ?

C'est vrai qu'il y a une vacance au niveau de la présidence et une sorte de gel de l'action gouvernementale, mais les institutions militaires et sécuritaires fonctionnent normalement et efficacement. Le Liban est doté d'un État cohérent qui affronte des problèmes tantôt délicats, tantôt carrément dangereux. Nous y faisons face en tant qu'État et peuple attachés aux institutions et convaincus que ce pays est une entité définitive.

Avez-vous un dernier message aux jeunes qui ne songent qu'à quitter le pays ?

Les jeunes sont les forces du présent et de l'avenir. Ils sont appelés, aujourd'hui plus que jamais, à s'attacher à leur patrie et à sa valeur particulière, en tant que modèle spécifique de civilisation. Ils doivent combattre le désespoir et s'engager dans l'édification de l'État et dans le renforcement de ses institutions, dans tous les domaines, en respectant les cadres démocratique, social et politique. Leur renoncement à ce droit et à ce devoir équivaut à la renonciation à leur identité. Je ne suis pas contre le voyage pour acquérir du savoir, mais je suis totalement opposé à l'émigration. À travers mes contacts avec la diaspora et après l'adoption de la loi sur la restitution de la nationalité, je peux dire que tous les Libanais qui ont émigré, qu'ils l'aient fait en temps de paix ou de guerre, ont gardé des liens avec leur pays d'origine et
avec leurs proches. Je voudrais dire aux jeunes que la patrie n'est pas un hôtel. C'est une identité et une appartenance. Les jeunes doivent être conscients qu'être libanais, c'est être une valeur ajoutée dans le monde d'aujourd'hui. Ils doivent donc en être fiers. On a beaucoup parlé du Liban. Mais la phrase la plus belle est venue du pape Jean-Paul II qui avait dit que le Liban est un message, et pas seulement une patrie. J'appelle donc les jeunes à comprendre cette phrase en profondeur et à faire en sorte qu'elle prenne toute son ampleur, dans tous les domaines.

Propos recueillis par Scarlett HADDAD OLJ, 01/10/2016

 

Vous aimerez aussi
Noël au Liban : une chorale musulmane chante la naissance du Christ
Cheyenne Carron : La chute des hommes
Pour Al-Azhar, il est impossible d’exclure Daesh de l’Islam
Fabrice Hadjadj pour un dialogue viril après le martyre du p. Jacques Hamel