Home > Musique, Danse > Le simple fait que tu existes
Connaissez-vous cette chanson d’Yves Duteil composée en 2001 ? Laurence Amy, comédienne suisse, nous propose d’en pénétrer toute la profondeur à la lumière de sa propre histoire.
 
 
Ecouter ici l’émission de radio sur la chaine suisse RTS, avec au terme la chanson d’Yves Duteil. 
 
 
Pour écouter la chanson séparément : 
 
 
Quelques citations de Laurence :
« Dans cette obscurité, finalement dans cette présence privilégiée qu’on a à soi-même et aux autres le soir, quand les bruits du monde s’arrêtent. Et bien les choses essentielles peuvent se faire entendre.
 
Toutes ces paroles qui ont l’air évidentes, me ramènent au pressentiment qu’on ne nous demande rien d’autre que de faire ce qu’on a à faire. Et plus j’avance en âge, plus je me dis que la fonction première de l’homme, c’est d’être dans la louange. Et que la contemplation du monde, la contemplation de la beauté des choses, qui passe très souvent par la nature, nous permet de revenir à l’essentiel et d’être dans cette louange. Et la louange, c’est d’être reconnaissant, d’être là, d’avoir un cœur qui bât.
 
Au moment où il est dit " il ne faut pas que tu sois triste " dans ma sensibilité les moments de tristesse peuvent être présents même sans raison aucune, il s’agit d’une tristesse ou d’une nostalgie ancienne. (…) Partant de cette certitude qu’on vient d’un amour inconditionnel, qu’on vient d’un lieu (appelons-la la source ou ce que l’on veut) où il y avait une qualité d’amour énorme, quand on est sur terre, cet amour n’est pas forcément là tout de suite, pas forcément là tout le temps. Et peut-être que quelques jours avant l’anniversaire il y a comme une porte, comme si le ciel se déchire et comme s’il y a tout à coup de nouveau un contact avec ce vers quoi on va. Moi je suis persuadée que cet amour dont il est question dans cette chanson, c’est cet amour vers lequel on va ».
 
Le texte de la chanson :
Les étoiles une à une s'allument au ciel du soir
Je regarde la Lune rose sur ce fond noir…
Moi je t'aime…
Comme un arbre porte ses fruits, comme la Lune aime la nuit
Je ne peux pas te dire pourquoi, je crois que je suis né pour toi
 
Je ne veux pas que tu sois triste, le simple fait que tu existes
Est pour moi un tel réconfort, j'ai besoin que tu m'aimes encore
Moi je t'aime…
Comme un volcan sort du sommeil, comme un fruit gorgé de soleil
Comme un saumon dans un torrent qui remonte à contre-courant
 
Où que tu sois sur l'horizon, tu es ma route et ma maison
Ma sagesse et ma déraison, le premier mot de ma chanson
Et je t'aime…
Encore plus fort qu'auparavant comme un ami, comme un amant
Comme une vague se soulève pour venir caresser la grève
 
Il ne faut pas que tu sois triste, le simple fait que tu existes
Est pour moi un tel réconfort, je voudrais que l'on s'aime encore
Où que je sois dans l'univers, tu es ma force et ma lumière
Et j'avance dans la nuit noire, là où tu poses ton regard
Moi je t'aime…
 
Comme un arbre porte ses fruits, comme la lune aime la nuit
Je ne peux pas te dire pourquoi, je crois que je suis né pour toi
Au dernier vers de la chanson, quand les étoiles disparaîtront
Il restera sur l'horizon ta sagesse et ma déraison
Ta sagesse et ma déraison.
 
Vous aimerez aussi
Photo: « Les contemplatifs et les chrétiens du monde »
Bruno Ganz – in Memoriam
François Martineau chante La Bohème
Concha Buika, la voix de la liberté