Home > Musique, Danse > La voix libérée de Natalka Polovinka

La voix libérée de Natalka Polovinka

Natalka Polovinka est actrice de théâtre, cantatrice et a développé une méthodologie d’une spiritualité du chant qu’elle enseigne dans les plus grandes universités aux USA (Columbia) et en Angleterre. Elle recherche à travers les chants traditionnels liturgiques et populaires ukrainiens à libérer la voix intérieure de la personne. Son expérience dévoile combien nous avons besoin de chant, de tradition, d’une liturgie pour sortir de l’ego.

« Depuis que je suis née je chante… C'est normal de chanter en Ukraine… Parler ou chanter c'est presque une même réalité tant le chant est lié à la vie et nous apprend tant de choses sur elle. Les chants en Ukraine sont le langage direct pour transmettre les "choses de la vie", les événements qui rythment le quotidien des hommes. »

Natalka propose le chant comme une école pour revenir à la spontanéité de la vie : le chant est un reflet de l’âme qui nous permet d’exprimer ce qu’il y a de plus profond en nous. Le chant traditionnel ukrainien est particulièrement enraciné dans le réel, tout l’humain s’exprime et le chant nous fait retrouver l’unité et l’harmonie de toute la réalité : « Le chant c'est le lien entre l'homme et l'homme, entre l'homme, le ciel et la terre… et le chant est comme ce lien où sont préservés les rites ».
 
Pour Natalka Polovinka le chant est également un instrument de réconciliation intérieure et extérieure :  
« Le monde a besoin d'être fort, d'avoir du succès, d'être toujours positif. Le monde n'aime pas les pleurs, il n'aime pas la douleur… Il ne voit pas, il ne remarque pas que la mort est proche… Il y a des divisons qui existent entre l'homme et le silence, entre la prière parlée et chantée. La prière est souvent chantée sous une forme culturelle où la beauté n'est plus vraiment présente. Il peut y avoir simplement une forme culturelle d'expression mais il n'y plus d'appel, de lien. Il me semble au contraire que le chant c'est un appel, une demande… ».

En 1997, en collaboration avec Sergueï Kovalevitch, réalisateur et metteur en scène, Natalka Polovinka crée des « Maisternia Pisnia », c'est-à-dire des ateliers de chant qui sont à l’intersection entre le theâtre et la musique traditionnelle. Ces « Maisternia Pisnia » explorent et incarnent les lois de la Tradition, ses principes, ses fondements, ses rites, selon la relation maître-disciple, sous forme de rencontres et de fêtes comme accomplissement de la culture traditionnelle. A travers la personnalité du maître et le territoire du chant comme atelier, à travers le modèle du théâtre comme forme universelle de transformation de l'invisible dans le visible et lieu de rencontre de l’acteur-interprète avec le témoin-public ( le « contemplateur-écouteur »), l'art apparaît de nouveau comme personnel et non comme phénomène de masse.

A travers divers projets, comme celui d’Irmos qui met spécifiquement en valeur la forme spirituelle du chant, nous sommes invités à contempler le mouvement et l’espace dans lesquels la parole prend vie… « Le chant a pour but d'aimer, de créer, d’enseigner, de guérir le monde… »

Site de Natalka Polovinka : http://www.maisternia.com.ua/en/prsn_pol.php

 

 

 
 

 

Vous aimerez aussi
Le Christ est ressuscité !
Ukraine : rencontre avec le père Alexandre, orthodoxe
Le feu vivant ou la transmission d’un appel
Une figure paternelle, un maître de prière : Mgr Antoine, métropolite de Souroge

4 Commentaires

  1. p. Denis

    Merci MC pour cet article magnifique. « Il y a des divisons qui existent entre l'homme et le silence, entre la prière parlée et chantée. La prière est souvent chantée sous une forme culturelle où la beauté n'est plus vraiment présente. Il peut y avoir simplement une forme culturelle d'expression mais il n'y plus d'appel, de lien. Il me semble au contraire que le chant c'est un appel, une demande… ». S'il y a tant de dépressifs dans notre sociétés de vainqueurs, n'est-ce pas parce que nous avons abandonné une part de notre humanité. Elle git dans la confusion, en ruine. Pleurer, être en dueil, mais aussi, demander, appeler, prier, contempler, laisser la grâce irradier notre quotidien, autant de lieux que nous avons désapris. Mais rien ne peut être jeté dans l'oubli sans causer de graves domages. Il est si BON que des artistes comme Natalka ou Damien P. nous permettent de nous rappeler ce qui est, la personne humaine comme un tout capable de Beauté et de profondeur, capable de Dieu. Une nouvelle fois, merci MC, continue à nous écrire de beaux articles!      

  2. Dora Nganya

    Tres bel article Marie- Catherine! Et la musique… Je me suis laissee bercer par cette douce voix. Il y a vraiment quelque chose de profond. Ca m'a conduit tout doucement dans le silence. Ce  silence, cette douceur qui comme elle le dit nous fait retrouver l’unité et l’harmonie de toute la réalité.

    Merci pour ce partage.

    Bien de choses a toi.

     

  3. Pingback : Des artistes ukrainiens à la découverte de Naples – Terre de Compassion

  4. Pingback : C’est l’histoire des hommes | Terre de Compassion